Critique manga #351 – Chacun ses goûts tome 1

Bon appétit ! C’est ce que j’ai envie de vous dire si vous décidez de vous lancer dans la lecture de Chacun ses goûts puisque dans ce nouveau titre des éditions KANA, la nourriture y a une grande place. Moi, ce que je préfère retenir ce sont les personnages adorables, le dessins de la mangaka, le dynamisme et le message qui nous dit que l’important c’est d’être soi et personne d’autre. Après, la nourriture c’est pas mon dada dans la lecture… mais je vous laisse découvrir mon avis dans la suite.

Disponible aux éditions KANA dans la collection LIFE ou sur Amazon au prix de 7.45 € || LIRE UN EXTRAIT ICI

kanadargaudsuisse

MACHITA est une mangaka ayant débuté sa carrière en 2014 avec le titre Ohayo Toka Oyasumi Toka, en 5 tomes, dans les pages du magazine Comic Zenon de l’éditeur Tokuma Shoten. En 2018, elle revient avec Chacun ses goûts (Haru to Ao no Obentobako en VO) dans le même magazine du même éditeur. La série est toujours en cours avec 4 tomes. En France, il est proposé par les éditions Kana dans la sous-collection Life de Big Kana.

L’histoire suit Haru, une jeune fille active qui se décrit comme une otaku qui préfère garder son argent pour acheter les DVD de ses animes préférés, des goodies, plutôt que des vêtements à la mode. Elle aime aussi vivre sa vie dans son coin et manger seule à la pause déjeuner tout en traînant sur Twitter pour voir des news de son petit monde d’otaku. Mais les gens autour d’elle ne la comprenne pas, et la prennent en pitié, ce qui commence à la gonfler, car elle, elle est heureuse. Alors, pourquoi ne la laisse-t-elle pas vivre sa vie comme elle l’entend ? Un soir, elle se rend dans un de ses restaurants préférés et décide de se faire plaisir en mangeant et en buvant un peu d’alcool. La boisson aidant elle raconte ce qui lui arrive, et l’une des personnes présentes lui explique qu’elle n’a pas à être qui elle n’est pas pour faire plaisir aux autres. Qu’elle doit s’accepter comme elle est, un point c’est tout. Cette personne est Ao, un jeune homme travesti et bisexuel. Plus les deux vont se mettre à discuter, plus ils vont s’entendre et vont décider de devenir colocataires. Une nouvelle amitié va se nouer en s’échangeant des bento fait maison.

Chacun ses goûts est un titre qui m’avait fait de l’oeil lors de son annonce notamment pour ses personnages qui ouvraient une porte sur la diversification, chose qui devient de plus en plus courante dans la littérature mais qui manque encore beaucoup dans le paysage du manga. Après ma lecture, je suis restée perplexe. Je n’ai pas été aussi emballée que ça au final, mais pas par rapport à ce que l’on peut croire. Explication. Tout d’abord, les personnages sont vraiment très bien écrits. Haru est une jeune fille très douce, et on se prend très vite d’affection pour elle. C’est une otaku. Elle aime les choses simples de la vie, ne se prend pas la tête, et au contact de Ao, elle va apprendre à s’assumer et surtout à tenir tête à ceux qui la jugent parce qu’elle ne rentre pas dans le moule. Elle est différente des autres femmes, oui, et alors ? Au final c’est ce qui fait sa force et son charme. Ensuite, nous avons Ao qui de par son caractère se distingue facilement de la masse. Il est bien dans sa peau et n’en a rien à faire du regard que peut lui porter le reste de la société. Il est physiquement beau, sur de lui, et dégage une sensualité naturelle qui nous charme tout de suite. Haru est très à l’aise en sa présence, il rassure clairement quiconque se trouve dans la même pièce que lui. Il est également de très bon conseil. Les deux ayant un parcour de vie différent fait qu’au début chacun va devoir faire des concessions pour pouvoir cohabiter ensemble. Ce ne sera pas facile au début, mais avec un peu de compréhension ils finissent par y parvenir. Ao étant un travesti bisexuel, cela trace un chemin qui n’avait pas encore été fait dans les mangas vers une diversification des genres plus important et encore avec le monde LGBT+. Attendons de voir ce que la mangaka compte faire avec cet élément dans la suite de l’histoire. Vous vous demandez ce qui m’a donc dérangé dans l’histoire, pas vrai ? Eh bien, le fait que le récit intègre beaucoup trop, mais vraiment beaucoup trop la gastronomie/nourriture ! Dans le synopsis j’ai mentionné l’échange de bento. Mais cela ne dure pas le temps de un ou deux chapitres, non! Cela dure tout le tome ! Et il n’y a pas que l’histoire du bento. Dans chaque chapitre, la nourriture est utilisée comme vecteur de sentiment pour  provoquer soit un échange soit une réflexion de la part d’un ou de plusieurs personnages. C’est fatigant et cela m’a constamment sorti de ma lecture. Je sais que des lecteurs aimeront cela, mais à titre personnel c’est un gros défaut. Ce n’est pas pour rien que je ne lis pas Food Wars ou d’autre manga où la nourriture à une grande place dans le récit. Cela ne me parle simplement pas. Et croyez-moi cela me peine beaucoup, parce que en dehors de ça, Chacun ses goûts possède toutes les qualités pour être un Seinen tranche de vie réussi. Alors je suis déçue de dire que je n’ai pas pu apprécier ma lecture comme je l’aurais souhaité, et qu’il est très probable que je lise pas la suite, puisque je sais que la gastronomie sera encore un grand thème du récit.

Le dessin de MACHITA est magnifique. Le trait est d’une grande douceur et très précis. Le design des personnages est réussi. Les expressions sont justes, notamment quand il s’agit de déguster les petits plats préparés par l’un et l’autre. C’est plein de charme. Le soucis du détail apporté à la confection des bentos est vraiment bon et très chou. Le découpage est dynamique. Le travail d’édition est de qualité, tout comme la traduction de Misato Raillard (Paradise Kiss, La Rose de Versailles, So Charming! Naruto) . En bonus vous trouverez des recettes de cuisine.

En conclusion, ce premier tome de Chacun ses goûts plaira aux lecteurs de manga tranche de vie qui aiment les personnages doux, mignons, et qui aiment prodiguer de bons conseils. Mais également, et surtout, à ceux qui apprécient les récits qui ont pour thèmes la gastronomie sous toutes ses formes. MACHITA possède un joli trait. Pour ma part, n’étant pas attiré par le thème de la nourriture dans les mangas, je ne pense pas continuer la série, et c’est malheureux, car tout dans le reste de l’histoire me plaît. Mais je vous encourage tout de même à y jeter un oeil.  

2 réflexions sur “Critique manga #351 – Chacun ses goûts tome 1

  1. C’est vraiment dommage pour toi, mais effectivement si t’es pas portée sur la nourriture, je comprends parfaitement.
    Pour ma part, il le tarde de le lire et j’espère vraiment que la bisexualité et le travestissement d’Ao seront exploités comme il se doit, parce que comme tu dis il faut ouvrir la porte de la diversité !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s