Critique #192 – Extreme Risk T1: Enfiévré de Tracy Wolff, Priest T1: Passion de Sierra Simone

TITRE PAGE

Voici deux romances qui sortent de ce que l’on peut voir en général dans les publications de ce genre en particulier. Extreme Risk de Tracy Wolff nous propulse dans l’univers des sports extrêmes. Des paysages enneigés écrit avec talent servent de toile de fond à une histoire d’amour compliqué par le passé douloureux de nos deux héros. Puis, Sierra Simone arrive à son Passion de la duologie Priest pour bousculer les interdits concernant les vœux d’un homme d’église. 

 

Merci à Anne-Catherine de Dargaud Suisse pour ces lectures et la confiance


Disponible aux éditions Milady dans la collection New Adult ou sur Amazon au prix de 16.90€ | Également disponible au format numérique

Tracy Wolff est une auteure américaine que l’on connaît en France pour ses séries Backstage, Ethan Frost et Hot Wired. Extreme Risk est la plus récente en terme de publication VF. Aux États-Unis elle vient de publier Break Me et le troisième tome de sa saga Lightning, Rough & Ready. Enfiévré est donc le prémics de cette saga New Adult qui a pour thème les sports extrêmes. Z Michaels est snowboarder professionnel qui ne ressent les choses qu’en se mettant en danger non stop. Alors que tout lui sourit et que son arrogance domine tout le monde, il va vite être interpellé par l’arrivée d’Ophélia Richardson, une jeune femme marquée par la mort de son compagnon dans un accident. Le regard qu’elle porte sur Z n’est pas des plus doux puisqu’elle ne conçoit pas que l’on puisse se mettre en danger comme il le fait. Malgré leur façon de vivre très différente, chacun va s’apercevoir que les blessures de l’autre peuvent les aider à avancer. Qui dit snowborad, dit forcément neige. Et on est servi ici. Les décors front vraiment rêver, et il y a une certaine quiétude qui plane à chaque fois. L’ambiance que génère cette discipline est vraiment cool, ceux qui la pratiquent semble adopter un style de vie en harmonie avec les paysages qui les entourent. Z Michaels est un homme qui malgré ce que l’on peut imaginer ne cherche pas à se distinguer dans ce sport. Il est très proche de son groupe d’amis, composé de trois garçons tous intéressants et que l’on a envie de suivre un peu plus. Z, ayant connu des épreuves difficiles se jette à corps perdu dans des situations plus que dangereuses. Cherche-t-il à se prouver qu’il est encore en vie malgré le vide qu’il ressent ? Sans aucun doute. Sur ce point, Tracy Wolff prend le temps de creuser le personnage et nous offrir plusieurs facettes le concernant, malgré que la plus prédominante ne soit pas la plus représentative de son fort intérieure. Ophélia est une jeune femme à laquelle on s’attache rapidement. En venant dans cette région elle cherche à se reconstruire, mais aussi à trouver un sens à l’existence. La définition et la philosophie de la vie sont des aspects très intéressants que l’auteure tente de développer avec nos deux héros. Le comportement de chacun est un miroir inversé de l’autre. Z est dans l’autodestruction tandis qu’Ophélia tente d’avancer. C’est complexe, mais pas trop. L’auteure souffle le chaud et le froid avec le personnage de Z. Ce qu’il dégage est assez trouble et peut donc laisser un sentiment mitigé. Néanmoins, quand l’auteure décide de vraiment se concentrer sur lui et ses blessures, on a le droit à un personnage touchant. La romance trouve sa place dans le récit de manière assez classique, mais soulève pas mal de points intéressants. Peut-on aimer de tout son cœur quelqu’un sans avoir l’impression de trahir la personne que l’on a perdue ? La notion de culpabilité apporte un vrai questionnement également. A-t-on le droit au bonheur quand l’autre n’est plus là ? La relation entre Z et Ophélia est naturelle et douce, et se distingue de la multitude de romances par la sincérité qu’elle dégage. La plume fluide de Tracy Wolff nous embarque assez vite. En conclusion, ce premier tome d’Extreme Risk se passe dans un cadre original enchanteur et calme avec toute cette neige. Il contraste avec l’imprévisibilité du snowboard, et les blessures à vif des personnages. Tracy Wolff écrit des personnages avec différents niveaux de lecture, les rendant crédibles et affreusement attachants. À suivre… dans le tome 2 !

— Tu veux « quelque chose de doux et de chaud » ? répète-t-elle.
— C’est comme ça que j’aime le café.
Entre autres. J’évite en général de sortir des trucs aussi ringards, mais les sous-entendus m’amusent.
Ophelia paraît un peu troublée, mais elle acquiesce d’un hochement de tête et se tourne vers les machines à expressos. Puis elle s’active une minute ou deux, sans me regarder, et revient avec un gobelet de café frappé.
Décontenancé, je scrute tour à tour son visage et le gobelet.
— Ça n’a pas l’air très chaud…
— J’ai pris une initiative. J’avais l’impression que tu avais besoin de te rafraîchir les idées.
Là-dessus, elle se penche par-dessus le comptoir. Maudit col roulé, ai-je le temps de penser avant qu’elle renverse le café glacé sur mon pantalon. 

17/20

 

PassionDisponible aux éditions Milady dans la collection Romantica ou sur Amazon au prix de 16.90€ | Également disponible au format numérique

Avant de prendre la plume pour écrire, Sierra Simone était bibliothécaire, ce qui permit à cette américaine amoureuse de livres d’en dévorer des centaines et des centaines. Du Young Adult à la romance, en passant par du Bill Bryson, elle lit de tout. La duologie Priest a été publié en 2015 aux USA, suivi en 2018 par son tome 2 intitulé Sinner. À ce jour Sinner reste inédit en VF chez Milady [si vous lisez cette chronique sachez que je prie pour la suite *bruit de cymbales*]. Depuis, Simone a publié d’autres sagas The London Lovers, Markham Hall, et le récent Thornchapel avec son tome 1 A Lesson in Thornes. Passion est un récit atypique puisque l’on suit un jeune prêtre, Tyler Bell, battit comme un dieu arborant un sourire qui damnerait le diable en personne. Quand il reçoit en confession la séduisante Poppy, son quotidien va prendre une tournure inattendue. Troublé au plus haut point par la jeune femme, Tyler va s’interroger sur sa vocation et les choix du simple homme qu’il est… Le sujet traité par Sierra Simone est assez délicat dans sa globalité. Tout comme la politique, la religion soulève bien des débats dans notre société. Ici, Tyler est un prête catholique qui est conscient de l’image que renvoi son église après une série d’événements pas très élogieux. La narration du point de vue de Tyler apporte beaucoup à l’identité du personnage, puisque au-delà de sa robe de prêtre le jeune homme est aussi commun qu’un autre. Il est drôle, attentionné, sportif, et aime aider son prochain. Sa rencontre avec Poppy engendre une série d’émotions qu’il n’aurait jamais pu imaginer. Cette femme semble incarner la tentation en bien des points. Danseuse dans un club select érotique elle ne se cache pas d’aimer son travail. Pourtant sous son physique ensorcelant, Poppy est une femme intelligente et résolue. Le désir qui anime l’un est l’autre se fait petit à petit, et s’écrit dans une part de réel compréhensible. Comment un homme d’église qui a juré de rester chaste peut-il refouler son désir, ses émotions et ses sentiments ? C’est à cette question que l’auteure souhaite répondre en laissant toutefois le lecteur se faire sa propre idée. Elle écrit un chemin avec ses personnages qui évoluent, pour finalement laisser les choses se canter dans notre esprit. Tyler se pose de réelles questions, avec une vraie réflexion et va tout faire pour lutter contre ses sentiments. La passion s’exprime aussi bien dans les regards que dans les actes. Il y a du sexe donc, mais ce n’est pas du tout vulgaire. Si vous avez un avis tranché concernant le serment des hommes d’église et que pour vous ils ne peuvent céder à la tentation des corps, alors ces passages pourraient venir à vous choquer. Par contre, si vous être ouvert au débat et à découvrir les tourments d’un prêtre et d’une femme, tous deux conscients du péché qu’ils commettent, alors Passion sera une lecture enrichissante. La plume de Sierra Simone est très agréable et subtile dans ses propos. En conclusion, une lecture qui n’est pas passé loin du coup de cœur, et qui m’a fait passer un très bon moment. Tyler et Poppy sont deux personnes sur qui l’amour est tombé sans crier gare provoquant des sentiments difficiles à contrôler. Bravo à Sierra Simone pour avoir réussit à développer une histoire avec un sujet aussi controversé que tabou traité de manière subtile et  savoir faire.

— Mais vous n’êtes ni l’un ni l’autre. Pensiez-vous vraiment qu’en endossant l’habit vous alliez cesser d’être un homme ?
— Non, dis-je, agité. Mais je dois être en mesure de contrôler mes désirs par mes prières et l’autodiscipline. C’est ma vocation. J’ai choisi cette vie, Millie. Je ne peux pas y renoncer à la première tentation.
— Qui parle de renoncement ? Je vous dis simplement, mon garçon, que vous pourriez choisir de ne pas vous flageller pour ça. J’ai vécu longtemps, vous savez, et un homme et une femme qui se désirent, c’est à mon sens l’une des choses qui s’apparentent le moins au péché.

18blanc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s