Critique #239 – Trylle tome 1, 2 et 3 par Amanda Hocking

Et si l’un de vos parents, ou proche, essayait de vous assassiner ? Et si cela se prenait place durant votre anniversaire ? Il y aurait de quoi voir sa vie basculer, non ? C’est ce qui arrive à Wendy à l’âge de six quand sa mère essaye de la poignarder. Onze ans plus tard, elle découvre que sa mère n’avait peut-être pas tout à fait tort de la prendre pour un monstre… mais est-elle vraiment cette image négative que l’on se fait de ce genre de créatures ? Embarquez dans un monde magique imaginée par Amanda Hocking, autrice qui illustre magnifiquement l’évolution d’une héroïne.

Disponible au éditions CASTELMORE ou sur Amazon au prix de 7.50€ || Également disponible au format numérique

sp

Amanda Hocking est une autrice américaine vivant dans le Minnesota. Durant son enfance, son seul refuge est l’écriture et la lecture, notamment pour lutter contre la dépression qui la ronge. À 17 ans elle termine son premier roman, jamais publié, tout en continuant ses études à l’université et en apportant son aide aux personnes en situations de handicap. Grande fan de Stephen King et Jane Austen, Hocking s’est fixée le but de se voir publier avant l’âge de 26 ans, comme King. Ne réussissant pas à être publiée par une maison d’édition, elle tente une approche différente en étudiant ce qui est le plus présent sur le marché. Après plusieurs idées, et se sentant plus d’affinités, elle se lance dans les histoires paranormales. Elle commence par l’auto-édition avec My Blood Approves en 2010. D’autres tomes suivront. Au début de l’année suivante, Amanda Hocking a déjà sept romans auto-édités qui se classent tous dans le USA Today’s Best Selling. Son contrat avec une maison d’édition suit rapidement. Sa série Watersong est lancée durant l’été 2012. Les trois tomes de la trilogie Trylle ressortent la même année. En 2017, sort Freeks, puis une duologie sur la mythologie nordique voit le jour. Sa saga The Omte Origins a commencé sa publication en 2020. Tous ses romans, ou presque, ont bénéficié d’une publication en français, notamment Trylle (Castelmore) et De Mon Sang (Milady).

Le début de Trylle commence par la tentative d’une mère voulant poignarder sa fille, Wendy, lors de son sixième anniversaire. Entrée violente en matière, qui pourra en dérouter certains mais qui aura le bénéfice d’éveiller notre curiosité. Pourquoi ce geste ? Sa mère était simplement convaincue qu’elle était un monstre. Onze ans plus tard, Wendy apprend la vérité sur sa propre condition, et sa mère n’avait pas tout à fait tort… Elle n’est pas qui elle croyait être et sa rencontre avec Finn va faire basculer sa vie. Elle ne comprend pas pourquoi elle se sent s’y dérouter à chacune de leur rencontre, mais elle ne semble pas pouvoir y échapper. Finn ne tardera pas à lui avouer la vérité, Wendy a été échangée à la naissance, et le jeune homme est là pour la ramener chez elle. Où ça ? Eh bien dans un monde où la magie existe mais dont les humains n’en connaissent l’existence. Wendy va alors devoir découvrir qui elle est, et qu’elle est sa mission.

Wendy est un personnage assez compliqué dans son ensemble. Elle n’est pas très sociable, mais on lui pardonne ce manque au vu de ce qu’elle a traversé. Elle est également têtue, et se pose mille-et-unes questions. De nature curieuse, et persévérante, elle se retrouve facilement dans les ennuis en cherchant des informations sur sa vraie nature et son existence. On ne peut pas dire qu’elle soit très attachante, mais on apprécie de la suivre dans sa quête. Le personnage est bien écrit cela dit, et son caractère est tellement fort que c’est ce qui peut poser problème avec certains lecteurs. De mon côté, elle a été mi-figue mi-raisin. En face, nous avons Finn un jeune homme assez lunatique dans ses réactions et qui se laisse souvent emporter par son tempérament. Son aura mystérieuse joue en sa faveur, et l’autrice sait comment faire pour que les échanges entre lui et elle soient explosifs et intéressants. Le scénario démarre rapidement notamment grâce à l’acte fou de la mère de Wendy sur cette dernière. On est happé qu’on le veuille ou non. L’univers qu’a construit Amanda Hocking est très bien imaginé et original sur beaucoup de points. On reste sur un monde magique très agréable. Toutefois, certains aspects auraient mérité d’être un peu plus développés. Mais il est vrai que beaucoup de réponses nous sont données dans les deux tomes suivants. Sans trop en dire, notamment sur le lien qui va se créer entre nos deux héros, le reste du récit tient réellement bien la route. Le mystère est toujours présent en filigrane. Le deuxième tome est ce que l’on appelle un tome de transition qui est là pour faire évoluer et apporter des éclaircissements sur le monde écrit par l’autrice. Wendy participe à cette évolution. Elle devient plus mature, ce qui la rend beaucoup plus sympathique. On comprend alors que l’autrice avait délibérément choisi de la rendre ainsi. Une bonne idée ! D’autres personnages viennent se greffer à l’intrigue. On citera Loki (non pas celui de Marvel), dont l’histoire personnelle est bonne. Dans le troisième tome, qui marque la fin de la saga, Amanda Hocking continue de faire progresser l’ensemble tout en intégrant pas mal d’action (dont la grande bataille que l’on attend). Des choix surprenants sont pris dans ce dernier tome, notamment concernant le lien entre Wendy et Finn. C’est osé de la part de l’autrice, mais une très bonne chose pour nos héros, et pour l’appréciation du récit. Wendy est vraiment le joyau principal, ici. Elle est méconnaissable par rapport à la Wendy du premier tome. Hocking livre une écriture de qualité sur cette jeune femme qui a su au fil de sa quête devenir une vraie héroïne. Elle endossera des responsabilités qu’elle n’aurait pas pu avoir dans le tome 2, par exemple. Les autres personnages font également avancer l’histoire, et l’autrice n’oublie pas de les garder intéressants. Les réponses arrivent doucement, et l’univers de Trylle prend tout son sens. Toutefois, certaines choses sont un peu trop faciles, mais dans sa globalité l’histoire tient très bien la route, même beaucoup plus que ça.

En conclusion, cette petite trilogie Trylle saura séduire ceux qui lui donneront sa chance. Le contexte, l’univers, et l’intrigue arrivent à nous garder. On passe un bon moment de lecture à découvrir la plume d’Amanda Hocking, très fluide dans son avancée. Wendy aura su montrer que les premières opinions d’un personnage principal peuvent être faussées, et surtout que l’on peut finir par l’apprécier. Une saga jeunesse que je recommande.

Copie de lire en bulles

Une réflexion sur “Critique #239 – Trylle tome 1, 2 et 3 par Amanda Hocking

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s