Critique BD #003 – Ira Dei – tome 1 : L’Or des Caïds

Titre page BD.png

Le duo à l’origine de Chaos Team et Roy des Ribaud arrive par la grande porte chez Dargaud avec un récit médiéval historique des plus envoûtant et réussi. Entre Game of Thrones et Les Piliers de la Terre, le tome 1 de Ira Dei s’ouvre sur une aventure prometteuse des plus redoutable sous le soleil de Sicile.

 

Achetez  le tome 1 de Ira Dei sur le site des Éditions Dargaud ou sur Amazon.

Le premier tome de Ira Dei a pour équipe créative Vincent Brugeas au scénario et Ronan Toulhoat au dessin. Brugeas est un scénariste de bande dessinée né à Eaubonne en 1985, et un grand passionné d’Histoire et de littérature sous toutes ses formes, depuis son jeune âge. En 2005, il décroche une maîtrise en Histoire Contemporaine de l’université de Cergy-Pontoise, et décide de se lancer dans l’écriture. En 2008, il devient bibliothécaire et gère notamment un catalogue de bandes dessinées en attendant toujours de pouvoir publier son premier ouvrage. Sa patience finira par payer, puisque deux ans plus tard sort Block 109 aux éditions Akileos, avec Ronan Toulhoat au dessin, le duo étant devenu très bon amis depuis leur rencontre au lycée. Toujours chez Akileos il signe la suite de Block 109 avec sept autres tomes, dont le dernier Maruta en 2016. Mais aussi Roy des Ribauds à nouveau avec Toulhoat.  Viendra ensuite Chaos Team plus accès comics, The Regiment aux éditions Le Lombard, et enfin le tome 1 de Ira Dei chez Dargaud début janvier.

Ira Dei se passe en 1040 avec les armées Byzantec tentent de reconquérir la Sicile, appartenant aux Arabes. Alors que le terrible chef Harald fait pression sur la ville de Taormine pour qu’elle cède à ses attaques, arrive un Normand du nom de Tancrède. Ce dernier est accompagné d’un jeune moine, Étienne, légat du pape, et d’une vingtaine de mercenaires déclarant pouvoir se débarrasser des Arabes. Curieux de voir un groupe aussi peu armé tenter la chose, Harald et ses hommes semblent vouloir les laisser essayer. Mais l’arrivée de ce Normand balafré ne plaît guère à certains, don un dénommé Arduin, émissaire du souverain Lombard, qui risque de perturber sa place à la tête des mercenaires normands. Ne voulant vous dévoiler toutes révélations de l’histoire, je dirais simplement que Tancrède possède un passé des plus lourd et vif ce qui risque bien de créer quelques surprises.

Présenté comme un personnage mystérieux, Tancrède possède un charisme indéniable qui lui confère force et malice. L’histoire se met assez vite en place, et bénéficie des flashbacks nous montrant peu à peut le passé du personnage. Peu à peu, on finit par se demander les véritables motivations derrière son envie d’aider Harald. Aurait-il quelque chose à y gagner ? Et quel est le lien entre l’Église sainte et l’armée ?  Le reste des protagonistes sont des atouts à l’avancement du récit, et deviennent tous assez attachants. L’univers mis en place par l’auteur est fortement inspiré de son amour pour l’Histoire, et cela se voit clairement. Chaque phrase et intention sont pensées en amont pour offrir un récit plus que cohérent. Certains points seront un peu plus ardus au moins connaisseurs de l’Histoire, mais ne représentent pas un obstacle à la lecture. Le caractère de chaque personnage viendra souvent s’entrechoquer avec la méfiance de certains envers les nouveaux venus. Les tensions sont donc inévitables attisant ainsi le feu de la jalousie et du danger. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si le scénario est passionnant de bout en bout, c’est également dû au talent du dessinateur Ronan Toulhoat, et son coup de crayon que je découvre ici. Les couleurs à la fois chaudes et tendres se marient très bien entre elles pour des planches plus que superbes. On sent très vite les airs du sud de l’Europe envahir nos narines, comme si le sable aride venait nous recouvrir les pieds. La mise en scène de chaque case est précise afin de mettre en avant soit un personnage, une action, sans oublier bien entendu les décors qui respirent vraiment ce caché médiéval noble et rudimentaire à la fois. N’oublions pas non plus les combats froids, ou encore les expressions des personnages facilement reconnaissables malgré le fait qu’ils soient déjà un bon petit nombre. Le design des personnages est sensuel et brut. 

L’édition de Dargaud est classique mais très belle, et bénéficie d’un livret exclusif (uniquement sur le premier tirage) de croquis et illustrations en noir et blanc montrant toute l’étendue du trait de crayon de Ronan Toulhoat. Magnifique.

En conclusion, un très bon début pour Ira Dei qui plaira forcément au amoureux du duo, mais aussi aux lecteurs cherchant à découvrir des récits historiques de qualité, sans que cela ne soit barbant. La complicité entre Brugeas et Toulhoat est palpable et donne ainsi une œuvre énergique, bien construite, et promet une très belle (et longue ?) aventure en compagnie de Tancrède et sa férocité de mercenaire.

Infos BD (1)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s