Critique manga #370 – Kaguya-sama Love is War tome 1 et 2

Quand l’amour devient une guerre et que les coeurs qui s’aiment se déchirent, aucun temps mort ne peut avoir lieux. Deux esprits aussi malin que malicieux n’accepteront jamais de laisser parler leur coeur et d’avouer leurs sentiments. Aussi amusant que cela soit-il, on peut signaler que ce genre de comportement et malsain. Bien maintenant que j’ai remis les pendules à l’heure, partons à la découverte de Kaguya-sama Love is War.

Disponible aux éditions PIKA dans la collection Seinen ou sur Amazon au prix de 7.20 € || Également disponible au format numérique || LIRE UN EXTRAIT ICI

pika

Aka AKASAKA est un mangaka en activité depuis 2011, date à laquelle il a publié Sayonara Piano Sonata pour les éditions ASCII Media Works. Par la suite il écrit et dessine Instant Bullet en 5 tomes chez le même éditeur, Oshi no Ko pour Shueisha et toujours en cours, et enfin Gensaku Hinataka en 3 chapitres.  Kaguya-sama Love is War débute sa prépublication en 2015 et est toujours en cours avec 21 tomes chez l’éditeur Shueisha. En France, AKASAKA voit sa première oeuvre à être publiée en français.

À l’Académie privée Shûchiin évolue les adolescents des familles les plus réputées du Japon, comme par exemple Kaguya Shinomiya, héritière de renom richissime et vice-présidente du Bureau des Élèves. À ses côtés nous retrouvons Miyuki Shirogane, le président du BDE, et véritable petit génie des études. Admirés par leurs camarades, les deux adolescents ne sont pas insensibles à la présence de l’un et l’autre mais sont beaucoup trop égocentrés pour oser faire le premier pas. Six mois s’écoulent et aucun d’entre eux ne s’est décidé à déclarer sa flamme. Autant dire que la frustration est énorme et que l’envie de faire craquer l’autre est aussi grande. N’y tenant plus, ils vont secrètement se déclarer la guerre, et pas n’importe laquelle. Celle de l’amour, et les stratagèmes pour pousser l’autre à faire le premier pas vont être nombreux.

Kaguya-sama est un des titres les plus attendus de cette année 2021, notamment grâce à la première saison de l’anime qui a cartonné et dont une saison 2 a été annoncée pour bientôt. Calqué sur les comédie romantique à succès telles que The Quintessential Quintuplets ou Rent-a-Girlfriend, Kaguya-sama possède tous les ingrédients pour nous faire passer un bon moment. C’est drôle sans tomber dans l’excès même si nous avons des passages assez loufoques. Mais ce qui fait que l’on arrive à accepter l’absurdité de certains passages ce sont les personnages et leur raisonnement très psychologique. En effet, Kaguya et Miyuki se livrent une vraie guerre cérébrale entraînant avec eux le lecteur qui ne peut s’empêcher de se demander où il a bien mis les pieds. L’ensemble se construit chapitre après chapitre, comme presque un gag manga, mais est relié à un fil rouge très intéressant. Nous avons une véritable construction psychologique entre sérieux et comédie. Kaguya se présente comme une jeune fille calculatrice se cachant sous un masque de fausse naïve qui lui va à ravir. Il est amusant de la voir mettre à mal son potentiel prince charmant, Miyuki. Ce dernier qui est si intelligent se retrouve souvent sans voix face à tant d’audace de la part de sa camarade. Il est sérieux mais tout aussi calculateur. Pour que l’on ne soit pas qu’en présence d’eux deux, Aka AKASAKA a eu la bonne idée d’introduire un troisième personnage. Il s’agit de la meilleure amie Chika Fujiwara qui apporte une belle luminosité au récit. Sa fraîcheur d’esprit et de cœur contre-balance avec la presque cruauté de ses deux amis.

Du côté graphique, on sent que le mangaka n’est pas encore tout à fait au point, surtout quand on voit la qualité des couvertures. Le design des personnages est ce qui pêche le plus. Le trait manque un peu de finesse, mais cela reste plus que correct. Toutefois, la lecture n’en est pas pour autant perturbée, loin de là. C’est moderne dans son ensemble et réussi. Au niveau de l’édition, l’équipe de chez Pika a fait un très bon travail. La traduction de Marylou Leclerc est de bonne facture, rien à redire.

En conclusion, ces deux premiers tomes de Kaguya-sama Love is War ont été une lecture très plaisante et divertissante. Aka AKASAKA offre un récit au début plus que prometteur et se jouant des comédies romantiques. Les personnages sont percutants, attachants et complètement dans leur monde. Un récit rafraîchissant dans son idée et son exécution, à découvrir pour votre plus grand enthousiasme.

17/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s