Critique manga #341 – Double.Me tome 1, 2 et 3

À l’air des réseaux spéciaux tous azimuts, on ne peut imaginer le nombre de personnes accros à leurs smartphones et autres objets connectés. Véritable fléau de notre société ayant les yeux rivés sur les écrans que ce soit dans la sphère privée, professionelle, ou publique. Et si même dans la mort vous continuiez à être vivant, remplacé par une A.I.. Mais il existe toutefois des craintes et zones d’ombre dans toute cette technologie qui pourrait très rapidement devenir incontrôlable. Double.Me en parle…

Disponible aux éditions ANKAMA ou sur Amazon au prix de 7.95€ || Également disponible au format numérique

presse

Merci à Anne-Catherine de Dargaud Suisse pour la lecture et la confiance.


Double.Me est un manga « made in France » puisqu’il se lit dans le sens de lecture de gauche à droite et non comme un manga traditionnel. Le scénario est signé Miki MAKASU alias David Boriau, avec Oto-San, un français, aux illustrations. Le titre est publié depuis 2017 aux éditions Ankama, et est toujours en cours avec 4 tomes.

L’histoire tourne autour d’une application révolutionnaire appelée « Résurrection » développer pour le réseau social, « Double.Me ». La particularité de cette application réside dans le fait qu’après la mort d’une personne inscrite sur le réseau, une intelligence artificielle vienne prendre la place du disparu, sa peronalité, sa manière de communiquer et penser. Ainsi, les proches et amis du disparu pourrait continuer à garder le contact avec elle. Véritable hit chez les jeunes (en grande partie), les meilleures amies Aiko et Eri ne dérogent pas à la règle. Ces deux jeunes filles s’entendent bien, mais il existe un point de discorde entre elles. Celui-ci porte le visage de Dosan, le plus beau garçon du lycée. En plus d’être populaire, il est aussi le chanteur d’un groupe faisant fantasmer toutes les filles de l’école. Mais le jeune homme n’est pas célibataire, non, il sort avec Cho, qui n’aime pas qu’on regarde son petit ami trop longtemps, surtout si vous êtes Aiko et Eri. Mais quand cette dernière meurt, l’application Résurrection s’active et se met à discuter avec Aiko, dont la véritable nature va se réveiller…

Le premier tome met en place les personnages principaux, de Dosan à Cho, tout le monde à le droit de se dévoiler au lecteur. Par la suite, le scénario prend le temps de montrer des brèves du passé de Aiko, en grande partie, et on comprend rapidement que la jeune fille a été victime de harcèlement sur les réseaux sociaux. Fille d’un père au pouvoir politique important et de notoriété publique, elle semble avoir des problèmes pour s’intégrer. Sa seule amie est Eri, une fille qui l’a défendu dès son arrivée dans ce lycée, et qui depuis partage tout, ou presque avec elle. Comme dit dans le résumée, la seule chose qui semble créer de l’animosité entre elle, est Dosan. le jeune homme est plutôt banal et lisse niveau personnalité. Ce n’est que dans le tome 2, que l’on en apprend plus sur lui, et sur son lien qui le lie à Cho. Car oui, les deux ont beaux se disputer, il existe un véritable amour entre eux. Cela est très bien montré dans les flashbacks les mettant tous les deux en scène. Les relations, amoureuses u amicales, sont ce qui va venir nourrir le récit d’obscurité. De la violence, oui il y en a. C’est plutôt graphique dans tomber dans l’exagération ou dans le trop explicite.

Si le premier tome semble un peu brouillon ou pas encore rodé au niveau de l’intrigue, cela change dans la suite. En effet, dans le tome 2, on sent que Miki MAKASU maîtrise un peu plus son sujet, rendant la lecture plus fluide malgré les nombreuses informations. Tout le travail autour du concept de l’application Résurrection et de son intelligence artificielle, qui porte le nom de Sarah, est réellement intéressant. Comment un programme créer par l’homme peut-elle prendre notre place virtuellement et être en accord avec tout ce qui faisait que nous étions nous ? Cela est troublant pour n’importe quel utilisateur dans le récit, et crée forcément un faux sentiment de réconfort qui peut s’avérer dangereux. En imaginant un programme avec un tel pouvoir, on peut facilement se demander ce qui se passerait si la dite intelligence artificielle échappait au contrôl de son créateur ? Et si ce dernier n’était pas aussi bienveillant qu’on le pense ? Le récit devient un peu plus fort au fur et à mesure des meurtres perpétrés. Qui a dérapé, et pourquoi ? Les motivations de la ou les personnes(s) sont assez simplistes mais on sent qu’il y un profond malaise en elle/eux. Le troisième tome vient continuer de manière plaisante ce récit qui arrive très bien à relancer le tout avec de petits rebondissements avec des personnages qui partent en vrille. Le pire est que le virtuel à de l’incidence sur le réel, rendant le truc beaucoup plus imprévisible.

Le style graphique d’Oto-San est assez bon. C’est agréable et moderne dans l’ensemble. Toutefois j’ai ressenti une petite baisse en qualité sur certaines planches en fin de tome 1. Mais cela n’est que passager puisque les deux tomes suivant sont de qualité constante. Le trait est bon, et Oto-San retranscrit très bien le côté malsain et, dans un certains sens, voyeur de l’oeuvre. Les illustrations de couvertures sont vraiment géniales, et on sent que Oto-San s’amuse fortement ! Côté édition, Ankama fait du bon travail au niveau de l’impression et sur les jaquettes (avec du vernis sélectif).

En conclusion, après un premier tome mi-figue mi-raison, mais pas désagréable, Double.Me s’offre une suite plus convaincante. L’idée autour des smartphones, des applications, des réseaux sociaux, et des intelligences artificielles créées par des gens sans scrupules (et fous ?) nous font nous poser des questions sur tout ce que l’on décide de céder à ces personnes en exposants notre vie au quotidien. La vie privée existe-elle encore, même dans une conversation privée en ligne ? Les personnages sont hautement fêlés du bocal, et c’est violent juste ce qu’il faut. Une bonne lecture !

15 sur 20

2 réflexions sur “Critique manga #341 – Double.Me tome 1, 2 et 3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s