Critique #074 – La femme d’argile et l’homme de feu de Helene Wecker

Embarquez dans un New York où la magie et le mystique sont possibles. Deux êtres vont voir le destin les rapprocher dans un monde dont ils n’en connaissent pas les rouages. Entre philosophie et réalisme, Helene Wecker propose ici un début de saga très prometteur à l’imagerie magnifique.

Critique #072 – Everything, Everything de Nicola Yoon

Imaginez une vie où vous ne pouvez pas mettre le nez dehors sous peine de tomber gravement malade et de mourir ? Imaginez une seule seconde vive recluse dans une maison, et ne jamais ressentir les rayons du soleil sur votre peau, la pluie ruisseler sur votre visage, ou le vent dans vos cheveux. Inimaginable ? C’est pourtant la vie que mène la jeune Madeline. Entre rêve et espoir, son quotidien va être chamboulé par l’arrivée d’Olly, le fils des nouveaux voisins.

Critique #071 – Mémoire d’elles de T. Greenwood

L’amour est une chose abstraite qui nous parle sans que l’on ne puisse la définir. Si le dictionnaire en donne une explication bien précise, en notre cœur, ce mot est un sentiment encore difficile à maîtriser. On ne choisit pas qui l’on aime, ni quand, ni comment. Mémoire d’elles raconte l’amour entre deux femmes que la vie n’a pas épargné. Réunit, elles sont là pour mieux nous compter la complexité de cette chose que l’on nomme Amour.

Critique #046 – Ce que tu veux de Sabine Durrant

Les thrillers psychologiques sont de plus en plus nombreux dans les librairies, pour le plus grand plaisir des aficionados. Ce que tu veux rejoint la palette tout en possédant son propre charme pour se démarquer du reste. Connait-on vraiment les personnes qui nous entourent ? Pouvons-nous tout accepter par amour ? Deux questions, et une ribambelle de réponses.

Critique #045 – Le sourire d’un ange de Marie Nocenti

La vie peut être aussi belle que cruelle. D’une manière ou d’une autre nous avons tous déjà connu la peur, la tristesse, et la joie intense. Les émotions et sentiments que nous ressentons sont ce qui fait battre nos cœurs. Que l’on ait la foi en un dieu, en quelqu’un ou en l’avenir, il ne faut jamais perdre cette étincelle qui nous fait avancer. Le sourire d’un ange donne une définition ce tout cela à la fois, sans tomber dans la caricature.

Critique #044 – Outrage de Maryssa Rachel

Que ce soit à la télévision, sur grand écran ou dans les livres, les histoires qui nous sont contés sont faites pour que l’on réagisse. Qu’elles parlent d’amour, de tristesse, d’injustice, de violence ou de positivité nous sommes censés ressentir quelque chose. C’est ce que l’on appelle éprouver des sentiments, propre aux animaux (n’en déplaise à certains) et aux êtres humains. Mais parfois, mettre des mots sur ce que l’on ressent après avoir découvert un ouvrage quel qu’il soit n’est pas chose facile. Et c’est ce que j’ai ressenti après avoir terminé Outrage. Laissez-moi tenter de vous expliquer pourquoi.

Critique #043 – Un sac de billes de Joseph Joffo

Le 13 août dernier, des visages déformés par la haine ont défilé dans les rues de Charleston, en Caroline du Sud. Des centaines de personnes brandissant torches et drapeau du Sud confédéré ont montré à quel point le cœur des hommes peut être noir comme le pétrole, regorgeant de haine de l’autre. Ces partisans Nazis, ces racistes et fascistes ont fait remonter à la surface de très douloureux souvenirs pour une multitude de personnes. Et c’est pour cela, que j’ai décidé de vous parler d’un roman qui parle de l’époque des Nazi, de la guerre et qui se doit d’être lu par le plus grand nombre. Pourquoi ? Découvrons-le ensemble.

Critique #040 – Il était une lettre de Kathryn Hughes

« …Écris-moi une lettre de rupture en m’expliquant toutes les raisons qui t’ont fait t’évanouir dans la nature… » Ok, je ne vous ferrai pas l’affront de me mettre à chanter, on a déjà bien eu assez de pluie en quelques jours, par la peine d’en rajouter. Pourquoi vous chanter du Lara Fabian pour présenter ce livre ? Simplement parce que l’histoire de Il était une lettre est aussi puissante et touchante que cette chanson. 

Critique #021 – Meurtres entre soeurs de Willa Marsh

Ma question sera simple: avez-vous des frères ou des sœurs ? Si non, le récit qui suit ne vous donnera pas envie d’en avoir, vous serez même presque soulagé d’être enfant unique. Si oui, alors surveillez bien votre frère ou votre sœur d’un coin de l’œil… Meurtres entre sœurs, ne vous laissera pas de marbre, vous êtes prévenus.

Critique #020 – En voiture, Simone ! de Aurélie Valognes

Bon, après avoir parlé de Mémé dans les orties en début de semaine, avec Ferdinand dans la galerie de personnages haut en couleur, c’est avec envie que je vous propose de découvrir En voiture Simone !. Si je vous parle d’un même auteur deux fois en une semaine, c’est simplement parce que un peu de joie de vivre dans ce monde de brutes à la météo pluvieuse n’a jamais fais de mal à personne. Allez, attachez votre ceinture, sortez le plaid et détendez-vous.