Critique manga #328 – Sexy Cosplay Doll tome 2 et 3

titre manga (7)

Avez-vous une passion dans la vie ? Le cinéma, la musique, les timbres, les livres, les mangas, les bijoux, les chaussures,… tant de choses à aimer de tout notre cœur. Vous et moi aimons tous quelque chose de plus que d’autres. à nos yeux la passion devient un art, un objet de notre affection et de notre dévouement, en quelque sorte. Quand on aime jusqu’à la passion on peut en parler des heures et des heures sans jamais se lasser. On aimerait échanger avec d’autres gens sur le sujet. Dans Sexy Cosplay Doll, deux adolescents ont chacun une passion. Un titre qui aborde le sentiment de rejet, de différence, d’amour et d’amitié de manière aussi sérieuse qu’amusante. 

 

Disponible aux éditions KANA dans la collection Big Kana ou sur Amazon au prix de 7.45€ | ÉGALEMENT DISPONIBLE AU FORMAT NUMÉRIQUE | LIRE LE PREMIER CHAPITRE DU TOME 1 | LIRE MON AVIS SUR LE TOME 1

kanadargaudsuisse


À l’automne 2019, les éditions KANA lançait un nouveau titre dans leur très prolifique collection Big Kana qui faisait la part belle au monde du cosplay. Wakana Gojô, lycéen lambda qui a pour passion la fabrication de poupées traditionnelles japonaises, un art qu’il apprend auprès de son grand-père. Un jour en salle de couture Marine Kitagawa, la coqueluche de sa classe, le surprend et lui demande de lui confectionner  son costume de cosplay. Après avoir accepté de faire le costume de Marine, Gojô n’imaginait pas se retrouver débordé entre ça, s’occuper de l’atelier de son grand-père souffrant, et la révision de ses examens. De plus, avec tout ça il n’a plus tenu un pinceau pour la conception de ses poupées japonaises dont il en apprend les rouages depuis son enfance.

Le premier tome s’était révélée une véritable petite surprise, notamment grâce au thème du cosplay que Shinichi FUKUDA arrivait à mettre en avant d’une manière ludique et passionnante. Les personnages de Gojô et Marine étaient également une qualité à ne pas négliger dans le plaisir de lecture, puisque malgré leurs différentes la dynamique fonctionnait, et on s’attachait à chacun. Eh bien, ce tome 2 confirme la qualité et fraîcheur du titre. La mangaka continue de nous montrer toutes les facettes de l’exercice du cosplay, entre convention, les plaisirs et les désagrément de porter un costume quand le temps devient estival, la différence entre les maquillages et tissus choisis, etc. Pour nous, qui ne pratiquons pas cette discipline cela ne nous vient pas forcément à l’idée, et on ne peut qu’encore plus être impressionné par la ferveur de certains cosplayeurs. Le fan service est toujours là mais on ne peut réellement le qualifier de gratuit. En se lançant dans la conception d’un costume, il était évident que l’on allait voir un peu plus de peau que si la jeune fille était fan d’équitation. La mangaka arrive à trouver un juste milieu, poussant parfois un peu plus vers le côté sexy sans réellement aller jusqu’au point où cela deviendrait réellement du voyeurisme. Dans ce tome, Marine se livre complètement dans les émotions que lui font ressentir le cosplay. Elle le vit à fond, et on ne peut que la trouver attachante et amusante. C’est une jeune fille qui reste pétillante mais qui arrive aussi à avoir des moments plus sérieux au côté d’un Gojô attristé par la situation de son grand-père. La complicité entre les deux est belle et forte, avec bien entendu une romance se profilant au loin, en particulier de la part de l’un d’eux. Une situation qui ne surprend pas, oui, mais qui est bien amenée.

Dans le troisième tome, nous voyons l’arrivée d’un nouveau personnage. Une cosplayeuse très célèbre dans le milieu va demander à Gojô de lui confectionner un costume à son tour. Sasjuna Inui a beau être l’aînée du jeune homme, en taille cela est très différent, ce qui porte à sourire sans jamais être moqueur. La rencontre avec Marine va apporter son petit lot d’humour puisqu’elle est une fan absolue de celle que l’on surnomme Juju. Cette dernière n’a pas sa langue dans la poche, comme on dit, bien au contraire. Elle est exigeante et on peut facilement la trouvé un peu insupportable. Pourtant, son entrée dans le récit apporte beaucoup au manga en le lançant sur quelque chose encore plus intéressant à suivre. En effet, en présentant une cosplayeuse très différente de Marine et ayant plus d’expérience, la mangaka peut encore plus développer son thème. L’humour est bien dosé malgré un léger côté grivois avec le physique en décalage de Juju et son âge. On passe un peu outre cela puisque ce n’est pas non plus une caractéristique sur laquelle la mangaka va appuyer de manière lourdingue. Puis, vu la petite sœur de Juju, on ne peut que sourire. D’ailleurs, notre curiosité la concernant nous pique au vif. Un personnage féminin qu’on espère voir sur le long terme. Les premiers émois adolescents restent un thème fil rouge au récit également, avec le rêve de chacun pour le futur, l’éveil à l’amour, etc.

1

© 2018 Fukuda Shinichi, Square Enix

Le trait de Shinichi FUKUDA est toujours aussi séduisant. Le design des personnages en bénéficient également, sans pour autant être détaillés de manière outrancière ou trop fourni. C’est sexy, encore une fois, mais sans franchir la barrière de la perversité. Bien entendu, ce n’est pas un titre  à mettre entre toutes les mains, c’est bien précisé par l’éditeur. La maladresse et la gentillesse de Gojô est bien mises en avant, lui conférant à côté doux, bienveillant et rassurant. Il en va de même pour l’énergie débordante de Marine. Il y a un peu de contemplatif dans le rendu par moments, avec un décor très épuré.

En conclusion, Sexy Cosplay Doll confirme que l’on est en présence d’un récit divertissant qui parle d’amour pour une passion pas forcément jugée sérieuse par le plus grand nombre, mais qui se révèle être très sérieux. Le tome 3 sert de belle transition, et l’on a hâte de découvrir ce que la mangaka nous réserve dans la suite.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 réflexions sur “Critique manga #328 – Sexy Cosplay Doll tome 2 et 3

  1. Je suis aussi très fan de la série, même si le tome 4 est un peu en retrait à mon avis et sert surtout à déshabiller encore plus Marine sans pour autant faire réellement avancer la romance. Petite remarque en passant : Shinichi FUKUDA est une femme, son nom d’auteure est Fukudashin1 (福田晋一, Shinichi Fukuda à l’international). En fait, sa carrière a décollé lorsqu’elle s’est mise à faire de l’érotisme soft en passant chez l’éditeur Shonen Gahosha. Après une série à succès, « Momoiro Meloik », elle a à nouveau changé d’éditeur mais en gardant les mêmes choix artistiques : proposer des gros plans culottes et décolletés. Heureusement, elle sait aussi proposer autre chose dans « Sexy Cosplay Doll » 🙂

    J'aime

    • Hello, merci de ton commentaire 🙂
      Tu as déjà lu le tome 4 ? J’attends encore sa sortie en VF. Oui, c’est une mangaka. Je ne sais pas pourquoi j’ai dis LE mangaka dans cette nouvelle chronique puisque dans la chronique du tome 1 je dis bien LA mangaka. Je vais corriger ça tout de suite. Je ne suis pas surprise qu’elle ait fait du manga dit érotique, ça se voit. À voir si elle n’en abuse pas dans Sexy Cosplay Doll.

      J'aime

      • Oui, j’ai lu le tome 4 en scan il y a pas mal de temps puis en SP le mois dernier. Bien entendu, cela ne m’empêchera pas de l’acheter à sa sortie.

        Il est facile d’oublier sur ce type de titre que ça peut être une auteure qui se trouve derrière. Pourtant, le cas n’est pas un cas isolé, loin de là comme je le rappelais dans ma propre chronique, comme le montre l’article sur le sujet dans le Manga 10 000 images 3 consacré au manga au féminin.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s