Critique manga #274 – Black or White tome 1, Coyote tome 1

Copie de titre manga (12).png

La collection Hana des éditions Boys Love IDP m’a récemment ouverte ses portes avec deux titres de qualité ! Black or White est un récit qui parle de la place du couple et la protection de celui-ci dans la célébrité, notamment quand les deux sont des acteurs en pleine ascension. Coyote, lui, nous emporte dans un univers surnaturel teinté de tragédie dans le milieu mafieux qui est difficile à décrire tant il est… indéscriptible. Seul sa lecture vous fera comprendre de quoi je parle. Découvrez sans plus tarder ces deux titres et cette collection !

blidp

Merci à Valérie pour la confiance et ces lectures !


Disponible aux éditions Boys Love IDP dans la collection Hana ou sur Amazon au prix de 7,95 € | Également disponible au format numérique

SACHIMO est une mangaka qui a fait ses débuts au Japon avec le one shot 5 seconds en 2015. La même année elle lance la mini-série en 4 tomes Yes, My Destiny disponible dès 2017 en France aux éditions Boy’s Love IDP. Depuis chacune de ses œuvres sont proposées aux lectorat francophone, et toujours chez le même éditeur. Black or White (Kuro ka, Shiro ka en VO) est une série en cours avec 3 tomes dont la parution débuta en 2017 au Japon dans le magazine Asuka Ciel de l’éditeur Kadokawa Shoten. On est donc en présence d’un boys love (yaoi), mais dont le contexte pourrait très bien s’appliquer à un couple hétérosexuel ou autre. Shige Ôsawa et Shin Washimiya, deux jeunes acteurs, forment un couple en secret en dehors des plateaux. Si l’un est très populaire et bénéficie d’une réputation de prince charmant, le second plus introverti est perçu comme celui qui ne peut jouer que les méchants. Ne cherchant à se montrer en couple ni à changer la perception des médias et du public à leur égard, ils vont être surpris quand lors d’une interview Shin montre, malgré lui, qu’il en est en réalité quelqu’un d’adorable. Black or White représente ma première lecture de cette mangaka, et j’ai été surprise par le récit montant en crescendo. La célébrité et ses travers sont abordés avec un fort questionnement, et on voit que Sachimo s’intéresse à cet aspect, comme elle le dit en fin de tome. Le choix de conter cette histoire avec deux acteurs débutants n’est pas une mauvaise idée, puisque cela nous permet de suivre leur progression. La célébrité est un peu tombé du ciel pur Shige, tandis que Shin a réellement travaillé pour être dans ce milieu. La passion de ce dernier se confronte avec la situation de Shige qui n’a jamais cherché à devenir acteur.

1

© 2017 Sachimo, Kadokawa Shoten

Si le couple vit une romance depuis des années, leur intimité n’est pas débridée, Shin vivant sa première relation homosexuelle, n’est pas encore prêt à passer à l’acte avec son compagnon. La communication passe bien entre les deux, puisque Shige respecte le fait que Shin ne soit pas encore prêt malgré son désir pour lui. La mangaka s’applique à rendre cela naturel, sensible et subtitle, ce qui est très plaisant à voir. La personnalité de chacun est un peu trop dans les stéréotypes du genre, mais ils sont vraiment bien écrits et attachants. Il est aussi très intéressant de voir comment l’un réagit au nouveau succès innatendu de l’autre avec Shige qui tente de jongler avec la jalousie qu’il éprouve. Le dessin de SACHIMO est globalement bon, les expressions le sont aussi, sans pour autant transcender durant la lecture. Le trait est fin mais fluide, mais le manque de décor se fait un peu sentir. Le travail d’édition de Boys Love IDP est sans défaut. Papier de qualité, bonne impression et traduction compréhensible. En conclusion, ce premier tome de Black or White promet une série abordant avec intelligence l’univers du spectacle, la notion d’intimité face à un public trop curieux, et comment on peut se préserver soi-même et son couple au milieu de tout ça. Une bonne lecture dont j’attends la suite.

17/20

 

Disponible aux éditions Boys Love IDP dans la collection Hana ou sur Amazon au prix de 7,95€| LIRE UN EXTRAIT DU TOME 1 ICI |

Le nom de Ranamaru ZARIYA ne vous est peut-être pas inconnu, puisqu’elle s’est déjà fait connaître du lectorat français le one-shot VOID aux éditions Taifu [mon avis ici]. On a récemment eu le droit à A Sleeping Man and A Loving Man, et Liquor and Cigarette arrivera prochainement. Mais ce qui nous intéresse ici est sa série Coyote dont la publication remonte est lancée en 2016 aux éditions Frontier Works (Asa & Mitya, Blue Lost) et qui compte deux tomes à ce jour. Coyote est un récit à l’ambiance envoûtante mélangeant tragédie, surnaturel et mafia. Il était une fois un jeune homme pas comme les autres, Coyote alias Lili, qui cachait au monde entier qu’il est un loup-garou. Mais il n’est pas le seul, puisque depuis des années et des années, les loups rôdent au milieu des humains persuadés depuis le temps que ce ne sont que des mythes. Mais quand des cadavres humains commencent à être retrouvés en ville, la peur et la colère s’élèvent forçant la communauté lycanthrope à faire profil bas tout en protégeant leurs arrières. Marlène, pianiste dans de bar, découvre que Lili dont il est amoureux n’est pas humain. Pourtant cela ne change rien à ses sentiments, mais autour d’eux la tension rôde… Bien, difficile d’en dire plus et de ne pas en dire tant, puisque ce récit nous charme gentiment au fur et à mesure, et devient vite un coup de cœur.

2

© by ZARIA Ranmaru / ZARIYA Ranmaru / Frontier Works

Il est souvent compliqué d’exprimer pourquoi on a tant aimé un titre ou un film, et avec Coyote on est en plein dedans. Il est avant tout question d’ambiance oscillant entre l’horreur soft et la romance tragique à la Shakespeare. La maîtrise est là puisque la mangaka ne bascule jamais ni d’un côté ni de l’autre. Le surnaturel a autant de place que la mafia ou la romance. L’ensemble fonctionne naturellement comme une évidence. L’ajout de l’érotisme est parfois un peu de trop, mais jamais dans le salace. Il faut dire que le dessin de Ranmaru ZARIYA est d’une beauté à nous laisser pantois. Les expressions transmettent les émotions comme il faut, les corps sont beaux et sublimés par le trait fin de la mangaka. Le décor travaillé contribue à l’ambiance, on est presque transporté dans le récit. L’intrigue mêlant la mafia apporte une dose de thriller rappelant les vieux films du genre. On tourne les pages avec l’envie de voir comment cela va se faire, et là arrive le cliffhanger de fin de tome. Si je l’ai vu venir un chapitre et demi avant, l’effet est et là. On se demande comment tout ça va se terminer… Encore un petit mot sur les personnages qui sont charismatiques, doux, forts… on les adore! Rien à dire sur l’édition de Boys Love IDP qui est de très bonne qualité, et avec des pages couleurs en début de tome. En conclusion, un premier tome coup de cœur pour Coyote qui pourrait bien intégrer mon classement de fin d’année dans les meilleures lectures de 2019. À voir avec le tome 2…

7 réflexions sur “Critique manga #274 – Black or White tome 1, Coyote tome 1

  1. On sent vraiment ton enthousiasme pour ces deux tomes que tu m’as d’ailleurs bien donné envie de découvrir !
    Black or White dégage une certaine sensibilité au regard des thématiques abordées et de la relation entre les deux protagonistes qui, malgré le côté stéréotypé que tu soulignes, semblent très attachants. Et j’aime beaucoup la couverture 🙂
    Quant à Coyote, si les quelques scènes érotiques ne me tentent guère, l’aspect mafia couplé au surnaturel et à la romance beaucoup plus…

    Aimé par 1 personne

    • Les deux titres sont bons pour des raisons différentes, après Black or White n’était pas loin du coup de coeur mais les persos trop dans le stéréotypes ont fait que non. Après possible qu’avec le tome 2 cela change ! Oui, alors les deux ont des scènes érotiques, meme si le premier en possède beaucoup moi. Il y a un peu éa découverte des plaisirs solitaires mais c’est minime. Dans le second titre, c’est plus présent notamment par rapport au côté lycanthrope de Coyote. Après, c’est pas plus gênant que ça si on a l’habitude. Après tout les manga traditionnel pourraient en être rempli s’ils avaient la même thématique animal etc. Je ne sais pas si tu les liras, mais merci beaucoup des compliments ça me fait plaisir si j’ai éveillé ta curiosité sur ces deux séries. En plus dans les boys love le côté sexe ne m’attire pas du tout. Si c’est trop présent et que le scénario en souffre je grince beaucoup des dents. On peut le comparer au fan service des autres mangas par exemple.

      J'aime

      • Haha absolument pas je suis une lectrice de yaoi 😁 c’est la seule forme de romance que j’aime lire. Quand c’est bien fait et qu’il y a un vrai fond derrière du coup j’opte souvent pour des yaois mafias. J’en parle juste pas forcément et je suis tatillonne sur mes choix. Mais en général mafia et yaoi je prends.

        J'aime

  2. Je connais déjà Black or White que j’ai bien aimé moi aussi (il faudrait d’ailleurs que je poursuive), par contre j’étais passé à côté de Coyote par peur que ce soit trop érotique pour moi mais ce que tu en dis me convainc que je dois lui donner sa chance. Je prends note !

    Aimé par 1 personne

    • C’est à essayer Coyotes. Après le côté érotique est présent pour l’histoire, et personnellement je me suis tellement attaché au reste de l’histoire et son ambiance que j’ai lu les scènes éro sans m’en rendre réellement compte.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s