Critique #136 – Pourvu que la nuit s’achève de Nadia Hashimi

La condition de la femme dans la société est une question de plus en plus brûlante, et cela depuis des années. Si dernièrement les langues se délient sur X sujets liés à l’injustice envers les femmes et les plus faibles en Occident, il faut être conscient du fait que dans d’autres régions du monde cela est encore bien trop caché. Pourtant les reportages sur les peuples et les femmes d’Afrique du Sud ou en Asie sont communs, mais encore peu de mesure sont prises pour changer la société, et surtout le système judiciaire. Pourvu que la nuit s’achève de Nadia Hashimi est une oeuvre de fiction reliée à la réalité brutale et sans tabous des pays qui se taisent.