Critique #233 – Hades Hangmen tome 6 de Tillie Cole, Dollars tome 3 de Pepper Winters

On replonge dans la genre Dark Romance pour mieux tenter de se comprendre et de comprendre l’espèce humaine. Parfois lire des choses plus intenses permettent d’évacuer nos propres tournaments. Et dieu seul sait combien cette année 2020 en est rempli… Alors merci Tillie Cole et ses Hades Hangmen, et Pepper Winters avec Dollars.

Critique #232 – Cheerleaders par Kara Thomas

Les lycées américains en regorgent depuis des dizaines et des dizaines d’années. Elles sont hypers populaires, jalousées, adorées, aimées,… et à présent assassinées. Les Cheerleaders de Stony Brook ne sont plus, mais le mystère autour de leurs morts persiste. Mais les secrets refont toujours surfaces, même quand ils sont six pieds sous terre.

Critique #230 – Sirènes de Laura Pugno

Qui de nous a dit que l’espèce humaine avec le droit de vie et de mort sur ses semblables mais aussi sur les espèces animales ? Qui a dit que l’horreur et les contes de fées ne faisaient pas non ménages ? Où se situe la frontière entre le bien et le mal ? De nombreuses questions que pose, entre les lignes, le roman Sirènes. Impossible d’être indifférent à ce roman post-apo, humain, séduisant et percutant.

Critique #229 – La première fois c’était quand même plus marrant par Colleen Oakley, Ne te sens pas obligé de me lire simplement parce que je suis morte par Mary Adkins

Quand la tragédie frappe notre vie il est compliqué de voir la situation d’un oeil optimiste. Pourtant, parfois sous le malheur, la tristesse, et le deuil, il existe l’espoir et la célébration de la vie. Dans ces deux romans, Colleen Oakley et Mary Adkins proposent ce concept. À vous de voir si l’aventure émotionnelle vous interpelle.

Critique #227 – Comme toi de Lisa Jewell, Mör de Johana Gustawsson

Le roman à suspense ou thriller a toujours de quoi nous divertir que ce soit dans une approche psychologique ou simplement faite de suspense. Avec Comme toi, Lisa Jewell nous montre encore une fois qu’elle maitrise le genre avec simplicité et intelligence. La même chose peut être dite sur Johana Gustawsson qui nous emmène dans des pays où le meurtre dans la fiction est devenu très utilisé depuis Camilla Lackberg et autres joyeux lurons. Deux talents pour deux récits de qualité.

Critique #225 – Vampire Academy tome 1 et 2

Vampire Academy a marqué son temps et sa génération, et malgré le temps qui passe, ses lecteurs en ont gardé un très bon souvenir. Si comme moins vous appréciez le mythe du vampire mais que la surproduction de livres, comics, séries et films vous ont rendu nauséeux, eh bien restez ! Vampire Academy possède le charme des premiers récits du genre, ne révolutionne pas, mais séduit du début à la fin. En tout cas dans les deux premiers tomes.