Critique manga #354 – Luminous Blue tome 1

L’un des derniers titres des éditions Taifu qui vient de rejoindre la collection Yuri, de quoi ravir les fans après une très longue traversée du désert. Un genre qui n’a pas à rougir face aux autres genres, tel que le shojo car celui-ci est aussi profond que n’importe quel autre manga. Luminous Blue en fait parti, et c’est une lecture qui emballe totalement !

Disponible aux éditions TAIFU dans la collection Yuri ou sur Amazon au prix de 7.99 €

Sans titre 1

Kiyoko IWAMI est une mangaka japonaise spécialisée dans le Yuri ayant débuté avec un one-shot ayant été récompensé par l’éditeur Kodansha en 2005. Mais ce n’est que dix ans plus tard, qu’elle revient en collaborant à deux reprises dans les anthologies du manga Citrus. En 2017, sort Toumei na Usui Mizuiro ni (Transparent Light Blue), un one-shot prépublié dans le magazine Comic Yuri Hime des éditions Ichijinsha (Citrus, Otaku Otaku, Drop Frame). L’année suivante elle collabore à nouveau avec le même éditeur pour Luminous Blue, un titre en deux tomes, que les éditions Taifu nous proposent de découvrir en cette fin d’année 2020.

Pour sa première journée dans son nouveau lycée, arrive en retard. La raison est qu’elle s’est laissée distraire sur le chemin par le paysage tant elle est amoureuse de la photographie et ne peut s’empêcher de prendre ce qui attire son regard en photo. Si elle a choisit d’intégrer ce nouveau lycée, c’est car s’y trouve une jeune fille photographe, Uchiho, qu’elle admire et qui remporte chaque année le concours interlycées de photographie. Malheureusement, le club a dû fermer faute de membre, et Uchiho a arrêté la photo par manque d’inspiration. Mais Kô ne désespère pas et décide de participer au concours, et va prendre pour modèle deux filles de sa classe: Amane et Nene. Inséparables, elles semblent particulièrement bien s’entendre, et elles sont merveilleusement photogéniques. En essayant de capturer ce qui les rend si captivantes, Kô va découvrir la véritable nature de leur relation si singulière et délicate…

Dès les premières pages, nous sommes tout de suite entraînés dans ce récit si joliment écrit et dessiné. Kyioko IWAMI a une façon particulière de conter l’histoire de ces trois jeunes filles qui vont former un trio charmant et chaleureux. Kô est une adolescente qui vit de sa passion et qui a besoin d’elle pour vivre. Elle se perd dans la photographie comme certains se perdent dans le cinéma, la littérature, la mécanique, etc. On sent qu’elle ne peut s’en passer, sans pour autant que cela ne soit une obsession. Elle est naturellement positive, lumineuse et plutôt réfléchie. Elle fait la connaissance de Amane, l’énergique parfois un peu capricieuse plus enclin à exprimer ses émotions. Et enfin, Nene, la brune envisageant de devenir mannequin, et peu enclin à exprimer ses sentiments et plus calme que son amie. D’ailleurs ce côté mannequin avec Nene commencera à prendre de l’importance dans le récit, et on sent que cela sera un facteur déterminant dans le deuxième tome, notamment pour la psychologie du personnage de Nene. On apprend rapidement que Nene et Amane formaient un couple au collège avant de rompre. Toutefois, les deux sont restées amies, mais on sent que Amane ressent encore des sentiments amoureux…. C’est bien plus complexe qu’on ne le pense, et Kô va être un peu au milieu de tout ça avec ce côté innocent puisqu’elle n’a jamais ressenti de sentiments amoureux. En dehors des sentiments, des personnages et de l’évolution que chacun va entreprendre, la mangaka prend le temps de développer l’aspect photographie du manga. Elle l’exploite de deux manières, toujours à travers les yeux de Kô. La première est le simple fait que Kô prendre des photos de ses amies, des paysages, etc. La seconde est plus profonde puisqu’elle montre deux aspects d’une seule et même personne, par exemple. Une Nene souriante que Kô trouve magnifique de derrière son objectif, et un photographe professionnel qui lors d’un shooting va lui dire de ne pas sourire car elle n’est pas belle ainsi.

Le style de Kiyoko IWAMI est magnifique. Le design des personnages est ravissant, étincelant, dynamique, et rafraîchissant dans ce que nos héroïnes dégagent. Les regards sont hypers expressifs, notamment celui de Kô qui est d’une telle profondeur. C’est impressionnant de voir des regards dessinés avec une telle précision. Le tout est très délicat. Les décors sont superbes et détaillés. La mise en scène est bien pensée, avec une mangaka qui a pensé à chaque angle pour la prise de photo, aidant à nous projeter aisément dans la lecture. Côté édition, rien à redire puisque Taifu livre encore une copie de qualité avec page couleur, bonus sous la jaquette, et une traduction de Karen Guirado fluide.

En conclusion, ce premier tome Luminous Blue a été une excellente lecture. La mangaka pose rapidement les bases de son récit et ses personnages. Le tout s’enchaîne sans aller dans la précipitation. C’est complexe dans les relations partager entre les personnages. Kô est celle qui comme nous découvre tout. On sent que le passé de Amane, Nene et Uchiho va rapidement les rattraper. Kiyoko IWAMI ouvre plusieurs pistes d’un coup, et on se demande comment elle arrivera à apporter une conclusion à chacune en seulement un tome. Mais on reste confiant car premier tome a réellement été un vrai plaisir !

17/20

2 réflexions sur “Critique manga #354 – Luminous Blue tome 1

  1. On est raccord aujourd’hui, je parle aussi de ce titre qui tout comme toi m’a séduit dans le ton et la forme. J’ai aussi été frappée par l’expressivité des regards et encore plus de la lentille de l’appareil photo. Mais j’ai aussi un peu peur d’un final précipité. In croise les doigts !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s