Critique #012 – L’Homme sans passé de Kevin Wignall

10.02.2017 (30)
Je remercie les éditions Amazon Crossing et NettGalley France de m’avoir donné l’occasion de découvrir ce roman en numérique, disponible depuis le 18 avril dernier (en kindle et physique)

L’Homme sans passé (A Death in Sweden En VO) est une fiction écrite par Kevin Wignall, auteur anglais né à Bruxelles en 1967. De part son militaire de père, le jeune Kevin a vécu dans plusieurs pays d’Europe, avant d’étudier la politique et les relations internationales à l’université de Lancaster au Royaume-Uni. L’Homme sans passé n’est pas son premier roman, puisqu’il compte à son actif Among the Dead (2002), Who is Conrad Hirst (2007), sélectionné pour le Edgar Award et le Barry Award, ou encore Dark Flag en 2010. L’Homme sans passé est le premier roman traduit en français.

Ici, l’histoire est celle d’un ancien agent de la CIA, Dan Hendricks, qui maintenant met ses services aux puissances étrangères pour retrouver et éliminer de dangereux fugitifs. Alors qu’il sait que ce monde peut le tuer à tout moment, il continue d’accepter les missions, dont celle qui pourrait se révéler être la dernière : retrouver un homme qui n’a jamais existé. Cet homme porte le nom de Jacques Fillon (oh bah…), et serait mort dans un accident de bus dans le nord de la Suède en sauvant la vie d’une jeune passagère. Après sa mort, cet homme mystérieux est devenu un véritable héros dans le petit village où il résidait. Pourtant on va vite découvrir que ses papiers d’identités sont faux, et que personne ne le connaît réellement, ni sait pourquoi il a sauvé cette jeune femme.

Ce roman d’espionnage est une lecture facile et plutôt sympathique. On retrouve ce qui fait les caractéristiques d’un roman de ce genre, avec d’un côté l’espion/ex-espion en mission à la recherche de quelqu’un, et qui va également être pris pour cible par « une mystérieuse personne » censée l’éliminer. On peut voir ça dans tous les James Bond et dans les Mission Impossibles, pour ne citer que ces deux exemples tant ils ont les plus connus. L’action y est présente, les pages se tournent facilement, et la lecture est agréable. Et alors qu’on sait que le protagoniste principal, Dan, va survivre à la fin de l’histoire, on continue de lire pour savoir comment, et aussi découvrir qui est ce fameux Fillon. 

« Dans le meilleur des cas, quelqu’un l’avait averti, ou bien son sixième sens avait mieux fonctionné que le leur, et il avait choisi de se planquer de lui-même, de protéger Isabelle et le gosse en partant loin d’eux. Néanmoins, le plus probable était qu’ils avaient mis la main sur lui, et que ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’on ne retrouve son cadavre. »

Le style de l’auteur est plaisant et fluide, et plaît assez facilement même si les romans d’espionnage ne sont pas votre dada (comme moi). La progression du héros dans sa mission est cohérente, explicative sans trop l’être, et avec assez de suspens. Par contre au fur et à mesure j’ai eu l’impression que l’auteur essaye un peu trop de nous brosser le portrait d’un héros en Dan le grand solitaire, pour nous faire oublier qu’il a déjà tué par le passé. Ce qui me dérange n’est pas le « chemin du repenti », mais plutôt le fait que ça semble presque forcé, comme si on devait l’accepter et oublier ce qu’il a fait avant. Je pourrais aussi reprocher à Kevin Wignall la fin que j’ai trouvé un peu expéditive, comme si au final il ne savait plus trop quoi dire et voulait juste en finir. Mais, malgré ces deux points négatifs  ma lecture a été intéressante et plutôt prenante. Je pourrais peut-être retenter l’expérience du roman d’espionnage, mais je choisirais quelque chose de plus costaud quand même.

En conclusion, une lecture que je recommande si vous ne connaissez pas ce genre, et que vous ne souhaitez pas un roman trop poussif avec des centaines de détails, mais qui reste tout de même intéressant à lire.   

Et bravo à Nordine Haddad pour la traduction.Copie de lire en bullesPowell industries (14)
Publicités

4 réflexions sur “Critique #012 – L’Homme sans passé de Kevin Wignall

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous #010 – Lire en bulles

  2. Pingback: Bilan d’Avril 2017 – Lire en bulles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s