Critique manga #238 – Laughter in the End of the World

C’est avec un one-shot que les éditions Shiba se lancent dans le milieu du manga. Et pour une première publication on peut dire que l’éditeur belge a choisi une aventure que l’on aurait aimé poursuivre bien plus longtemps. Un univers sombre où les démons sont haïs, Lucas se dresse pour les anéantir… mais voilà, lui aussi et un démon comme le prouve la marque sur sa joue. Sombre, drôle, malin et tendre, un récit où les préjugés sont pointés du doigt.