Critique manga #403 – Carole & Tuesday tome 1, 2 et 3, Shine tome 2, 3 et 4

Focus sur deux séries des éditions Nobi-Nobi, avec l’adaptation de Carole & Tuesday en trois tomes, et la suite du Smile for the Runaway aka Shine en France. Deux séries qui abordent la passion de l’art à travers la musique et le stylisme. Deux visions qui se rejoignent sur certains points, au fond. Mais est-ce que les deux titres se valent tout autant ? La réponse dans la suite.

pika

Merci à toute l’équipe Pika Edition pour leur confiance


Carole & Tuesday T01

DISPONIBLE AUX ÉDITIONS NOBI-NOBI DANS LA COLLECTION SHONEN OU SUR AMAZON AU PRIX DE 7.20€

En début d’année, les éditions Nobi-Nobi ont proposé l’adaptation manga de l’anime Carole & Tuesday, disponible sur Netflix depuis quelques années. Réalisé à l’origine par Shinichiro WATANAVE (Cowboy Bebop, Kids of the Slope), cette adaptation se voit retranscrite sur papier par Morito YAMATAKA dans le magazine Young Ace des éditions Kadokawa en 2019, pour un total de trois tomes reliés, soit la première moitié de l’anime. Carole & Tuesday sont les noms de deux jeunes filles qui vont se rencontrer, un jour d’avril de l’an 49, sur la planète Mars. Oui, parce que maintenant on peut y vivre sans problème. Tuesday a 17 ans et vient d’une famille assez stricte et de bonne réputation. Carole a le même âge, mais est déjà depuis pas mal de temps dans la cour des adultes entre petits boulots et ayant appris à survivre en tant qu’orpheline depuis toute gamine. Les deux ont une passion commune, la musique, et rêve toutes deux de percer dans le milieu. Bon, pour faire simple Carole & Tuesday c’est un peu la rencontre entre Nana Osaki et Reira du manga Nana, si Nana Komatsu (alias Hachiko) n’avait jamais existé. Oui, parce que Nana Osaki c’est un peu Carole, et Reira est un peu Tuesday, dans le fond. Et si l’idée ne me déplaît pas, l’exécution m’a paru un peu fastidieuse. Cela est peut-être dû au fait que ces trois tomes sont une version condensée d’un anime de deux saisons, et plus particulièrement d’une demi-saison. Il y a de quoi perdre des bouts qui font que l’on s’attache aux personnages. Parce que personnellement je ne me suis pas du tout attachée aux héroïnes, et j’ai même parfois trouvé que leur personnalité n’était pas assez travaillée. C’est fort dommage car leur ascension dans le monde de la musique est intéressante, mais sans personnages réellement profonds, il n’y a pas trop de raison pour que je m’implique à la lecture. La retranscription sur papier d’un univers musical est toujours difficile, et si Aï YAZAWA y arrive très bien dans Nana, ou encore Given [mon avis ici] de Kizu NATSUKI, ici… j’ai trouvé cela plat. Ok, nous n’entendons pas la musique qu’elles jouent (encore moins si nous n’avons pas vu l’anime), on peut quand même l’imaginer comme dans les deux œuvres précédemment citées. À mon humble avis, Carole & Tuesday reste avant tout une histoire que l’on doit découvrir en anime. En tout cas, j’espère que le support d’origine est beaucoup plus travaillé et moins expéditif. Le trait est bon, même vraiment bon. Visuellement l’ensemble se tient et bien mis en scène. La construction des scènes est dynamique et avec une certaine tendresse. En conclusion, cette adaptation manga de Carole & Tuesday n’aura pas su me convaincre car, pour moi, il manquait quelque chose au niveau de la personnalité des personnages, mais aussi sur le ressenti autour de la musique. Dommage.

note

Shine T03

DISPONIBLE AUX ÉDITIONS NOBI-NOBI DANS LA COLLECTION SHOJO OU SUR AMAZON AU PRIX DE 6.95€ || ANIME DISPONIBLE SUR WAKANIM || LIRE MON AVIS SUR LE TOME 1

En 2020, j’ai eu le plaisir de découvrir le titre SHINE. Après ma lecture du premier tome, qui a été une réelle surprise pleine de qualités, j’ai joyeusement continué la suite, mais à mon rythme. En France, le quinzième tome s’apprête à sortir juste à temps pour les fêtes. Déjà je tenais à réitérer mon amour pour les couvertures et le travail d’édition et adaptation par l’équipe en charge aux éditions Nobi-Nobi. C’est vraiment original n’en déplaise à certains. Dans ce deuxième, troisième et quatrième tome, le lecteur continue de faire connaissance avec nos deux héros principaux. Chiyuki fait ses premiers pas dans la mode en tant que mannequin, et comme on s’y attendait sa détermination est un réel plaisir à suivre. Malgré les obstacles qu’elle trouve sur son chemin, la jeune fille ne se décourage pas et relève toujours la tête. Elle est pleine de charme, et il est difficile de ne pas vouloir la voir accomplir son rêve de mannequin. Malgré son ambition, elle sait garder les pieds sur terre ce qui lui confère une vraie empathie. Ensuite, il y a l’apprenti styliste Ikuto qui va, lui aussi, poursuivre son rêve, et cela aux côtés de Fujito. Leur entente est pleine de partage et de conseils. Les deux sont adorables à voir, ensemble et séparément. Chacun se frotte à des personnes plus expérimentées qui n’hésiteront pas parfois à être quelque peu cruel. Mais rien d’étonnant car il faut avoir les reins solides pour évoluer dans ce métier. Il n’y a pas, ou presque pas, le droit à l’erreur. Il y des exigences à tenir, et ce n’est pas le styliste mentor de Ikuto qui nous prouvera le contraire. Sous ses mots et son attitude, il y a une bienveillance très bien cachée qui va s’exprimer le temps d’un clin d’œil pour guider au mieux notre jeune styliste. Les connaissances de Ikuto et Chiyuki est mise à contribution, et c’est vraiment super bien exploité dans le scénario. Kotoba INOYA arrive à rendre le monde de la mode intéressant même si ce n’est pas quelque chose qui nous attire en temps normal. Véritable nekketsu, SHINE n’a vraiment rien à envier à ses confrères du même acabit. Dans le troisième tome, le mangaka se concentre sur Ikuto, ne laissant qu’une brève apparition de Chiyuki nous en mettre pleins les yeux. Le jeune garçon est tiraillé entre sa famille et le métier qu’il veut exercer. Le tout est traité avec une belle psychologie et en toute simplicité également. Nous avons une réelle immersion dans le monde de la mode. Des coulisses aux défilés, rien n’est laissé au hasard. Une véritable pépite de lecture. Dans le quatrième tome, nous avons le droit à l’apparition d’une styliste aussi différente que ne l’est Ikuto. Le mangaka met l’accent sur des idées à contre-courant, et qui apporte une belle dynamique. Se pourrait-il que l’auteur à quelque chose de plus profond à dire que l’on pourrait le croire ? Il y a une véritable cohérence dans chaque décision que prend le mangaka. Le dessin est toujours autant une réussite. Le trait de l’auteur se veut doux mais marqué par la passion qui habite ses héros. La mode n’a jamais été aussi bien mise en avant dans un manga. En conclusion, SHINE continue d’être une réussite aussi bien au niveau de son scénario que de l’écriture des personnages. Il n’y a aucune fausse note à détecter, et c’est un vrai plaisir que de lire cette série. Je ne peux que recommander à chacun d’y jeter un oeil, car la série mériterait d’être plus mise en avant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s