Critique manga #099 – Let’s be a family

titre manga (1)
Quoi de mieux pour passer une bonne journée que de lire une histoire sur une petite famille fraîchement composée avec de la « mignonitude » (oui ça existe, chut) et des personnages attachants et drôles ? Certainement rien de mieux ! C’est en tout cas ce que procure le one-shot Let’s be a family de Tomo KURAHASHI durant sa lecture. 

 

Acheter le one-shot Let’s Be A Family sur le site des éditions Taifu Comics ou sur Amazon

 

LIRE UN EXTRAIT ICI

Sans titre 1


Tomo KURAHASHI est une mangaka originaire de Toyko, au Japon connue pour ses BoysLove (Yaoi). Coutumière des publications one-shots en France comme Sick (2016), Plus que des amis (2017), et Crack Star (2018) chez Boy’s Love IDP, l’auteure revient cette fois-ci aux éditions Taifu Comics avec Let’s Be A Family (Zazoku ni Narouyo).

L’histoire débute avec trois amis d’enfance, les deux jeunes hommes Kazuma et Chiaki, en couple, et la jeune femme Tomoe. Les deux premiers n’ayant pas revu leur amie, photographe de guerre, depuis quelques mois déjà sont surpris quand cette dernière leur donne rendez-vous. Ils le sont encore plus quand elle apparaît enceinte, et pas qu’un peu, sans savoir de qui est le père. N’ayant jamais coupé le contact, notre couple va s’investir dans la grossesse et les premiers mois qui suivront la naissance de la petite fille, Ayumi. Alors qu’ils occupent un peu la place de tonton depuis un an, Tomoe décide de leur confier la garde de la petite et de repartir travailler dans des pays parfois dangereux où la petite ne serait pas en sécurité. Désarçonnés, Kazuma et Chiaki vont ainsi voir leur quotidien chambouler…

À l’image de Ikumen After (ma critique ici), Let’s Be A Family aborde de façon saine, réaliste et délicate la question de la famille et de l’homoparentalité. Ce qui rend le scénario attachant et plaisant à lire est sa narration naturelle et enjouée. On y suit simplement un couple, comme n’importe lequel, face à la responsabilité d’élever un enfant. Il faut alors savoir balancer entre la vie professionnelle, la sphère intime et la vie de famille. Avec son histoire, Tomo KURAHASHI aurait très bien pu mettre en scène un couple hétérosexuel, le résultat aurait été le même. Au risque de me répéter, ici, ce qui prime est le naturel du récit et rien de plus. Peut importe que les deux garçons soit en couple ou homosexuel. C’est une simple histoire de famille. Et ce n’est absolument pas un défaut, au contraire. Les personnages représente une belle pièce maîtresse à ce petit gâteau narratif puisque chacun y va de sa personnalité. Kazuma,le blond, est celui qui nous apparaît comme le plus indépendant, ne voulant avoir aucune attache comme par exemple emménager avec son copain depuis huit ans. Chiaki, le brun, est le plus casanier, et ne souhaite qu’une chose avoir son chez soi avec son amoureux. L’arrivée de Ayuki va très vite redistribuer les cartes entre les deux, et leurs vision d’eux même. Peu à peu, Kazuma, va devoir se construire en tant qu’adulte responsable et père, pour le bien de sa fille adoptive.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les dessins de KURAHASHI restent fidèles au style de ce qu’elle a pu faire jusqu’ici, de ce que j’ai plus glaner dans les pages de ses œuvres. Le côté humour est présent notamment grâce aux expressions et mimiques, parfois comique et accentué de la bonne manière, ce qui rend le tout très cohérent. Les quelques scènes plus intimes ne sont pas des plus osées, mais elles sont là, et son simplement le reflet de la vie d’un couple. L’édition de Taifu Comics est dans la droite lignée de leurs titres, soignée, et la couverture (la même qu’au Japon) communique bien ce que le récit nous offre au final, à savoir une bonne histoire pleine de couleurs.

En conclusion, Let’s be a family est certes un récit un peu court tant la lecture est fluide et agréable, mais nous permet de suivre une famille des plus attachante. Chaque personnage, même les plus secondaires, y trouve sa place. Le dynamisme entre chacun fait plaisir à voir, nous offrant des moments tendres et délicats tout en étant sérieux et drôle à la fois.

15 sur 20

infos

4 réflexions sur “Critique manga #099 – Let’s be a family

    • Je comprends, c’est vraiment mignon tout plein. Mais j’aurais voulu que certains passages soient un peu plus élaboré, par exemple que l’on voit le travail de la mère de Ayu, meme que sur une ou deux pages. En fait je voulais un tome 2 :p

      Aimé par 2 personnes

      • J’avoue que cela aurait mérité d’un peu plus de développement, mais bon, on a un bon One-shot malgré tout ❤️

        J'aime

  1. Pingback: Let’s be a family de Tomo Kurahashi – Les Blablas de Tachan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s