Critique manga #377 – Wombs tome 1, Sarissa of Noctilucent Cloud tome 1

Aujourd’hui je vous propose de découvrir deux récits de Science-Fiction avec des héroïnes fortes et volontaires. Wombs de chez Akata installe un récit dynamique et percutant par les thèmes qu’il aborde. Pas très loin derrière, figure Sarissa of Noctilucent Cloud qui voit le sentiment de non-appartenance dans la société venir changer la vie d’une jeune fille. Deux mangas courts, mais qui devraient marquer un lectorat friand de ce genre.

Merci aux éditions AKATA et PANINI MANGA pour ces lectures et leur confiance


Manga - Manhwa - Wombs Vol.1

Disponible au éditions AKATA dans la collection Large ou sur Amazon au prix de 8.50€ || LIRE UN EXTRAIT DU TOME

Wombs est l’une des séries SF les plus récentes parues aux éditions Akata. Écrit et dessiné par la mangaka Yumiko SHIRAI, dont la duologie Rafnas était sortie en 2017 aux éditions Komikku. Au Japon, l’autrice est active depuis 2007. Wombs n’est pas le titre le plus récent de la mangaka, puisqu’il date déjà de 2009 (conclu en 5 tomes). Depuis, la mangaka travaille sur Wombs Cradle, la suite du manga dont je vais vous parler. Ce récit de SF voit l’humanité ayant terraformer la planète Jasperia. Mais c’était sans compter sur l’arrivée d’envahisseurs déclarant que Jasperia leur appartient. Une guerre va alors éclater, entre les First est les Second. Vingt ans plus tard, on constate que rien n’a changé. Mana Oga, notre héroïne principale,  a été choisie pour intégrer une section spéciale de l’armée. La particularité de cette armée est qu’elle est exclusivement constituée de femmes dont l’utérus est utilisé comme incubateur par des parasites. Ayant maintenant des capacités spéciales leur confèrent un pouvoir, cet escadron de la mort espère aider dans la guerre entre les Firsts et les Seconds. Ce premier tome de Wombs présente un univers de Science-Fiction bien maîtrisé par la mangaka, avec énormément d’informations. Ce n’est pourtant pas ennuyeux, et le rythme reste assez soutenu. Nous suivons principalement Mana Oga, une femme qui a été choisie pour rejoindre cette faction spéciale de l’armée: les forces spéciales de transfert. Chaque détail du scénario imaginé par Yumiko SHIRAI a son important sur le long terme. Il en va de même pour les différents personnages que l’on apprend gentiment à connaître. Les thèmes abordés sont nombreux. On passe de la politique à la maternité, de l’éthique à la liberté individuelle de chacun, en passant par le sexisme dans l’armée et beaucoup plus.  L’ensemble forme un récit complexe mais cohérent. Un autre aspect intéressant de ce titre réside dans la stratégie mise en place pour contrer l’ennemi. Certaines choses ne nous sont pas encore dévoilées, ce qui ajoute du suspense où les zones d’ombre sont nombreuses. Le dessin de Yumiko SHIRAI s’appuie sur la force de son trait et la sensibilité qu’elle arrive à mêler avec le reste. Le design des personnages est doux avec un côté rappelant l’aquarelle. Le travail sur le bouquin par les éditions Akata est de qualité. La traduction est assurée par le très professionnel Alexandre Goy qui s’est occupé de Running Girl ma course vers les paralympiques, également chez Akata. En conclusion, Wombs charmera les lecteurs assidus de Science-Fiction tout en réussissant à captiver de nouveaux lecteurs. On est facilement enthousiasmé par les thèmes abordés par la mangaka, mais aussi par sa vision de la société versus l’humanité. On passe un très bon moment de lecture, notamment grâce à son héroïne qui arrive à dégager une certaine chaleur alors que tout autour d’elle semble glacé. Une lecture que je recommande.

15 sur 20
Manga - Sarissa of Noctilucent Cloud

Disponible aux éditions PANINI MANGA dans la collection Seinen ou sur Amazon au prix de 7.99€

Sarissa of Noctilucent Cloud (Yakou Kumo no Sarissa en VO) est un manga écrit par Miki MATSUDA, bien connue des japonais, mais nouvelle venue dans le paysage francophone. Lancée en 2017 sur le site de prépublication du magazine Comic Ryû de Tokuma Shoten, le récit est toujours en cours avec 6 tomes. Dans ce premier tome, noue faisons la connaissance de Shinobu Nabari, une jeune fille lambda comme n’importe laquelle… ou presque. Elle arrive à se fondre dans la masse quite à devenir invisible, mais réellement invisible aux yeux de tous. Un don qui va interpeller l’armée chargée de lutter contre des créatures que l’on nomme les Arpenteurs célestes, véritable menace pour les humains. Shinobu est embarquée malgré elle dans une mission qui la dépasse mais qui lui apportera des réponses sur l’origine de son pouvoir. Ce récit mélange habilement la Science-Fiction et le fantastique grâce à ses créatures mythiques, mais aussi à cette ambiance virevoltante particulièrement réussie. Le tableau que dresse la mangaka est intéressant puisque l’on y voit les hommes lutter pour une préservation qui, au final, ne leur appartient plus. Ce qui frappe assez rapidement est le fait que les enfants sont au cœur du conflit, puisque Shinobu n’est pas la seule à avoir un pouvoir. Ces derniers font le plus souvent équipe avec un adulte, comme notre héroïne et le pilote Danke, dont on ne connaît pas encore l’histoire. Les amateurs de manga avec des robots mecha seront certainement séduits par Sarissa of Noctilucent Cloud. Le dessin est assuré par KOME. L’artiste possède un trait que l’on retient facilement. Entre les expressions, le design des personnages et cette légèreté dans sa construction, KOME impressionne. Certains pourraient ne pas apprécier le rend graphique, mais finalement il colle bien au scénario de MATSUDA. On retient aussi ce côté mignon qui se mélange à la dureté du trait. Côté édition, Panini Manga a fait du bon travail. L’impression et le papier sont de qualitées, et nous avons le droit à des pages couleurs. La traduction est assuré par Akiko Indei et Pierre Fernande (Tokyo Ghoul : RE, Shadow Houses, Mao). En conclusion, un premier tome qui pose les bases d’une histoire d’enfants soldats chargés de protéger la planète d’une menace imprévisible, mais physiquement imposante. L’héroïne se révèle être attachante et courageuse. Une lecture humaine aussi douce que dure, comme un reflet de notre vie.

15 sur 20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s