Critique #108 – Conte de Timba, chat céleste messager d’amour et de bonne humeur par Sheila Jeffries

TITRE PAGE.png

Chat par ci, chat par là, nos petits félins sont devenus les héros de récits. Érigés comme de véritables divinations à l’époque de l’Égypte ancienne, nos animaux de compagnies ont depuis pris une telle place dans notre quotidien qu’il est difficile de leur échapper. Attachants, sauvages, drôles et parfois hautins, les chats sont devenue de véritables petits rois. Et sous la plume de Sheila Jeffries, ils sont tout aussi charmants et forts que dans la réalité.

 

Acheter Conte de Timbachat céleste messager d’amour et de bonne humeur sur le site des éditions Pocket ou sur Amazon

Sheila Jeffries est une écrivaine britannique, ayant publié une douzaine de livres pour enfants au Royaume-Uni sous d’autres noms d’emprunt, Sheila Chapman et Sheila Haigh. Depuis elle a entamé l’écriture d’ouvrages sur le développement personnel, et des récits pour adultes. En 2013 sort Les Moustaches de la sagesse (Solomon’s Tale), qui fut également son premier ouvrage paru en France l’année d’après aux Éditions 12-21. Conte de Timba, chat céleste messager d’amour et de bonne humeur (Timba Comes Home) est paru en 2015 en version originale, et toujours chez 12-21 en France. Les deux ouvrages sont à présent disponibles au format poche chez Pocket.

Nous suivons le chat Timba, son frère Vati, et sa sœur Jessica, abandonnés à la naissance. Timba endosse le rôle de leader du trio, avant que sa sœur ne se fasse enlever par un labrador ne pensant pas à mal. Le destin va alors emmener les deux frères d’aventures en aventures, avant qu’ils ne soient à leur tour séparé. Seul et affamé, Timba trouvera son salut dans les bras du jeune humain Leroy, qui le recueil chez lui. Timba et lui noueront une amitié indéfectible, sans que le chaton ne cesse de vouloir retrouver Vati.

Ce petite livre de moins de 300 pages est le genre de récit qui fait du bien à l’âme. Les deux chatons possèdent cette patte qui arrive à émouvoir le lecteur sans tomber dans le mièvre. C’est également drôle et on se laisse très facilement porter par le rythme de lecture. La narration est faite du point de vue de Timba, petit chaton noir, ce qui plaira aux amateurs de la saga La Guerre des clans d’Erin Hunter disponible chez Pocket Jeunesse. Mais si ces chatons sont adorables et normaux aux yeux des humains, ils sont en fait dotés de pouvoirs leur permettant, par exemple de voir l’aura de l’Homme. Ils peuvent également communiquer entre eux par télépathie, ce qui sera le lien de Vati et Timba tout le long du bouquin. De plus, on sent bien que ce petit animal est également là pour soigner son jeune sauveur, seul lui aussi. Si dans le livre il y est fait mention de Salomon, héros félin du précédent roman de l’auteure, il est tout à fait possible de lire Timba sans avoir lu le premier. 

J’embrassai mon frère sur le museau et lui léchai la tête pour le rassurer. Notre sœur était partie, mais nous étions ensemble lui et moi. Je lui dis que nous trouverions le moyen de survivre, mais ne me crut pas. Nous étions encore minuscules. Nos griffes étaient délicates, notre pelade si fin qu’il nous tenait à peine chaud, notre queue un petit triangle optimiste, et nos pattes douces et tremblantes restaient mal adaptées aux épreuves auxquelles nous devions présent faire face.

Néanmoins, si l’intrigue est bien écrite est assez entraînante, elle souffre, selon moi, de l’allusion à l’ésotérisme, ce qui peut déplaire au bout d’un certains temps. Le fait de voir des chats pourvus d’un sens développé leur permettant d’accomplir beaucoup de chose, ce que je pense relativement possible dans la réalité, quelques notions deviennent trop abracadabrantesque pour être totalement crédible. Toutefois, cela ne vient en rien enlever l’envie de découvrir si oui ou non les deux chatons vont être réunis. La plume de Jeffries est fluide, joviale et porteuse d’un message positif tout le long du roman. 

En conclusion, Conte de Timba, chat céleste messager d’amour et de bonne humeur est une lecture qui se veut tout aussi joviale, douce et atypique, où les personnages animaliers sont adorables et drôles. Un vrai petit bonheur que nous offre Sheila Jeffries.

Sans titre 1

Infos roman

3 réflexions sur “Critique #108 – Conte de Timba, chat céleste messager d’amour et de bonne humeur par Sheila Jeffries

    • Il est adorable oui. J’ai l’impression de retomber en enfance en lisant avec le point de vue d’un animal. Tu as lu d’autres récits avec ce genre de narration? Il y a Mes vies de chien qui me tente, en plus il y a eu un film l’année dernière.

      Aimé par 1 personne

      • Du point de vue d’un animal, j’ai lu « L’été d’un chien » et je pense que c’est tout ^^ » Avec des animaux – mais pas spécialement de leur point de vue – cela augmente déjà avec « Les Gardiens de Ga’Hoole » et « La Guerre des Clans », mais ce n’est pas vraiment pareil ^^ »

        Oh ? Je ne savais pas qu’il y avait eu un film !

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s