Critique #188 – Spring Girls de Anna Todd

Anna Todd s’est fait connaitre dans le monde entier avec sa saga After. Véritable phénomène du New Adult et New Romance, elle a su donner vie à des personnages qui auront autant charmé et soupiré les lecteurs, que les faire s’arracher les cheveux. Il faut dire que l’alchimie entre Hardin et Tessa est bien présente mais que les secrets de chacun vont les faire vivre des moments difficiles. Après une telle saga, que faire ? Spring Girls est un one-shot qui s’inscrit dans un registre totalement différent. Une lecture qui divise, mais qui pour moi aura rempli son objectif : me présenter l’écriture d’Anna Todd sous un autre jour. 

Critique #149 – Sous le même toit de Jojo Moyes, Les Jours d’après de Kristin Harmel

Deux romans contemporains écrits par deux plumes semblables. Sous le même toit de Jojo Moyes et Les jours d’après de Kristin Harmel entraînent le lecteur dans des paysages intimistes, ayant pour héros deux héroïnes sensibles, aimantes et humaines dans toutes leurs imperfections. Le côté paranormal des Jours d’après peut surprendre mais est l’élément-clé pour nous conter l’histoire de la vie de sa protagoniste principale. 

Critique #148 – Les jours enfuis de Jay McInerney

Arrivée la cinquantaine, chaque humain aura tendance à se remettre en question. Les rêves d’autrefois viendront nous hanter, on se demandera pourquoi nous n’avons pas choisi un autre chemin de vie. Amour, tristesse et résignation sont un peu les trois mots qui définissent l’état actuel du couple de Les jours enfuis. 

Critique #121 – Monsters in the Dark, tome 1: Larmes amères de Pepper Winters

La Dark Romance est un genre que je ne lis que très rarement. Alors, quand j’ai vu la sortie de Monsters in the Dark je me suis dit « pourquoi pas? ». Même si 50 Shades of Grey n’est pas de la DR, j’avais un peu peur d’y retrouver tout ce que je ne supporte pas dans la narration de son auteure : des personnages creux, un Grey faussement sombre, que Anastasia insupportable et des faux rebondissements rappelant les films d’action à la James Bond sous domination par la cravache. Bref, dans Monsters in the Dark si quelques similitudes existent, le récit aborde un thème important : l’esclavagisme sexuel. Saviez-vous qu’en 2017 Le Point rapportait que le trafic d’êtres humains « ne c’était jamais aussi bien porté » ? Et que dire de celui touchant le milieu du sexe ? Des chiffres affolants, des actes barbares et j’en passe. Bien entendu, en annexe nous aussi une romance qui se forme et qui rythme le récit. Personnages aux multiples facettes, rythme soutenu, suspense, érotisme…. une cocktail qui trouvera aussi bien ses détracteurs que ses amateurs. À vous de vous faire une idée. 

Critique #079 – Bravoure de Danielle Steel

Écrivaine de plus 90 livres, Danielle Steel est une romancière prolifique et adorée de millions de lecteurs. Romance, famille, amitié, et psychologie sont les marques de fabrique de cette femme âgée de 70 ans. Bravoure est le premier roman que je découvre de ce nom, et qui a su me charmer du début à la fin.