Critique manga #311 – Just Not Married tome 1

titre manga (3)

La vie de couple n’est jamais chose simple. Entre les hauts et les bas, il y a de quoi vouloir faire du saut à l’élastique. Just Not Married aborde la signification du couple, son mode de fonctionnement, les casses-tête et le bonheur. Maturité et humour, ce sont deux ingrédients importants d’une bonne histoire.

 

Disponible aux éditions KANA dans la collection LIFE/BIG KANA ou sur Amazon au prix de lancement de 5.85 €  

kanadargaudsuisse


Just Not Married (Ku Neru Futari Sumu Futari en VO) est le premier titre de la nouvelle collection des éditions KANA, intitulée Life. L’oeuvre de Kinoko HIGURASHI a été prépublié entre 2012 et 2015 dans le magazine Comic Zenon de l’éditeur Tokuma Shoten, et compte un total de 5 tomes. Si ce titre est le premier de la mangaka à arriver chez nous, les japonais la connaissent pour d’autres titres tels que : 100% Gokuma Kareshi (2009), Futsutsuka Mono no Ani Desu ga (2015), Kojinsa arimasu (2018), et quelques autres titres. Ritsuko et Nonoyama sont en couple depuis le lycée, soit il y a 10 ans en arrières dont 8 de vie commune. Autour d’eux, une question ne cesse de leur être posée : Alors, c’est pour quand ? Pss pressés de se marier, ni d’avoir des enfants, le couple présente alors son quotidien du point de vue de chacun. Une vie vécut à leur rythme que cela plaise aux autres ou non.

Le point de départ, – surtout le thème – est celui du mariage qui dans la société actuelle est toujours présente même si les jeunes ne semblent plus vraiment intéressés par cette étape dite  »classique » presque  »obligatoire » du point de vue de certains. Famille, amis, collègue, chacun ne cesse de demander à nos deux tourtereaux pourquoi ils ne se sont pas encore lancé. Si le lecteur peut venir à se demander la même chose, on comprend rapidement que cela n’est pas utile pour être en couple, amoureux et bien s’entendre. La personnalité de chacun est très rapidement mise en avant grâce à la narration de la mangaka. En effet, chaque chapitre est divisé en deux parties, chacune nous montrant le point de vue de l’un est l’autre d’une même situation. Il n’y a pas vraiment de fil rouge, on est d’accord, mais découvrir le quotidien de ces jeunes adultes est assez divertissant. Entre tendresse, quiproquos, introspections personnelles et affectives, HIGURUSHI travaille ses personnages au corps (et coeur). Nonoyama est un jeune hommes discret voire introverti. Ses pensées et ses remises en question le dépeignent comme un personnage saint dans son corps et son esprit, même si toutefois un certain sentiment d’insécurité semble l’envahir quand Ritsuko est trop loin de lui. Cette dernière est plus ouverte, plus sociable (attention Nonoyama n’est pas un ermite associable hein) que son compagnon, et dont le caractère est très prononcé. Toutefois, les deux s’aiment réellement, et le prisme du couple permet de mettre aussi bien le bon que le mauvais dans une relation. En seul tome, la mangaka arrive à aborder plusieurs autres thèmes : critique de la société, l’importance de trouver son propre bonheur, sa place dans le couple, la confiance, etc. La narration est légère, oui, mais la mangaka fait en sorte que le point de vue de chacun puisse exprimer ses différences. L’humour passe par la narration et le graphisme, se complètent d’une manière plutôt mélancolique, douce et réussie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le trait de Kinoko HIGURASHI est fort et marqué, même si à certains moments nous avons un peu de fragilité. Les personnages sont très expressifs, pas caricaturaux, et bénéficient d’un bon design. Les tenues vestimentaires sont un bon complément au récit puisqu’elles accentuent le caractère de chacun. Le sérieux et l’humour sont bien dosés. L’édition de chez KANA est de qualité avec une bonne traduction de la part de Sophie Lucas.

En conclusion, un bon premier tome pour Just Not Married qui nous montre la vie d’un couple de jeunes adultes ne suivant pas toutes les règles dictées par la société, proches ou pas proches. Un ton mature qui plaira aux lecteurs de Seinen mais aussi à ceux qui pensent qu’un récit intégrant de l’amour et le train-train quotidien ne peut être intéressant car, berk, cela fait beaucoup penser au shojo. Humour, personnages attachants, une très bonne lecture à découvrir !infos manga (4)

 

 

3 réflexions sur “Critique manga #311 – Just Not Married tome 1

  1. Pingback: Just Not Married, premier titre de la collection Life de Kana – Le blog de l'Apprenti Otaku

  2. Pingback: « Just not married – Tome 1 » de Kinoko Higurashi (Kana, 2020) – Les miscellanées d'Usva

Répondre à lesvoyagesdely Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s