Critique #033 – Dragonfury T1 : Furie de Flamme de Coreene Callahan

TITRE PAGE (23).png
Il est rare que je commence une nouvelle série, sachant pertinemment que j’en ai pour aux minimum trois tomes ou bien pour plus d’une dizaine. Pourtant, il y a quelques semaines je suis tombée sur l’opération de Milady proposant de découvrir des récits à 3.99€ (5.30 francs suisses), et la couverture est ce qui m’a tout de suite interpellée. Après avoir lu la quatrième de couverture je n’ai pu m’empêcher de me le pendre. Parce qu’ici on a le droit à une mythologie sur des hommes-dragons!
Achetez Dragonfury T1 : Furie de flamme sur Amazon à 3.99€.
Profitez de l’offre ebook à 0.99€ durant la GrosseOP jusqu’au dimanche 2 juillet 23h59.

Dragonfury est une saga de fantasy et romance urbaine écrite par l’auteure canadienne Coreene Callahan. Avant d’embrasser une carrière d’auteure, Callahan a décroché un diplôme en psychologie, avec les honneurs, et a travaillé en tant qu’architecte d’intérieur. Mais ayant une imagination hyperactive et débordante, elle se décide à retourner à son premier amour : l’écriture. Dragonfury compte pour le moment six tomes, publiés entre 2012 et 2016. Le dernier en date Fury of Surrender reste inédit chez Milady. En parallèle elle écrit la saga The Circle of Seven, totalement inédite en français.

Furie de flamme, est donc le début de la saga sur des hommes ayant la faculté de se transformer en dragons. Et c’est ce gros point qui m’a fait me décider à commencer cette série, car au milieu de toutes les romances que j’ai pu voir passer sous mes yeux, le fait qu’on se retrouve face à des dragons change des éternels loups et vampires. C’est donc déjà un très bon point pour motiver le reste de la lecture. L’univers de Dragonfury repose sur deux clans, ceux qui protègent les humains, les Nightfury, et ceux qui les ne les aiment pas du tout, les Razorback. Le leader des gentils se nomme Bastien et va rapidement se trouver face à un dilemme auquel il voudrait échapper. À savoir, se trouver une compagne pour assurer la survie de son espèce ou bien regarder les siens mourir. Sur le papier, cela semble facile, mais si Bastien est si réticent à cette idée c’est simplement dû au fait qu’en mettant au monde son héritier, sa future compagne perdra la vie. Et c’est à ce moment qu’entre Myst, une jeune femme infirmière qui ne laissera pas le chef du clan indifférent. 

Dès les premières pages, l’action prend place et on comprend vite que tout le tome va se dérouler de la même façon, tout en intégrant des scènes drôles et tendres. Dans cet univers surnaturel gravite des personnages forts, bien construits, amusants et facilement identifiables tant il possède leur propre caractère. Bastien, charismatique, prévenant, courageux et loyal. Myst, jeune infirmière au tempérament bien affirmé sans devenir agaçante. Il y a aussi les personnages secondaires comme Rikar, fort intéressant à suivre et totalement différent de Bastien, Angela ou encore Forge. Du côté des méchants, on a le chef des Razorback Ivar, qui n’est simplement pas là en tant que simple méchant parce qu’il en faut bien un. Non, ce dernier possède une raison d’être ce qu’il est et de haïr les humains. Même si l’on ne ressent pas d’empathie particulière pour ce dernier, on peut lui accorder le fait que c’est un vilain ayant de l’intelligence et une certaine psychologie.

Issue de la déesse Mère Terre et du dieu Dragon, cette espèce avait connu des débuts sortis tout droit d’un film sentimental.
Bastian l’avait parfaitement raconté : comme un conte pour enfants, plein de retournements et de rebondissements, de tromperies et de trahisons. Il avait fait monter le suspens aux bons moments, lui révélant la liaison du dieu Dragon avec une nymphe des bois… et la réaction de la déesse. Son arme de prédilection ? Une malédiction qui avait attaché les dragons à son monde – au plan terrestre et à son énergie. Mais le pire – du moins du point de vue du dieu Dragon –, c’était la façon dont elle s’y était prise. Elle avait enlevé aux dragons l’aptitude à engendrer des femelles, obligeant les mâles à dépendre des humaines, non seulement pour survivre, mais pour se reproduire.
Brillant. La vengeance dans toute sa splendeur. Une déesse ancienne avec la mentalité d’une femme moderne et les couilles qui allaient avec. Et vraiment, quelle femme ne soutiendrait pas ce genre de justice qui bottait des culs ?

À la différence de nombreuses autres séries de la romance bit-lit, la rencontre entre Myst est Bastien n’a rien de voulu ni de romantique. Non, la jeune femme se trouve simplement au mauvais endroit, au mauvais moment. Ce qui va engendrer une certaine tension et des confrontations bien piquantes. L’écriture de Coreene Callahan aide à vite rentrer dans cet univers surnaturel, dont elle sait comment intégrer telle ou telle scène sans que cela ne paraisse forcer ou de trop. Par exemple, les scènes de sexe ne sont pas là par hasard, et ne sont en aucun cas vulgaire. Non, je les ai trouvés plutôt poétiques et naturelles au récit. L’action est également très présente sans pour autant poussée à l’extrême. Je dois également mentionner la beauté des scènes de transformations des hommes-dragons. C’est joliment écrit, délicat et riche en couleurs. En effet, chaque dragon possède sa spécificité, comme cracher du feu ou de la glace, etc. Du coup, on arrive à les identifier facilement et c’est vraiment une mythologie assez bien pensée

En conclusion, j’ai vraiment adoré ce premier tome de Dragonfury, une saga bit-lit originale par son idée, et bien exécutée. Une lecture qui se lit facilement, avec une écriture intéressante et subtile. C’est donc avec intérêt que je vais me lire la suite, qui je l’espère sera du même acabit tout du long. Une série que je conseille pour ceux qui sont fatigués de voir des loups et des vampires s’affronter, et qui recherchent quelque chose de frais tout en gardant les traits propres à la romance.

19cdcinfos (17).png

Publicités

2 réflexions sur “Critique #033 – Dragonfury T1 : Furie de Flamme de Coreene Callahan

    • C’est vrai que c’est un genre où tu as vite fait le tour, mais cette originalité par les hommes-dragons est vraiment rafriachissant et cool. Et puis meme si beaucoup disent que c’est de la bit-lit, je pense qu’avec le recul c’est plus une romance paranormale. J’ai bien aimé en tout cas^^ je compte me prendre la suite donc s’est bon signe!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s