Critique manga #323 – Dragon Metropolis tome 1

 

titre manga (12)

Bienvenue dans l’univers Steampunk d’une Chine fictive comme vous ne l’avez jamais vu ! Dragon Metropolis vous montrera ses richesses, sa technologie, mais aussi ses plus sombres secrets. Quand la pauvreté et l’injustice infectent le quotidien de pauvres gens, un héros sort du lot, sans même le réaliser ! Un récit qui fourmille de très bonnes idées !

 

Disponible aux éditions CHATTOCHATTO dans la collection Shonen ou sur Amazon au prix de 7.95€

Merci à l’équipe de ChattoChatto pour cette découverte et la confiance


Dragon Metropolis est le dernier-né des éditions ChattoChatto qui étoffent son catalogue avec des titres qui méritent qu’on y jette un oeil. Après Carciphona [mon avis tome 1 & 2], le one-shot Quand la neige m’appelle [mon avis], Frankenstein Family [mon avis tome 1] et Don’t Call Me Magical Girl, I’m OOXX [mon avis tome 1], l’éditeur offre un shonen manhua taïwanais, toujours en cours avec 4 tomes. Il est scénarisé et dessiné par BARZ Jr. Dont c’est le premier travail.

Le récit prend place dans le pays de Dragon Dynasty qui connaît une popularité de plus en plus grande grâce à l’invention de la machine à mouvement perpétuel qui attire les gens du monde entier. La ville de Dragon Metropolis se dresse comme la mégapole où la richesse coule à flots pour certains, alors que d’autres se noient dans la misère. C’est dans une de ces ruelles que se réveille Long Zhengyl, un jeune homme qui semble avoir perdu la mémoire. À ses côtés se trouve un carnet rédiger par ses soins qui va le guider dans la découverte du pays. Mais un avertissement retient son attention, il doit quitter la ville le plus tôt possible… pourquoi ? C’est ce qu’il va chercher à savoir.

Des mini shikishis offerts avec le tome 1 de Dragon Metropolis, 09 Juin  2020 - Manga news
Dans un premier temps, le lecteur est interpellé par l’ambiance très Steampunk qui se dégage des pages. La mécanique est très présente, avec une pointe de modernité tout de même, qui s’intègre très bien aux magnifiques décors. BARZ Jr. prend le temps de mettre en place son univers, laissant ainsi le temps au lecteur de bien tout assimiler. L’introduction de Long est bien faite, entre action et forte personnalité. Le lecteur découvre en même temps que le héros ce qui l’entoure, ses secrets aussi bien les plus lumineux et les plus sombres. De nombreuses questions sont posées au fur et à mesure que l’on avance, et certaines trouveront petit à petit des réponses. Toutefois, il existe une grande part de mystère et on ne peut qu’être curieux de découvrir la suite. La narration trouve encore quelques maladresse, notamment dans le premier chapitre, mais BARZ Jr. finit par trouver un certain équilibre peu avant le dernier chapitre. Les personnages secondaires ont une certaine prestance avec clairement une lutte des classes. Long est un héros assez coriace qui ne se laisse pas facilement faire, même par plus imposant que lui au niveau caractère et classe sociale. You Me est une jeune femme qui retient très vite notre intention de par son caractère aussi amusant que sérieux. Deux fortes têtes qui vont devoir trouver un juste milieu pour former une complicité qui fonctionne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Visuellement, il n’y a pas grand chose à reprocher au style, même rien à en redire au final. Le trait est dynamique et prononcé, le côté shonen possède une belle maturité dans son charadesign. Comme dit plus haut, les décors qui donnent vie à Dragon City sont d’une merveilleuse précision. Lors des scènes d’action et de combat, BARZ Jr. Ne lésine pas pour montrer toute la maîtrise de son trait. Côté édition, ChattoChatto fait du très bon travail. Nous avons le droit à une affiche couleur dépliable en début de tome, une traduction par Roxanne Gardeil du studio Makma qui semble coller, une conception graphique de couverture qui retient le regard, du papier solide et une belle impression. Seul petit bémol, pour moi, se trouve dans le choix de typographie pour narrer le récit en dehors des dialogues. Les lettres peuvent parfois se confondre avec les décors.

En conclusion, ce premier tome de Dragon Metropolis se veut introductif mais avec une bonne dose d’action pour nous garder attentif. Le personnage de Long est charismatique et à toutes les qualités pour nous enchanter jusqu’au dernier tome. En tout c’est ce que l’on espère vu les graines plantées par BARZ Jr. À suivre, avec plaisir.

15 sur 20infos manga (12)

2 réflexions sur “Critique manga #323 – Dragon Metropolis tome 1

  1. Ah j’attendais ta chronique sur ce titre ! 😁 Etant très fan de l’univers Steampunk je voulais voir ce que tu en pensais. Eh bien je pense je vais le prendre ! Merci pour ta chronique ^^

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s