Critique manga #299 – Netsuzô TRap – NTR – tome 1

titre manga (5)

Avoir une meilleure amie est une chose que beaucoup d’entre nous connaissent. Quelqu’un avec qui on peut parler de tout et de rien, de choses banales ou personnelles, rire, pleurer, avoir peur, faire les 400 coups, etc… mais quand l’amitié se transforme – sans prévenir – en plus que ça… comment arriver à gérer ce changement en nous ? La peur de perdre l’autre est inévitable, la jalousie et la tristesse quand on voit celle ou celui qu’on aime avec quelqu’un d’autre est impossible à ignorer.
Disponible aux éditions TAIFU dans la collection Yuri ou sur Amazon au prix de 7.99€  Sans titre 1

Le genre Yuri déploie de plus en plus ses tentacules dans nos étagères, et ce n’est pas pour déplaire. Après le doux et jovial Kase-San, le troublant et prometteur Bloom Into You, le Seinen mature Octave et le populaire Citrus, c’est au tour de Netsuzô TRap -NTR- de se faire une place chez nous. Si ce titre vous dit quelque chose c’est peut-être grâce à son anime disponible depuis 2016 sur Crunchyroll [ici], qui est lui l’adaptation du manga signé Naoko KODAMA des éditions Ichijinsha (Karneval, Citrus, Tokyo Summer of the Dead) dès 2015 terminé en 6 tomes.

Yuma et Hotaru sont deux amies d’enfance qui sont toujours ensemble. Quand elles étaient petites, Yuma (la blonde/chataîne) était celle qui protégeait Hotaru, la timide aux cheveux noir que les garçons adoraient embêter. Mais depuis qu’elles sont aux lycées, l’introvertie Hotaru s’est transformé et a vite été cataloguée de “fille facile” pour ne pas dire autre chose. Depuis quelque jours, Yuma sort avec son premier petit ami, mais étant inexpérimentée dans tous les domaines associés aux relations amoureuses, Hotaru, forte de son expérience, propose de l’aider. Même si elle est gênée par l’intimité qui s’installe entre elles, Yuma ne repousse pas son amie… de baisers voler à plus, Hotaru n’aurait-elle pas des sentiments pour Yuma ?

La lecture de ce premier tome démarre fort avec une scène qui peut mettre mal à l’aise. Hotaru touche son amie à des endroits intimes, l’embrasse presque de force, etc. Yuma tente de la repousser du bout des lèvres en l’intimant d’arrêter mais finalement son désir inexpliqué pour son amie l’emporte. Si la notion de désir que ressent Yuma est bien exprimée, c’est surtout l’élément déclencheur qui pose problème. En effet, à aucun moment Hotaru ne demande explicitement si c’est ok ce qu’elle fait. On voit très bien le visage de la blonde devenir rouge, et on comprend qu’elle se perd dans ce contact charnel, mais on aurait préféré que cela se passe plus sur une morale de consentement vraiment concret. Hotaru apparaît comme une manipulatrice malgré l’évidence de ses sentiments envers sa meilleure amie. Parfois, une certaine fragilité se ressent, et on comprend qu’elle est peut être dépassée par le fait qu’elle soit (certainement) amoureuse de Yuma. En miroir nous avons la relation naissante mais respectueuse entre Yuma et son petit ami. L’envie est là, mais le jeune homme sait qu’il ne doit rien précipité car il tient à elle. Pourtant à de nombreux moments on sent que la mangaka veut aborder l’ensemble avec sérieux, mais pour un premier tome on ne sait pas encore sur quel pied danser. Est-ce que la suite sentira moins le fan service pour attirer le public ? Après tout ce n’est pas la première fois (ni la dernière) qu’un manga commence ainsi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au niveau du dessin, Naoko KODAMA s’en sort très bien. Le trait est soigné, agréable et très fluide. Les scènes intimes n’en dévoilent pas trop ce qui vu le traitement de ce premier tome est une bonne chose ! C’est dommage car il y a vraiment de très jolies cases pleines qui sentent le romantisme. C’est sensuel, mais difficile de ne pas oublier cette sensation de malaise que l’on ressent devant l’insistance de Hotaru. Bonne édition de la part de TAIFU COMICS, pages couleurs, bonne impression, etc.

En conclusion, un premier tome très mitigé qui nous laisse sur une note un peu en deçà de ce que l’on espérait. Le sérieux est là mais se perd dans les actions trop poussées et insistantes de la belle brune. Toutefois, étant un premier tome je vais laisser le bénéfice du doute à Netsuzô TRap -NTR- en lisant le tome 2, car les idées sont là, les personnages peuvent être très bien exploités notamment avec une Hotaru effrayée par ses sentiments et une Yuna qui ne comprend pas d’où lui vient l’agacement qu’elle ressent en voyant sa meilleure amie avec les garçons.sdfginfos manga (5)

 

 

4 réflexions sur “Critique manga #299 – Netsuzô TRap – NTR – tome 1

    • Je comprends, je suis dans le même cas que toi… ici on est vraiment à la limite, mais on est mal à l’aise, ça oui quand même. Pourtant il y a un quelque chose de bien sérieux concernant les personnages, mais ce n’est pas exploité correctement. Tout est presque prétexte à des scènes intimes, alors qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Dans le genre F/F en manga les dernières parutions sont meilleures que celle-ci.

      Aimé par 1 personne

  1. C’était un peu ce que je craignais au vu de la couverture… Un titre peut-être trop racoleur pour moi dans la forme alors que le fond m’intéressait. Je lirai tes avis sur la suite si tu continues pour voir si ça change ou pas ^^!

    J'aime

    • J’avais quand meme envie de lui donner une chance, parce qu’on ne peut pas juger son livre à sa couverture, mais là…vraiment très mitigée. Je lirais le 2, mais si ça ne change pas en s’améliorant je stopperais là.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s