Critique manga #213 – Last Pretender tome 5, Fire Force tome 9, Tenjin tome 8 et 9

Où sont les femmes avec leurs gestes plein de charmes ? Dans Last Pretender, avec charme oui mais aussi de la poigne ! Cinquième t dernier tome pour cette petite épopée spéciale pertinente dans ses propos que je quitte à regret. Vient ensuite l’heure de l’affrontement dans le tome 9 de Fire Force, où le mangaka développe sa galerie de personnages. Et enfin, on va aller prendre l’air bien loin dans le ciel avec les tomes 8 et 9 de Tenjin. Une aventure où le plancher des vaches peut être fatale !

Critique manga #178 – Tenjin, le dieu du ciel tome 5, 6 et 7

Pour beaucoup, Tenjin est une petite série qui se suit sans réel but au final. Pour moi, c’est certes une petite série, mais qui nous fait entrer dans l’univers de l’aviation où l’apprentissage intellectuel et physique n’est pas une franche partie de rigolade. Riku, est le porte-étendard de ce récit aérien, que l’on prend plaisir à suivre. Les enjeux pour nos élèves pilotes sont capitaux, et ils feront le maximum pour embraser les airs à la vitesse de la lumière.

Critique manga #075 – Tenjin, le dieu du ciel tome 3 et 4

 » Fais comme l’oiseau , ça vit d’air pur et d’eau fraîche, un oiseau. D’un peu de chasse et de pêche, un oiseau . Mais jamais rien ne l’empêche, l’oiseau, d’aller plus haut.  » Ok, avec Tenjin on découvre le ciel tel un oiseau mais en aucun cas on ne part à la pêche. Entre scénario ludique et divertissant, les auteurs de Tenjin nous livrent un récit nerveux où la tension entre les différents pilotes ne cesse d’augmenter.  

Critique manga #021 – Tenjin, le dieu du ciel tome 1 et 2

 » Allô la tour de contrôle, ici Charlie Bravo, vous me recevez ?  » « Ici, la tour de contrôle Charlie Bravo, on vous reçoit cinq sur cinq.  » Pour aborder cette lecture se déroulant en grande partie dans les airs, j’ai pu compter sur mon camarade Teddy d’Esprit Otaku (son blog) pour une lecture commune. Tenjin présente un thème très peu utilisé dans les mangas: celui de l’aviation. Loin d’être ennuyeux ces deux premiers tomes captives et promettent de belles balades dans les nuages. À vos casques, on embarque vers l’infini et au-delà.