Critique manga #287 – Avec toi, Sous la lune de Taisho, Tant que nous serons ensemble tome 1

Copie de titre manga (4).png

Les éditions AKATA ont pour habitude de proposer des titres qui bousculent et interpellent. C’est à nouveau le cas ici. Avec toi est un one-shot tranche de vie autour d’une famille, tandis que Sous la lune de Taisho est une histoire en 1 tomes sur un amour prohibé emprunt de grâce. Et pour terminer, le tome 1 de Tant que nous serons ensemble aborde un thème controversé, mais dont la mangaka ne pousse jamais dans le voyeurisme.

SP AKATA

Je remercie Guillaume et l’équipe de chez Akata


Disponible aux éditions AKATA dans la collection One Shot ou sur Amazon au prix de 6.99€ | Également disponible au format numérique

Avec toi (Shiro ga Ite) est un one shot signé Keiko NISHI, une mangaka spécialisée dans le shojo/josei connue des lecteurs francophones pour un autre one-shot publié en 2018 aux éditions Akata, Voyage au bout de la nuit (Kame no Naku Koe). Avec toi a été prépublié en 2015 dans le magazine Zoukan Flowers des éditions Shogakukan. L’histoire est celle de la famille Osawa qui vient d’emménager dans leur nouvelle maison aux alentours de Tokyo. Le père, 37 ans, travaille toute la journée pour nourrir sa famille et rembourser l’achat de sa maison. Eriko, la mère de 33 ans s’occupe de la maison et ses des deux enfants: La petite Mami de 9 ans et le petit Wataru de 5 ans. Un jour, le garçon ramène un chaton blanc à la maison qui ne va pas ravir le père qui veut s’en débarrasser. Finalement, le chaton finit par conquérir le cœur de la famille et va occuper une place centrale de spectateurs du quotidien de la famille Osawa. Dans un premier temps, ne vous fiez pas à la couverture qui laisse présager un énième récit consacré aux chats. Il n’en est rien, puisque finalement le chat n’est là que pour observer les évènements qui se succèdent au fil du temps. À travers les 7 chapitres du manga, nous suivons les étapes importantes de cette famille où chacun des membres va grandir, murir, se tromper, pleurer, etc… Il y a beaucoup d’émotion, oui, mais surtout une critique de la société porté par le patriarche de la famille. Eriko est une épouse cantonner à son rôle de mère, timide et vraiment inexistante mais dont on devine la tristesse qui l’habite. Pour le percevoir il suffit de poser les yeux sur les cases où elle apparaît. Elle et ses enfants sont écrasés par le père et ses attentes, et va très souvent s’éloigner de son rôle de père et mari modèle. Wataru possède des similarités avec sa mère. Effacé limite invisible, il peut au moins compter sur son chat devenu son meilleur ami.

1

© 2015 Nishi Keiko (mangaka), Shogakukan

Ce one-shot est une tranche de vie agréable mais dont il m’a fallu au moins 2 chapitres pour m’investir dans l’histoire. Chaque personnage apporte une dynamique différente selon le moment raconté par la mangaka. Ici, NISHI envoie un message concernant cette vision parfaite que l’on se fait dans la société. Mais comme je dis souvent, on ne sait jamais ce qui passe derrière 4 murs. Il y a assez de rebondissements crédibles pour que le lecteur s’investisse pleinement dans la lecture, et passe un bon moment. Le dessin de NISHI est plutôt épuré dans son trait, avec un design qui paraît simple mais qui possède tout de même beaucoup de détails. Le découpage est réussi et rafraîchissant. L’édition d’AKATA est sans problème avec une bonne traduction de Sébastian Ludmann. En conclusion, Avec toi est un récit témoignant du quotidien d’une famille sur plusieurs années. Tristesse, trahisons, déceptions, et espoir sont les maîtres mots de ce one-shot avec la jolie narration de Keiko NISHI. Copie de lire en bulles

 

Manga - Manhwa - Sous la lune de TaishoDisponible aux éditions AKATA dans la collection One Shot ou sur Amazon au prix de 6.99€ | Également disponible au format numérique | LIRE UN EXTRAIT

Hiromi EBIRA est une mangaka qui avec son dernier one-shot en date, Sous la lune de Taisho, fait son entrée en France. Comme toujours, AKATA ouvre la porte à de nouveaux auteurs au style très différent à chaque fois. Sous la lune de Taisho (Diana en VO) est paru en 2014 au Japon dans les pages du Flowers de Shogakukan. Comme l’indique le titre, le récit se passe durant l’ère Taisho (1912 – 1926) où Terashima, un médecin de bas rang, qui va devoir s’occuper d’une patiente toute particulière. Tamako est l’unique héritière de sa famille et déjà promise en mariage à seulement 16 ans. Alors qu’on la perçoit comme froide et distante, elle se révélera à Terashima comme une fleur qui éclot un matin d’hiver jusqu’à ce que les deux succombent au désir et à l’amour qu’ils ressentent l’un pour l’autre. Dans cette romance interdite, Hiromi EBIRA explore les règles strictes de l’époque et l’importance de demeurer dans son rang social. Tamako subit le patriarcat de son père mais aussi de son futur mari qui ne manquera pas de la rabaisser, puis de se venger quand il apprendra sa relation avec Terashima.

2

© 2014 Ebira Hiromi, Shogakukan

Lui, est un homme droit dont les méthodes médicinales étaient mal vues à l’époque, alors que de nos jours elles font partie de la normalité. Dans cet amour interdit on ressent de la poésie écrite dans l’urgence car le côté dramatique se fait sentir au fil de l’histoire. Les dialogues sont posés et jamais dans l’excès. Du côté esthétique, nous sommes dans un trait droit mais élégant, avec une véritable maîtrise dans les regards notamment celui de Tamako dont on capte toute la distance qu’elle s’impose entre la situation qu’elle vit et ce qu’elle ressent réellement. Les décors sont à la fois présents et sobres, ne distrayant jamais le lecteur des personnages. Les scènes en extérieure possèdent une aura enveloppée d’un sentiment de liberté mais enchaînée, comme si malgré l’étendu des paysages et du ciel, l’amour entre ces deux êtres ne pourra jamais briller au grand jour. En conclusion, un one-shot à la fin surprenante qui exprime aussi bien l’amour, la fidélité, et la solitude. Un récit qui plaît par sa retenue et sa grande sensibilité murmurée entre les scènes de manière à ne jamais tomber dans le drame inutile.

 

Manga - Manhwa - Tant que nous serons ensemble Vol.1Disponible aux éditions AKATA dans la collection Shojo ou sur Amazon au prix de 8.05€ | Également disponible au format numérique | LIRE UN EXTRAIT 

En France, Yuki AKANEDA s’est fait connaître sous le nom de Yuki FUMINO, à qui l’on doit la série Hidamary ga Kikoeru aux éditions Boy’s Love IPD dans la collection Hanna. Tant que nous serons ensemble est une série dont la publication a démarré en 2015, et est toujours en cours avec 5 tomes. Kei et Aki viennent d’emménager dans un nouveau quartier, loin de leurs proches. Aux yeux de ceux qui les croisent ils ont tout d’un couple de jeunes mariés. Mais en réalité, s’ils portent le même nom de famille c’est parce qu’ils sont frère et sœur… Pourquoi ont-ils quitté ceux qu’ils connaissent ? Pourquoi leur relation est-elle aussi fusionnelle ? Avant de commencer, il faut préciser qu’il n’y a rien de racoleur dans cette histoire. Le premier chapitre nous présente Aki et Kei et leur situation qui ont parfois des gestes affectifs qui nous interpellent mais qui n’ont rien de préjudiciable (en tout cas pour le moment). Par la suite, le reste du tome se focalise sur leur enfance et adolescence, en nous plaçant du point de vue de Aki qui s’interroge de son affection pour son frère et pourquoi ressent-elle le besoin de le garder rien que pour elle. La subtilité du récit réside dans la délicatesse dont fait preuve la mangaka pour nous raconter une histoire sans y faire l’apologie de l’inceste ou de l’interdire. Un sentiment étrange nous envahit à la lecture, mais personnellement je n’ai pas été écœurée ou choquée. Simplement divisée, et je pense que c’est ce que cherche la mangaka. Elle souhaite peut-être que le lecteur se pose des questions et ne reste pas forcément sur ses premières impressions. 3Le lien entre Aki et Kei est flou mais on ressent que cela les peine énormément (en tout cas dans le passé). Au fil du tome, les personnages secondaires viennent occuper la même place centrale que le binôme, rendant le manga plus intéressant d’un point de vue social. Yuki AKANEDA se concentre sur les relations humaines au sens large et offre ainsi des personnages extrêmement touchants, diversifiés et qui représentent le plus de classe sociale possible. Par exemple, j’ai été particulièrement touché par l’histoire de la meilleure amie de Aki, quitte à réellement ressentir ses émotions. Le trait de la mangaka est doux, léger mais intense dans sa réalisation. Les expressions sont pleines de mélancolie, de sensibilité et de vraie humanité. L’ensemble fonctionne, avec un décor présent mais qui ne se fait pas trop ressentir puisque c’est avant tout les personnages que l’on doit observer. Le travail d’édition de AKATA possède zéro défaut. En conclusion, malgré le sujet qui pourrait en rebuter plus d’un (compréhensible, hein), ce premier tome de Tant que nous serons ensemble nous présente surtout des personnages qui ne sonnent pas creux et dont le côté tranche de vie nous happe petit à petit. Un récit intense qui invite à réfléchir au-delà de nos idées et préjugés pour mieux réaliser que les relations humaines sont toutes complexes.15 sur 20

12 réflexions sur “Critique manga #287 – Avec toi, Sous la lune de Taisho, Tant que nous serons ensemble tome 1

  1. Ayant lu « Sous la lune de Taisho », je peux te dire que nos avis sont raccords sauf sur un point peut être ? La fin, de mon point de vue, s’est vue trop abrupte, on ne voit pas la fuite comme si il n’y avait eu aucun problème pour échapper aux griffes de la famille de Tamako. Hormis ce détail, la lecture était agréable et je me suis surpris à le dévorer très (trop) vite ^^. Par contre j’ai fait l’impasse sur ton article du titre « Avec toi » car je compte le lire dans la semaine tu m’excuseras :P. Passes une bonne semaine et je te tiens au courant pour le T3 de Jardin Secret 😉

    Aimé par 1 personne

    • Je vois de quoi tu parles. Perso ça ne m’a pas dérangé puisque je savais pertinemment que ça allait surement s’arrêter d’un coup ou avoir une ou deux facilités scénaristiques. Mais j’ai beaucoup aimé l’ambiance. Merci de ta visite qui fait toujours plaisir !

      Aimé par 1 personne

  2. Il me manque un morceau de ton avis sur Tant que nous serons ensemble, je ne sais pas si c’est seulement chez moi…
    En tout cas les deux premiers m’intriguent énormément, surtout Sous la lune de Taisho ! Merci pour la découverte 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Ah oui, mince, pour Tant que nous serons ensemble il y a eu une mauvaise manip. N’ayant pas de sauvegarde, je l’ai réécrite (meme si ça ne ressemble pas à la première version) Merci de me l’avoir signalé! Pour Sous la lune de Taisho, est-ce que tu aimes les récits du genre historique autour d’une romance ?

      Aimé par 1 personne

      • De rien 😉
        Je ne lis pas énormément de romances, quoique pour les mangas ce n’est pas spécialement vrai parce que je lis quelques shôjo ! Je pense qu’une romance historique peut me plaire 🙂
        Après tout, mon manga préféré de toujours est Bride Stories haha.

        Aimé par 1 personne

      • Romance historique ? Alors essaye La Fleur Millénaire, tu dois pouvoir le trouver en médiathèque car plus commercialisé. Tu connais Dusk Maiden of Amnesia chez Kana en 10 tomes terminés ? C’est l’une de mes séries préférée en manga.

        J'aime

  3. Trois très beaux titres et trois coups de coeur pour moi chacun à leur façon. Je suis fan des histoires et surtout du travail graphique des autrices qui marquent leurs oeuvres de leur empreinte 😀

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s