Critique #062 – Avant que tout se brise de Megan Abbott

TITRE PAGE (21)
Ambition, futur, talent, etc… il n’est pas rare de voir des parents mettre la pression sur un de leurs enfants pour qu’il atteigne les sommets. Amour, trahison, pression, sont les maux qui polluent ses liens. Avec Avant que tout se brise, Megan Abbott dénonce les conséquence de cette trop grande pression qui vient ternir non seulement l’ambiance familiale mais aussi la vision de soi et de son enfant sur le reste du monde. 

 

Acheter Avant que tout se brise sur le site de Le Livre de Poche ou sur Amazon.

MERIC AU LIVRE DE POCHE POUR (5)

Merci à Anne pour cette session de gymnastique thrilessque


Megan Abbott est une écrivaine originaire de Détroit dans le Michigan, née en 1971, qui excelle depuis onze ans dans l’écriture de romans policier. Elle possède un diplôme de l’université du Michigan et un doctorat en littérature anglaise et américaine.  C’est en 2005 que parait son premier roman Red Room Lounge inédit en français, suivit de Absente (The Song is You) l’année suivante. Cette œuvre se base sur la disparition de l’actrice Jean Spangler tout en y ajoutant des éléments n’ayant aucun rapport avec l’affaire. En 2007 paraît Gloria (Queenpin) qui remporte le prix Edgar Allan Poe du meilleur livre de poche original de 2008. Les années suivantes elle écrit Envoûtée (Bury Me Deep), La fin de l’innocence (The End of Everything), Vilaines filles (Dare Me) en 2011, The Fever, Les ombres de Canyon Arms et Avant que tout se brise en 2016 aux Éditions Le Masque.

Avant que tout se brise (You Will Know Me) se passe dans le milieu scolaire où l’adolescente Devon décide d’intégrer l’équipe américaine de gymnastique Belstars. Enviée et admirée, la jeune fille est la fierté de ses parents, dont la mère est prête à tout pour voir sa fille réussir, jusqu’à ce qu’un accident tragique ne vienne remettre tout en cause au sein de la famille et de la communauté…

C’est donc dans une petite ville des États-Unis que l’on fait la connaissance de la famille de Devon qui vit au rythme de  ses prouesses de gymnaste de leur fille. Véritable étoile montante depuis l’âge de cinq ans, elle ne cesse de susciter la jalousie des autres. De compétition en compétition, sa famille n’a de cesse de la mettre sur un piédestal, quite a en oublier le petit frère. Amoureux et passionné par la science, ce petit bonhomme se retrouve condamné à rester au second plan et à se débrouiller tout seul. Véritable maman ours, Katie, veille au grain et n’hésite pas à sortir les griffes et à mordre si l’on s’en prend à sa fille. Mais la vie de la communauté va se retrouver chamboulée après la mort tragique du fils du coach sportif de Devon, Ryan Beck. Une enquête pour retrouver le chauffard responsable e sa mort est alors ouverte par la police qui ne tarde pas à chercher du côté des relations du jeune homme… Alors, simple accident ou intention de tuer ?

Ce roman est une un l’un de ces thrillers qui dépeint avec précision la vie d’une famille typiquement américaine avec des secrets plus ou moins avouables. Entre amour et démence, Megan Abbott distille des informations pour aiguiller le lecteur sur la bonne direction ou bien pour le perdre un peu plus dans la machination mise en place. Les nombreux détails (pertinents) sur l’univers du sport professionnel viennent prêter main forte au récit tout en l’ancrant dans le réel. Toutefois, je n’ai pu m’empêcher de ressentir une certaine lourdeur avec toutes ses infos. Ce qui fait que le récit prend parfois des tournures trop longues, et trop proche d’un reportage sur le sujet. Le point de vue de l’histoire étant raconté par Katie confère une dimension centrale, jouant sur la dualité parent/enfant. La démarche de voir un adulte en tant que narrateur dans un monde adolescent peut surprendre, mais est assez maîtrisé pour que l’on trouve cela prenant à suivre.

Cette fille ô combien raisonnable . Une fille qui savait se protéger . Jamais casse-cou, jamais une acrobatie aérienne sans filet , sans quelqu’un pour la rattraper . Une fille pour qui l’instabilité était le pire ennemi . Qui n’avait jamais connu le divorce, les portes qui claquent ou les points qui frappent . Une fille dont la maison était un sanctuaire paisible , où même le sous-sol était capitonné . Une vie qui devait être protégée des risques qu’elle infligeait à son corps . Elle était l’élément le plus dangereux dans sa vie . Son corps était l’unique danger .

Au fil des pages, le lecteur est amené à se poser des questions sur la fragilité psychologique d’un personnage ou un autre, tout en cherchant à comprendre ses motivations. Je parle non seulement de Katie mais aussi de Devon, qui n’est pas exempt de défaut malgré sa brillance dans le sport. Le père de famille n’est pas non plus sans reproches, et à de nombreux moments on ne peut s’empêcher de ne pas savoir comment réagir face à ses actes. Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler, mais sachez que la psychologie et la personnalité de chacun sont importantes. Dans ce roman, Abbott fait une critique ouverte sur l’obstination des parents pour voir son enfant exceller dans un domaine et apporter la lumière sur la famille. Mais aussi sur les rumeurs que peuvent naitre au sein d’un quartier où la curiosité est le plus vilain des défauts.

Le style de Megan Abbott est haletant et finement mené malgré quelques défauts de lourdeur au niveau des multiples détails sportifs qui pourraient ne pas plaire à tout le monde. Pour ma part ce fût mon premier roman de cette auteure, dont j’en avais beaucoup entendu parler notamment avec Vilaines filles qui me fait de l’œil depuis belle lurette.

En conclusion, Avant que tout se brise possède une intrigue prenante et bien écrite, dont l’évolution convaincante permet à ce bouquin d’être une bonne porte d’entrée aux lecteurs souhaitant découvrir les bases du genre. Megan Abbott a réussi à rendre une simple ambition sportive démesurée  d’une famille à une histoire sombre et angoissante. Une première lecture de cette auteure que je continuerai à découvrir avec curiosité.

15 sur 20Infos roman (16)

2 réflexions sur “Critique #062 – Avant que tout se brise de Megan Abbott

    • Mais je t’en prie, c’est un plaisir. C’était mon premier de cette auteure. Par contre j’en avais déjà entendu parler notamment avec Vilaines filles, plus court, mais que me tente énormément. Il se passe d’ailleurs dans le milieu du sport.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s