Critique manga #383 – Les Carnets de l’apothicaire tome 1, 2 et 3

Bienvenue au palais royal dans la Chine ancienne. Vous êtes cordialement invités à suivre le quotidien de Mao Mao, la nouvelle servante à la cour. Une jeune fille avec un esprit et un savoir perspicace et riche qui nous embarque dans une aventure aussi trépidante que paisible. Deux traits importants de ce récit qui ne cesse de monter en qualité.

Disponible aux éditions KI-OON dans la collection Seinen ou sur Amazon au prix de 7.90€ || Également disponible au format numérique || LIRE UN EXTRAIT ICI

presse

Merci à Victoire et Agathe de l’équipe Ki-oon pour l’envoi du tome 3


Les Carnets de l’Apothicaire est l’adaptation du light novel de Natsu HYUGA, Kusuriya no Hitorigoto, lancé en 2017 avec 11 volumes terminés. À noter qu’il existe deux adaptations en manga chez deux éditeurs différents. Kusuriya no Hitorigoto – Maomao no Koukyuu Nazotoki Techou par Minoji KURATA (Assassin’s Creed – Blade of Shao Jun chez Mana Books) au dessin est inédit en France, mais est disponible chez l’éditeur japonais Shogakukan. La version qui nous intéresse pour cette chronique est celle dessinée par Nekokurage, édité au Japon par Square Enix.

L’histoire suit le quotidien de Mao Mao au palais impérial après qu’elle se soit fait enlever dans le quartier des plaisirs. C’est, là qu’elle apprenait le métier d’apothicaire sous le regard de son père, un sage dans ce domaine. Alors qu’elle essaye de passer inaperçu au sein du palais, elle va se retrouver confrontée à la rumeur qui parle de la mort inexpliquée des bébés (et futurs héritiers) des concubines de l’empereur. Mao va alors mener l’enquête pour tenter de prévenir ces femmes.  Mais sera-t-elle prise au sérieux ?

Le premier tome présente le personnage de Mao Mao. Une jeune fille détachée de tout ce qui se passe et fine stratège. En effet, Mao Mao possède un esprit très aiguisé et sait comment se servir de son apprentissage, mais aussi de son sens du questionnement pour survivre malgré les événements. On apprécie rapidement de la suivre au sein du palais. Elle sert de guide au lecteur afin que celui-ci se familiarise avec les coutumes et les différents aspects du métier d’apothicaire. Que ce soit dans sa vie de tous les jours en tant que simple servante, ou en tant que Mao Mao celle qui connaît tout sur les herbes et compagnies, la mangaka place les deux métiers au même rang. Deux fonctions qui s’avèrent intéressantes et riches en informations. Le scénario avance à un bon rythme avec des petits moments de mystères et quelques rebondissements pour que l’on se laisse embarquer. C’est finement écrit et bien mis en scène. Dans ce même tome, on découvre deux concubines, dont une qui jouera un rôle important pour Mao Mao. Nous avons aussi des tranches d’humour bien senties, notamment grâce à l’esprit de la jeune fille, mais aussi grâce à sa répartie avec Jinshi, l’un des conseillers du palais. Deux personnages que tout oppose qui crée une dynamique très forte et divertissante. Toute l’affaire de la mort des nourrissons permet à la mangaka d’exposer aisément au lecteur chaque élément de son récit. Dans le tome 2, nous retrouvons une Mao Mao qui a grimpé dans la hiérarchie puisqu’elle est devenue l’une des dames de compagnie de la concubine Gyokuyo. Dans ce tome-ci, nous avons deux histoires qui permettent chacune de faire évoluer le scénario et notre avis sur chacun des personnages. Mao Mao est toujours aussi égale à elle-même, tout en montrant ses qualités, son petit côté naïf lors de certains événements, mais aussi son tempérament. Elle s’affirme, et c’est une très bonne chose. Le reste du tome met en avant tout l’aspect passionnel en lien avec la stratégie dans la lutte de pouvoir. La partie la plus enrichissante est celle de la préparation de la réception. Cela nous permet aussi de faire la connaissance des deux autres concubines de l’empereur. La mangaka prendra aussi le temps de nous en dire plus sur le passé (mystérieux) de notre héroïne.

Le troisième tome est la suite directe du précédent, puisque l’on reprend les choses là où nous les avions laissé. Nous voyons Mao Mao revenir auprès de son père, le temps de quelques chapitres. Ce plongeon dans son ancien quotidien nous rend le personnage encore plus attachant. Mais comme le repos des héros est un mythe, la jeune fille va devoir mettre ses talents d’enquêtrice et d’apothicaire en action. Sa relation avec Jinshi prend également un ton différent, laissant peut-être envisager un rapprochement. En tout cas, leurs échanges sont toujours aussi amusants à lire. Chaque personnage évolue de manière cohérente et plaisante. Mao est toujours aussi géniale à suivre, et les échanges qu’elle a avec les autres apportent beaucoup au récit de Itsuki NANAO.

Le dessin de NEKOKURAGE est sublime. Le design des personnages est élégant, avec un trait aérien mais prononcé. La mise en page est un sans faute. C’est dynamique et reposant à la fois. Les expressions sont sublimes et alternent entre le sérieux et le comique. Cela accentue notre attachement à l’oeuvre. La traduction est signée Geraldine Oudin à qui l’on doit de belles traductions (Magus of the Library, Your lie in April). Nous avons aussi droit à des pages couleur en début de tomes. Mention particulière pour les couvertures qui sont des oeuvres d’art à elles seules !

En conclusion, Les Carnets de l’Apothicaire a été une très belle surprise. Moi qui ne suis pas très friands des récits historiques et calmes, celui-ci aura été la preuve qu’il faut toujours se faire une opinion. Je peux même avancer le fait que c’est l’une des meilleures découvertes de cette année 2021. Le scénario mêle action et enquête, avec des traces d’humour très bien placées. L’ensemble est passionnant et son héroïne saura doucement nous conquérir par son esprit, sa répartie et son sens de la droiture. Une lecture divertissante du début à la fin !

3 réflexions sur “Critique manga #383 – Les Carnets de l’apothicaire tome 1, 2 et 3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s