Critique manga #337 – Tombée du ciel tome 1 et 2

Il était une fois, dans une petite bourgade bien tranquille, un jeune lycéen qui voulait mener une vie sans problème et sans tumulte. Mais un soir, le voilà à devoir prendre sous sa protection un ange tombé du ciel. Que faire quand son quotidien est bouleversé par un être divin… mais l’est-il réellement ? Une comédie amusante à découvrir qui cache bien son lot de mystère.

Disponible aux éditions MEIAN dans la collection Shonen ou sur Amazon au prix de 6.95 €

Merci à Valérie et au reste de l’équipe pour cette découverte et la confiance


Suu MINAZUKI est un mangaka spécialisé dans les comédies dites Echhi, donc un brin sexy. Son premier manga, Watashi no Messiah-sama est paru entre 2002 et 2004 chez Square Enix. Vint ensuite Judas en 4 tomes, Gou-dere Sora Naghiara, ou encore Plunder et Cokunie Cooking. Ces deux dernières sont respectivement toujours en cours depuis 2014 et 2017. Tombée du ciel (Sora no Otoshimono) est par entre 2007 et 2014 pour un total de 20 tomes aux éditions Kadokawa Shoten. C’est le premier titre du mangaka à voir bénéficié d’une adaptation animée, avec deux saisons ainsi que des films et OAV.

Tomoki Sakurai est un adolescent banal qui est très heureux de mener une existence paisible. Il vit dans une petite bourgade, et se fait réveiller chaque matin par son amie d’enfance, Sohara. Hanté depuis tout petit par un étrange rêve, il ne cesse de voir un ange tombé du ciel et lui demander de l’aide. Ce dernier devient réalité un soir quand ce qui semble être un ange tombé du ciel, en provenance de ce que l’on appelle le  »Nouveau Monde ». Elle se nomme Ikaros et est prête à exaucer chacun des vœux de celui qu’elle considère comme son maître… mais ce ne sera pas sans conséquence.

Cette comédie légèrement sexy mêlant Fantasy nous fait passer un bon petit moment de lecture. Le premier tome fait office de mise en bouche puisque le mangaka se concentre surtout sur le quotidien d’un lycéen changé par la venue sur cette Terre d’un être mystérieux. Si d’apparence la jeune fille a tout d’une humaine, elle est en revanche dotée d’une paire d’ailes, et d’un regard qui semble toujours rempli d’une certaine mélancolie. L’ambiance est très bonne, et on prend vraiment plaisir à faire la connaissance de ce petit monde à travers les souhaits et mésaventure de Tomoki. Dans tout ça, il peut compter sur sa meilleure amie, Sohara, qui a un fort caractère mais qui est très fun. Nous avons ensuite l’excentrique mordu de science, Eishirô. Ce dernier est celui qui apporte les informations concernant le nouveau monde puisqu’il surveille le ciel depuis pas mal de temps. Suu MINAZUKI présente bien son personnage angélique en mettant en avant ses capacités technologiques bien différentes de ce que nous connaissons. C’est inventif, et intéressant. Le mangaka ne manquera pas non plus de nous montrer ce que les vœux demandés par Tomoki, même par mégarde, peut engendrer, et ce n’est pas du très joli… Le trio adolescent fonctionne bien, malgré quelques clichés. Mais sincèrement cela ne dérange en aucun cas la lecture.

Après un premier tome introductif et plutôt placé sur l’humour et la Fantasy, ce tome 2 reprend les mêmes codes tout en insistant un peu plus sur le mystère qui entoure Ikaros. Après tout, pourquoi est-elle sur Terre ? Qui l’a envoyé ? Est-elle là pour faire le bien ou le mal ? En existe-t-il d’autre comme elle ? C’est au fur et à mesure de la lecture de ce deuxième tome, que ces questions viennent à nous avec parfois quelques indices pour une éventuelle réponse. Ikaros possède un côté très attachant de par son regard. Personnellement, j’ai toujours envie de la prendre dans mes bras tant elle semble perdue ou simplement triste. Les moments plus légers et avec de l’humour parfois absurdes sont toujours réussis. Ça sort d’on ne sait où, mais le mangaka maîtrise la situation. Les passages Ecchi ne le sont pas tant que ça finalement. MINAZUKI arrive à ne jamais tomber dans l’obscène ou le voyeurisme total. Le dernier chapitre apporte sa petite surprise qui promet une suite intéressante et très intrigante !

Visuellement, le mangaka possède un style qui semble un peu old school, mais pas tant que ça finalement ! Les lecteurs de mangaka des années 90 ne manqueront pas d’avoir un peu de nostalgie remonter à la surface tant le trait leur rappellera de souvenirs avec des œuvres telles que Evangelion, par exemple. Mais c’est franchement maîtrisé, et de mon côté j’en apprécie la douceur qui s’en dégage, tout comme les mimiques improbables de certains. Ce genre de charadesign est moins présent de nos jours, mais il n’en reste pas moins efficace et très bien réalisé. Je suis complètement fan du design de Ikaros, et les couvertures sont sublimes ! Les moments d’action sont fluides et lisibles. Côté édition, MEIAN offre un objet de qualité. Pages couleurs, traduction de Maria Sanchez (Angolmois) dans l’ambiance, vernis sélectif sur la jaquette, etc.

En conclusion, si vous souhaitez vous lancer dans Tombée du ciel, il est recommandé de prendre les deux tomes, car c’est réellement après la lecture de ce dernier que le titre entre dans le vif du sujet. C’est-à-dire qu’il apporte un côté surnaturel qui peut se révéler dangereux, et avec tout un tas de questions autour du personnage de Ikaros. Devrait-on se méfier de la rivière qui dort comme on dit ? Un ange peut-il cacher un démon ? À découvrir dans la suite, déjà disponible !

5 réflexions sur “Critique manga #337 – Tombée du ciel tome 1 et 2

  1. Reçu par hasard, le pitch vaguement ecchi me tentait moyennement mais si c’est sage comme tu le dis je pense m’y mettre. L’idée des anges tombés sur Terre me plait bien. Merci pour ton avis!

    J'aime

    • Franchement, je m’attendais à beaucoup plus ecchi que ça au final. Mais, j’attends de voir comment c’est dosé dans la suite. Pareil de mon côté pour les anges, et je penses qu’il y aura des moments pas mal émotionnel vu le mystère qui entoure la présence de Ikaros.

      J'aime

    • J’attends de voir sur la durée pour le côté ecchi. D’après ce que je sais l’histoire se développe un peut mieux par la suite, mais à voir quand même. Qu’est-ce qui ne t’a pas plu dans cette lecture ?

      J'aime

      • C’est surtout subjectif : je n’ai rien ressenti en lisant, l’humour n’a pas fait effet sur moi. Et c’est pas le ecchi le problème, on peut juste dire qu’il n’y a pas eu de rencontre entre moi et le manga

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s