Critique manga #320 – Sky-High Survival tome 16, 17 et 18

titre manga (7)

La fin est proche pour Sky-High Survival, et cela se sent. Les divers affrontements entre nos héros et masqués sont de plus en plus nombreux, et le monde sanglant dans lesquels ils tentent de survivre s’éclaircit dans son concept. Un manga survival qui perdure, se perd un peu, mais qui reste bon grâce à ses personnages. 

 

Disponible aux éditions KANA dans la collection Dark Kana ou sur Amazon au prix de 7.45 € | Également disponible au format numérique sur Izneo | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS

kanadargaudsuisse


Sky-High Survival est un Seinen de survival, comme l’indique son titre, qui a pour originalité de se dérouler dans un Tokyo alternatif où les personnages ne peuvent sortir des immeubles et doivent donc évoluer de toit en toit, afin d’échapper aux tueurs masqués. Ou alors, ils n’ont qu’à se suicider si le désespoir l’emporte sur la raison. Le concept de départ est bon et le reste dans sa globalité, pourtant au fur et à mesure de sa publication, l’ensemble s’est complexifié pour toucher arriver à des affrontements censés nommer le nouveau dieu de ce monde. Ne cherchez pas, c’est trop long et compliqué à expliquer. Depuis quelques tomes, la série se perd un peu dans sa narration devenant parfois un peu trop tirée par les cheveux. Toutefois, si on suit la série depuis le début on ne peut s’empêcher de vouloir connaître la fin, surtout que la série a pris fin au Japon avec son 21ème tome. Puis, personnellement c’est avant tout pour ses personnages que j’affectionne la série, et aussi pour ses premiers tomes qui m’ont vraiment marqué. C’était innovant et bien mené, malgré une suite en dent de scie.

Dans ce tome 16, nous devons dire un presque adieu à un personnage présent depuis presque le début de la série. Son évolution et son lien fort avec certains de nos héros, nous l’aura rendu attachant. Sa présence dans le manga va donc prendre fin, pas vrai ? Eh bien, le scénariste Tsuina MIURA laisse planer le doute. Le récit part dans quelque chose de plus spirituel, ayant presque une approche philosophique sur le pouvoir d’un dieu X ou Y et la limite de celui-ci. On peut voir certaines références à la religion, sans que cela ne soit vraiment appuyé ou moralisateur. Rika, le grand frère de Yuri, est toujours sous le contrôle de Aikawa celui qui a décidé de devenir le dieu de ce monde et de faire en sorte que les plus faibles soient éradiqués de la planète. L’auteur joue avec le fait que les limites de son monde ne sont pas vraiment défini, ce qui concrètement au bout d’un moment peut lasser. On a un peu l’impression qu’il essaye de rendre certaines interventions logiques au dernier moment. Dans ce tome 16, Yuri est un peu en deçà de ce qu’elle peut être, à savoir une fille badass qui n’hésite pas à botter l’arrière-train des masqués et autres. Le Snipper est au coeur de l’intrigue qui on le sait est liée à Rika et leur passé en commun. Depuis le temps que leur secret est évoqué, on finit par deviner de quoi il retourne, mais on aimerait que le mangaka se décide à enfin le dire !

Dans le tome 17, MIURA continue sur sa lancée et semble vouloir faire durer le combat oppose la masquée Croupière et l’Archange, et cela se ressent à la lecture. Ce n’est pas gênant puisque le mangaka entre-coupes l’affrontement pour nous montrer les autres personnages de son histoire. Le monde dans lequel ils évoluent continue de s’étoffer, et on comprend mieux certaines choses notamment l’existence d’un gérant, à savoir le créateur de son monde fictif. Si l’idée de l’éliminer pour arranger les choses nous traverse l’esprit, on apprend finalement que si ce dernier est tué, le monde fictif se mélangera au monde réel. Cela engendre donc une frustration encore plus grande pour nos héros survivants. La première en ligne est Yuri qui semble atteindre son point de non-retour. Après autant de temps à essayer de ne pas mourir en tuant, la haine et le dégoût qu’elle ressent pour ce monde cruel semblent la changer au point que sa mort serait la solution. Pas grand chose à dire sur ce tome, à part le fait que le lien entre Rika et le Snipper est enfin révélé. Le face à face est plus psychologique que physique ce qui peut décevoir certains lecteurs. Personnellement, vu le nombre de combat que l’on a depuis quelques tomes, ce choix de la part du mangaka m’a paru plus judicieux.

Le tome 18 voit Yuri succomber à son côté obscur où la haine et la destruction de ce monde sont les seules réponses qu’elle veut apporter. Ici, l’adolescente reprend enfin sa place de fille forte et déterminée, et il faut dire qu’on l’attendait fortement. Seule petite ombre au tableau, se trouve être Mayuko qui clairement est relayée au second plan, voir effacer. Dans ses premiers tomes, Sky-High Survival avait parié sur ce duo improbable entre une fille qui a dû apprendre à s’endurcir et celle qui était déjà une dure à cuire. Leur complicité et le lien naissant entre elles ont été des éléments déterminants dans la construction de la série. Malheureusement depuis quelques tomes cela ne semble plus être décisif dans le récit, laissant la place à des personnages moins pertinents selon moi, comme l’Archange qui est plus un personnage bourrin et moins stratège que Yuri et Mayuko. Dans ce tome, Rika est encore plus au centre de l’intrigue puisqu’un personnage de son passé va venir le mettre au défi. À voir comment cela peut venir à se développer puisque la fin est réellement très proche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le dessin de Takahiro OBA est toujours aussi bon. Les scènes d’action sont dynamiques et fluides. L’aura imposante de certains personnages est vraiment lisible dans la pose que l’artiste décide de leur donner. Le regard est important, notamment dans la transition entre certaines cases. En conclusion, Sky-High Survival arrive bientôt à son terme avec un dernier arc qui nous montre le frère et la sœur, Rika et Yuri, emprunter des chemins différents et dont l’issue finale de l’histoire va dépendre. Certains moments restent parfois un peu confus, mais on est tellement attachés aux personnages (même aux méchants) que l’on ne peut ignorer l’envie de connaître la fin. Qui va vivre et qui va périr ?

Copie de lire en bulles

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s