Critique #217 – Promesse tenue tome 1 : En chemin de Erika Boyer

TITRE PAGE (3)

Enfance difficile faite de violence, tourmenté jusqu’au plus profond de son ossature,  Sandy est un jeune homme qui se bat contre ses démons intérieurs tout en ayant un oeil bienveillant sur ceux qu’il aime. Après le décès de son père, non seulement il va devoir faire face à un deuil particulier tout en se lançant dans une course contre la montre qui menace la vie de sa mère, malade. Découverte de soi, imperfections, acceptation, communauté, transparence, Promesse tenue tient-il sa promesse de nous faire passer un bon moment de lecture ?

 

Disponible au format poche aux éditions Hugo Publishing dans la collection New Romance ou sur Amazon au prix de 7.60€ | Également disponible au format numérique

 

SITE OFFICIEL DE ERIKA BOYER | TWITTER | INSTAGRAM

Erika Boyer une auteure française vivant dans la région de Bordeaux au milieu de ses belles forêts qu’elle affectionne tant. Elle a toujours eu l’amour des mots, et c’est à la suite d’une envie de lecture particulière qu’elle ne retrouvait pas, à cette époque, en librairie, qu’une amie lui souffla l’idée d’écrire elle ce roman. C’est ainsi que naquit sont premier roman en autoédition, Pardon, abordant avec beaucoup de bon sens et de sensibilité le thème de l’inceste. Attention rien de grivois et malaisant comme je vous l’explique dans ma chronique [ici]. Année après année, Erika a suivi sa voie pour donner naissance à une multitude de personnages que l’on peut découvrir dans Le Langage des fleurs, Le Chant de l’Ocean [mon avis ici], Tout en nuances tome 1 (Hyacinthe) et 2 (Alexa) [mes avis ici]. Sous le même ciel, Jack & Noah, puis un recueil de poèmes À vol de souvenirs. ‘En chemin’ est le premier tome de la la saga Promesse tenue et aussi sa première signature en maison d’édition, Hugo Publishing dans la collection New Romance. Pour savoir sur quoi travaille actuellement Erika, je vous conseille de visiter le blog sur son site officiel.

Sandy assiste à l’enterrement de son père qui ne lui a pas fait vivre une enfance toute rose. Violent, il n’a jamais cessé de s’en prendre à sa mère malgré l’amour qu’elle lui portait. En regardant son cercueil s’enfoncer dans la terre il pense que sa colère va s’évanouir, mais ce n’est pas le cas. Surtout que la nouvelle liberté de sa mère va être tourmentée par l’annonce de sa maladie. Pour arriver à la sauver il se met en tête de retrouver sa grande sœur, partie il y a des années. Avec très peu d’informations sur elle et des souvenirs flous, il se lance sur sa moto jusqu’au sud-ouest de la France. Sans le savoir, Sandy va emprunter un chemin qui le mènera vers un nouveau sens à sa vie, des réponses, et aussi des rencontres inattendues sont peut-être bien l’amour… Hit the Road Jack !

Une playlist confectionnée par Erika Boyer pour vous accompagner dans votre lecture ou quotidien

 

Je me souviens très clairement de ma lecture de Pardon il y a maintenant 3 ans. À cette époque je découvrais une plume pleine de sagesse, agréable, et prometteuse en dépit de ce petit manque d’équilibre dû au fait que c’était sa première expérience. Cependant, il était évident qu’en se donnant les moyens, Erika Boyer, pouvait très vite devenir une auteure unique parmi d’autres, oui, mais toujours avec quelque chose en plus. Et ce quelque chose en plus se retrouva dans ma lecture de Le Chant de l’Océan où il était évident qu’Erika aimait son métier. Les personnages sont toujours travaillés avec elle, mais plus le temps passe, plus cela devient comme une seconde nature pour elle. Un don peut-être ? Dans le tome 2 de Tout en nuances, la maturité était encore plus évidente avec une histoire entre deux femmes différentes mais dont l’amour sincère se heurtait à la famille. Dans ce premier tome de Promesse tenue, Erika atteint un nouveau niveau dans cette aisance qu’elle possède pour coucher des mots sur du papier (ou un écran). Sandy est un personnage fort et fragile à la fois. Sous sa carapace se cache un petit garçon brisé qui est devenu adulte plus rapidement que les autres, très certainement, et qui a dû beaucoup renier pour pouvoir avancer. L’amour et le respect qu’il porte à sa mère sont naturels et éblouissants. Même s’il a toujours voulu que sa mère quitte cet homme brutal, Sandy comprend et accepte que son amour pour lui était vrai et indispensable malgré la souffrance qu’elle vivait auprès de lui. Il est facile de juger un tel cas quand on est un spectateur, mais cela serait malhonnête et irrespectueux de dire à cette personne qu’il aurait mieux valut quitter cet homme, par exemple. Qui sommes-nous pour juger une situation que nous ne vivons pas ? Personne. Ici, Erika Boyer prend toutes ses valeurs humaines et les inculque dans ses personnages. Aucun d’eux n’est parfait et c’est ainsi, ils sont simplement à notre image.

C’est exactement ce dont j’avais besoin pour ne pas couler. Quel enfant. Je sis incapable de tenir debout. L’alcool ne fait qu’élargir le trou dans ma poitrine, un trou creusé par le manque de mes proches. 

Dans ce premier tome la narration se fait du point de vue de Sandy. Personnage très rapidement attachant, on apprécie de découvrir sa manière de penser de voir les choses, mais surtout les gens. De ses proches aux inconnus, Sandy possède une vision pertinente sans jugement. Par exemple, j’ai apprécié le passage où il dit qu’il est impossible de savoir ce que traverse la personne en face de lui puisque chacun possède son jardin secret tourmenté. Il reconnaît ses qualités et ses défauts, comme par exemple le fait de ne jamais tenir ses promesses. Une rengaine que ses amis de moto connaissent par cœur. Il est loyal envers ses proches, et ses amitiés sont intéressantes à voir, notamment celle avec Clément son ami LGBT. Il y a beaucoup de diversité dans ce tome 1. Erika arrive à faire cohabiter des personnes ayant des sexualités et des manières d’être différentes. De l’homosexualité à la pansexualité, de la vierge à la personne d’expérience, aucun jugement n’est émis. La virilité ou la féminité de chacun n’est jamais remise en cause, il n’y a aucun cliché, bien au contraire. Erika arrive à pointer du doigt ce qui peut clocher dans la critique que l’on peut émettre sur quelqu’un de différent de nous. Ici la différence est banalisée, naturelle et n’est jamais là pour remplir un quelconque quota pour être dans la mouvance d’un enième hashtag.

Celui qui n’a jamais serré un autre homme dans ses bras ne sait pas à quel point il est bon de sentir une amitié partagée avec autant d’intensité. Quand à ceux qui trouvent que cela manque de virilité, ils sont probablement les plus idiots de tous.

Les relations entre les personnages sont normales et spontanées. Rien n’est surjoué, ni faux. Erika Boyer n’écrit pas avec ses doigts mais avec son cœur, son âme même. Elle donne naissance à ses personnages, elle les accompagne dans les bons et les mauvais moments, elle souffre et rigole avec eux. Elle ne les maltraite pas par choix, mais parce que c’est ainsi. Comme le destin, parfois, se charge de nous imposer certaines épreuves pour mieux nous faire grandir par la suite. Erika possède la délicatesse d’une personne hors du commun. Sa vision du monde, sa bienveillance, ses valeurs transparaissent dans ses histoires. Mais à la différence de beaucoup elle n’impose rien. Elle écrit simplement sa vérité et laisse le choix à celui qui la lit de l’interpréter comme il ou elle le souhaite. Est-ce que c’est à ça que l’on reconnaît un grand écrivain ? Je ne sais pas, je ne suis pas une experte, mais je sais que pour moi il n’y a aucune raison qu’elle ne le devienne pas.

Au fil des chapitres, Erika arrive à créer un certain suspense avec une narration différente, comme si Sandy nous racontait son aventure en connaissant déjà les conséquences de ses choix. Cela maintient le lecteur dans l’envie de continuer la lecture pour découvrir ce qu’il va vivre. L’autre personnage principal est celui de Danny, une femme mystérieuse et aussi tatouée que notre motard. Rencontre d’un soir qui se poursuit en une complicité naissance et une entraide dans leur quête respective. Le fait que l’on découvre la jeune femme à travers les yeux de Sandy renforce cette mystérieuse et troublante aura qui l’entoure. Femme-enfant insouciante, mais blessée dans sa chère. Le mélange de ses deux être brisés et tourmentés à leur manière individuelle donne naissance à une interaction pleine de sincérité et d’empathie. L’attraction est mutuelle mais ce n’est pas le plus important dans ce premier tome. C’est plutôt un ensemble de petites choses qui les définis, mais aussi les personnages secondaires qui les entourent. Sandy s’est construit à travers l’amitié et l’amour qu’il porte à sa bande de copains dont les âges et les physiques varient.

La solution à nos problèmes ne se cache pas toujours en autrui. Ce qui importe, c’est de ne pas se perdre, en nous ou ailleurs. Et lorsqu’on sait où se trouve le nord, on finit toujours par retrouver son chemin.

En conclusion, des moments forts qui nous frappent en plein coeur à des moments plus légers, ce premier tome de Promesse tenue s’avère être le début d’une quête introspective pour Sandy, homme fort touchant n’hésitant pas à verser des larmes. Une découverte émotionnelle et un apprentissage douloureux mais nécessaire pour arriver à destination. Erika Boyer est une plume qui vit en accord avec les principes qu’elle défend, elle ne triche pas, ne cherche pas à être qui elle n’est pas, et reste fidèle à son coeur. Mes simples mots ne seront jamais assez pour dire à quel point son écriture la différencie de tous les auteurs que j’ai pu lire jusqu’à présent. Certaines phrases me restent, comme indélébiles. À chaque nouvelle lecture je suis charmée par son évolution, sa bonté, et par dessus tout par sa perception du monde. À présent, c’est à vous de la découvrir.infos roman (1)

3 réflexions sur “Critique #217 – Promesse tenue tome 1 : En chemin de Erika Boyer

  1. Mon commentaire va sembler tout petit à côté de ta chronique, mais comment en écrire un à sa hauteur quand le seul mot qui me vient, c’est : merci. Merci de m’avoir lue une nouvelle fois et de l’avoir fait à l’époque déjà, merci d’avoir passé ce moment avec Sandy et sa bande et merci d’avoir pris le temps d’écrire une si belle chronique.
    Difficile de dire plus, je suis juste très touchée et vraiment reconnaissante ♡

    Aimé par 1 personne

    • Encore une fois, je t’en prie. Pour moi mes mots ne rendront jamais justice au talent que tu as et encore moins à la personne que tu es. Si le monde était peuplé de plus de personne à ton image, alors la société n’en serait pas là où elle en est. Ça va paraître idiot ce que je vais dire, mais je me lance. J’aimerai que tu puisses te voir de la manière avec laquelle je te vois. Ok je ne t’ai jamais vu en chair et en os, mais cela n’empêche pas le fait que j’ai une profonde estime pour toi et pour toutes tes valeurs. Tu es une personne exceptionnelle comme rarement j’en ai vu. Tu as un immense talent et je suis fière d’avoir eu la chance de te lire par le passé, et pour le présent je ne regrette pas d’avoir acheté ton roman. Je serais là pour le tome 2 (si c’est en rupture lors du salon je fais voler les tables 😒😂) et pour tout ce que tu ferras pas la suite. Ta plume est unique et personne ne sera jamais comme toi et tes écrits. Je vais m’arrêter là parce que certes le ridicule ne tue pas mais tout de même. Ah et je tiens à redire que je ne suis pas une psychopathe. 🤣

      J'aime

      • Si le monde était peuplé de plus de gens comme moi, ce serait un monde qui ne s’arrête jamais xD Ce serait plutôt fun =D
        Je ne sais pas exactement comment tu me vois parce que c’est dans ta tête, ton coeur, et qu’on a déjà du mal à bien se comprendre soi-même alors imagine comprendre les autres… mais ça me fait plaisir que tu penses du bien de moi. Je ne me vois certainement pas comme tu me vois, mais ça va, j’ai une image cool de ma personne. Je ne suis pas prétentieuse donc on peut penser que je me sous-estime, que je ne m’aime pas ou quoi, mais pas du tout, je m’estime à ma juste valeur. Comme beaucoup, je suis un peu sévère avec moi-même alors que je ne le suis pas du tout avec les autres, mais je sais reconnaître mes qualités et mes forces, comme je sais voir mes défauts et mes faiblesses.
        Moi aussi je me suis égarée xD je conclus en te remerciant une nouvelle fois ♡ Et t’inquiète, le tome 2 ne sera pas en rupture ! Je suis sûre qu’il y en aura bien assez le jour J !

        J'aime

Répondre à Erika Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s