Critique manga #305 – Le prix du reste de ma vie tome 1, Parasites Amoureux tome 1, Derrière le ciel gris tome 1

titre manga

Pour leur nouvelle collection, les éditions Delcourt-Tonkam ont choisi de débuter avec trois titres du mangaka Sugaru MIAKI, dont les ouvrages nous plongent dans les coins sombres de personnages se sentant exclu de la société. Psychologique, mélancolique, et déroutant sont les trois mots pour décrire les débuts de Le Prix du reste de ma vie, Parasites amoureux, et Derrière le ciel gris. 

delton


Manga - Manhwa - Prix du reste de ma vie (le) Vol.1Disponible aux éditions Delcourt-Tonkam dans la collection MoonLight ou sur Amazon au prix de 7.99 € | LIRE UN EXTRAIT ICI

Le prix du reste de ma vie est l’adaptation du light novel Mikkakan no Koufuku, en trois tomes terminés. Il a été prépublié en 2016 dans le magazine numérique Shonen Jump + des éditions Shueisha. Kusunoki et un jeune adulte désabusé par la vie qu’il mène, ayant cru à tort être plus intelligent que les autres lorsqu’il était adolescent. Sa seule amie était sa voisine, Himeno, avec qui il partageait certains traits de caractère comme le manque de sociabilité. À l’âge de 10 ans, ils se sont promis que si dans dix ans ils sont encore célibataires, ils se passeraient la bague au doigt. À présent, les dix années sont loin derrière eux, et Kusunoki ne cesse de demander ce qu’elle devient, mais aussi que vaut bien sa misérable vie ? Il connaîtra la réponse à sa question en se rendant dans une boutique pour vendre quelques affaires, on l’envoie dans une autre boutique qui rachète la vie des gens. L’ambiance est dans l’introspection pure des personnages principaux, notamment le jeune garçon.

2

© 2016 Miaki Sugaru / Taguchi Shouichi, Shueisha

Le second personnage principal apparaît quelques chapitres plus loin, et sans trop en dire c’est surtout elle et son aura qui retient l’attention du lecteur. Miyagi est son observatrice, sorte de guide peu bavard, mais pleine de sagesse. Le mystère autour de son histoire passée est ce qui pique notre curiosité, nous faisant facilement oublier Kusunoki. Il faut dire qu’il n’a rien pour plaire au lectorat. Il ressasse sans cesse sa vie passée, ses erreurs, et a de quoi être un peu égoïste. Pourtant il y a une certaine couche d’introspection intéressante mais pas assez creusée, le format manga en trois tomes limitant l’exercice. La narration est lente mais pas ennuyeuse. C’est peut-être le titre sur les trois de Sugaru MIAKI qui m’a le plus plu. Le dessin est propre. Le design des personnages est simple mais tout de même travaillé. Le style de Shouchi TAGUCHI est particulier sans être extravagant. En conclusion, un début de trilogie qui pique notre intérêt au vif grâce à son personnage féminin dont le passé nous intrigue fortement. Concernant Kusunoki on a surtout envie de voir ce qui a pu advenir de Himeno.15 sur 20

 

Manga - Manhwa - Parasites Amoureux Vol.1Disponible aux éditions Delcourt-Tonkam dans la collection Moon Light ou sur Amazon au prix de 7.99 € | Également disponible au format numérique | LIRE UN EXTRAIT ICI

En février dernier, les éditions Delcourt-Tonkam on lancé une nouvelle collection, Moon Light. Dans cette dernière, sont publiés des récits qui ne trouve de place dans aucune autre collection de l’éditeur. Parasites Amoureux de Sugaru MIAKI lance l’ensemble, en se basant sur le light novel du même nom qui est également disponible en français chez le même éditeur. Kiosuru Kiseichu de son titre original est prépublié dans le magazine Shonen Ace des éditions Kadokawa Shoten depuis 2018. Le dessin est signé Yuki HOTATE avec un charadesign de Shion & Yuki HOTATE. Kengo est un chômeur qui sort très peu de chez lui pour cause de trouble obsessionnels liés aux parasites, microbes, etc. Le contact avec les autres lui est impossible aussi bien physiquement que mentalement, pour lui. Habité par la tristesse et la haine qu’il éprouve envers sa situation, il a mis au point un virus informatique qui sera lancé lors du réveillon de Noël et coupera toutes communications entre téléphones portables, empêchant aux gens de se rejoindre. Mais un jour, il est contacté par un inconnu qui lui demande de s’occuper d’une adolescente de 17 ans qui a cessé d’aller en cours. Deux individus touchés par des troubles différents qui vont se rapprocher et créer un lien sincère ? Le récit s’ouvre sur une atmosphère étrange, lugubre, presque morose. Il y a beaucoup de mélancolie dans la narration ainsi que dans les dialogues et pensées de nos deux héros. Désarçonné et ne sachant où le récit va nous emmener, ce n’est qu’au bout de presque deux chapitres, que l’ensemble prend un tout autre sens.

1

© 2018 Miaki Sugaru / Hotate Yuki, Kadokawa Shoten

La rencontre entre Kengo et Hijiri en est le déclencheur. Si leur manière d’être face aux démons qui les habitent est différente, ils finissent par se rejoindre sur certains points, notamment le ressenti. La solitude, l’impression de sombrer dans une folie silencieuse, MIAKI brosse un portrait singulier de chacun. Ce qui pourrait poser problème pour certains est dans le fait que Kengo a 27 ans et que la lycéenne n’a encore que 17 ans, Malgré cela, on apprécie que l’impression de romance qui se fait réside surtout dans le courage qu’ils s’inspirent l’un et l’autre, plutôt que dans le charnel. Pour le moment, pas de contact physique de ce genre, mais on verra par la suite. La fin du tome surprend, sans que l’on ne sache si cela est une bonne ou une mauvaise chose. Le trait de Yuki HOTATE accompagne de manière cohérente le scénario. L’ambiance hivernale se ressent à la lecture, tout comme la détresse et l’espoir habitant nos deux héros. Niveau édition, Delcourt-Tonkam a fait du très bon travail. En conclusion, Parasite amoureux plaira aux personnes qui aime plonger dans la psychologie de héros perdus et qui semblent enracinés dans une routine faite de résignation. C’est un récit social qui aborde de manière naturelle les troubles obsessionnels, offrant des personnages crédibles. Une lecture globalement intéressante.15 sur 20

 

Manga - Manhwa - Derrière le ciel gris Vol.1Disponible aux éditions Delcourt-Tonkam dans la collection MoonLight ou sur Amazon au prix de 7.99 € | Également disponible au format numérique | LIRE UN EXTRAIT ICI

On termine avec Derrière le ciel gris, toujours de Sugaru MIAKI, en cours au Japon avec deux tomes aux éditions Kodokawa Shoten, depuis 2016. Le dessin est signé LOUNDRAW. L’histoire est celle de Kumorizora, un adolescent au don très spécial, lui permettant de contrôler physiquement les gens autour de lui. Poussé à le faire par autrui, il se retrouve à devoir éliminer ses cibles en faisant passer la chose pour un suicide. Son nouveau  »contrat » se trouve être une lycéenne discrète qui ne manquera à personne si elle venait à disparaître. Il approche donc de Aozora sans se douter que cette mission risque de faire basculer son quotidien et sa vie. Ici, deux genres se rencontrent. Le fantastique et le tranche de vie. L’ensemble se marie bien et offre une idée de départ intéressante qui explore avec pertinence le malaise social, la dépression,… et plus. Si le personnage masculin ne nous inspire pas grand chose à part un certain dégoût, on peut remercier le personnage féminin de nous capter avec sa douceur. Le lecteur ne peut s’empêcher de ressentir une certaine compassion envers ce qu’elle endure.

3

© 2016 loundraw / Miaki Sugaru, Kadokawa Shoten

La relation n’est pas plaisante puisqu’elle repose sur un lien toxique dérangeant. Sugaru MIAKI reste dans ce qu’il connaît le mieux, à savoir la mélancolie et le désespoir. Toutefois, nous avons une infime luminosité qui arrive à transparaître très brièvement au fil de la lecture. La part de psychologie de Kumorizora n’est pas assez développée pour que le personnage soit autre chose qu’un être cruel et sans intérêt. Peut-on s’attendre à ce que MIAKI donne du fond à cet adolescent ? Peut-être… en tout cas cela rendrait la lecture beaucoup plus agréable. Graphiquement ça tient la route, même si un pourrait croire que non au premier coup d’oeil. Le trait de LOUNDRAW est particulièrement délicat, frôlant la douceur de la poésie. Cela peut paraître simple, mais en réalité cela demande de la maîtrise. Toutefois, les visages manquent un peu d’expression. En conclusion, on va gentiment attendre la suite pour donner un avis plus complet et moins mitigé. Avec un héros manquant de consistance, mais une héroïne déjà bien solide, on peut espérer un peu mieux pour la suite…Copie de lire en bulles

 

4 réflexions sur “Critique manga #305 – Le prix du reste de ma vie tome 1, Parasites Amoureux tome 1, Derrière le ciel gris tome 1

  1. Autant j’ai adoré derrière le ciel gris, son ambiance et ce huit clos sur les personnages autant la fin de Parasites Amoureux a juste totalement gaché ma lecture 😅 j’hésite à lire le 3e, enfin ça attendra de toute façon que le confinement se termine..

    J'aime

    • La fin de parasites amoureux est l’un des point faibles de ce premier tome. ça m’a rappelé le côté fantastique SF également présent à la fin du tome 1 de Time Shadows…

      J'aime

      • J’ai rien contre les éléments sf hein mais ici ça gâche tout ce que l’auteur a mis en place pendant le tome et ça tombe comme un cheveux sur la soupe 😅 je ne comprends pas trop l’intérêt..

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s