Critique comics #017 – Les Tortues Ninja – TMNT, T2 : La Chute de New York, partie 1

titre comics.png

Après nous avoir emmené dans le passé en explorant les origines de Maître Splinter et de l’inégalable Shredder dans « L’Histoire secrète du clan Foot« , et nous avoir embarqué dans l’espace avec La Guerre de Krang, nos quatre Tortues Ninja reviennent dans les rues de New York. Ce tome représente la première partie d’un arc majeur avec un Shredder cherchant la clé de son immortalité et bien plus. Une porte d’entrée pour les novices qui souhaiteraient se lancer dans l’univers Kowabunga, où le sérieux et l’humour vous ravira, ainsi que les fans de la première heure.
Acheter le tome 2 de Teenage Mutant Ninja Turtles : La Chute de New York, première partie sur Amazon
Également disponible en numérique

 

LIRE MON AVIS SUR LE TOME 1 || LIRE MON AVIS SUR LE « PRÉLUDE » L’HISTOIRE SECRÈTE DU CLAN FOOT


Kevin Eastman est un scénariste et producteur américain connu avant tout pour être l’un des créateurs des Teenage Mutants Ninja Turtles alias Les Tortues Ninja pour les non anglophones. Après avoir travaillé dans un restaurant dans les années 80, Eastman collabora avec Peter Laird sur plusieurs projets de comics. C’est en 1984 que le duo créa les personnages des Tortues Ninja en publiant dans le premier numéro en noir et blanc Teenage Mutant Ninja Turtles, financé en grande partie par l’oncle de Eastman. Après trois réimpressions le duo créa le buzz et fut invité à leur première convention comics l’Atlanta Fantasy Fair. Depuis, les produits autour de cette licence n’ont cessé de se multiplier, sans oublier les séries d’animation, films et jeux vidéo. Ce premier tome des Tortues Ninja sous-titré La Guerre de Krang n’est pas le premier volume de la série de Eastman et Tom Waltz (Ghostbusters) éditée chez IDW Publishing, depuis 2011. Il est en réalité le cinquième volume contenant l’arc “Krang War” soit les numéros 17 à 20. Attendez, quoi ? En effet, avant que HiComics n’obtienne les droits de publications, ceux-ci appartenaient aux éditions Soleil dont les volumes précédents ( vol 1 à 4 US) furent publiés entre 2012 et 2013.

Ce tome 2 débute avec une petite histoire qui voit nos quatre Tortues sauter de toit en toit tombez net à nez avec n individu inconnu au bataillon, mais qui maîtrise plusieurs styles de combat. En s’attaquant à eux, le filou menace à chaque occasion de s’en prendre à Splinter, le maître sensei et père adoptif des Tortues. Ce petit interlude coécrit par Kevin Eastman (l’un des créateurs des Tortues) n’est là que pour servir de prémices à un arc plus grand aux conséquences encore inconnues. Pour expliquer ce que Eastman et Tom Waltz mettent en place dès le second chapitre, il faut parler de la mini-série en un tome Le secret du clan Foot [mon avis ici] paru au lancement de HiComics. Souvenez-vous, dans cette histoire menée par Mateus Santolouco, on découvrait les origines de Shredder et de Splinter dans un Japon féodal de toute beauté. Néanmoins, si vous n’avez pas lu cette mini-série sachez que ce n’est pas dramatique pour la compréhension de la suite, même si je vous encourage vivement à découvrir ce récit qui vous embarquera dans un voyage initiatique de qualité. Alors, ce chapitre 2 nous présente donc l’arc narratif “La Chute de New York” (City Fall en VO) où le rythme est important, nous faisant tourner les pages sans relâche. Alors que Raphael et Casey Jones arpentent les rues de la ville, ils tombent sur les sbires du Clan Foot. Ne faisant pas le poids, Casey est kidnappé laissant son meilleur ami dans l’impuissance. Après avoir appelé en renfort ses frères, le quatuor s’élance pour retrouver Casey. Mais pourquoi Shredder a-t-il besoin d’un simple mortel comme Casey ? Ne serait-ce pas un piège pour isoler nos héros ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Loin des aventures spatiales vues dans le tome 1 La Guerre de Krang [mon avis ici], ce tome 2 reprend toutes les qualités de L’Histoire secrète du clan Foot, avec un Santolouco et Waltz continuant d’incorporer leur vision à la franchise sans dénaturer les personnages. La personnalité de chacun est respectée de manière à ce que le lecteur puisse y trouver une ligne cohérente servant de lien empathique. En dehors de Shredder et de sa petite-fille Karai, nous retrouvons Kitsune la sorcière renarde qui avait tant marqué de part son charme ancestral la mini-série féodale. D’autres acteurs issus de la galerie de TMNT font leur apparition : Old Hub un chat borne portant un imperméable rappelant fortement le détective félin de la BD Blacksad, Slash et Alopex. Si vous n’êtes pas familiers avec ces têtes ce n’est pas grave, puisque l’on comprend vite fait à quel camp ils sont censés appartenir. Le but de leur présence est de donner du relief à toute la mythologie des Tortues et de créer une bulle d’air pour que le lecteur n’ait pas l’impression que personne d’autre à part April O’Neil et Casey ne gravite autour des Tortues. D’ailleurs April est très en retrait ici ce qui me chagrine un peu.

L’écriture met l’accent sur la mince frontière entre le récit thriller et mystique, faisant se rencontrer les deux pour offrir une histoire qui retient notre attention. L’ambiance se veut aussi sérieuse que lors de L’histoire secrète du Clan Foot, flirtant avec la part de sombre de Shredder et de son envie de bâtir un monde à son image. L’humour y trouve aussi sa place met essentiellement dans les réparties de certaines Tortues, ce qui est raccord avec leurs caractéristiques. À noter que certains chapitres sont co-écrit par Bobby Curnow (My Little Pony, Wild Blue Yonder)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur le premier chapitre, le dessin est assuré par Eastman et ne plaira pas forcément au plus grand nombre malgré le fait qu’à l’origine le visuel des Tortues Ninja était très punk et trash. Le style est particulier avec un côté old school. Cela sera à découvrir plus en détail dans le tome 1 inédit de TMNT Classics à la rentrée chez HiComics. Le reste est illustré par Mateus Santolouco qui signe un travail haut en finesse et douceur dans le trait. Les couleurs de Ronda Pattison siéent aussi bien au style de Eastman que de Santolouco. Le découpage offre une grande place, parfois un peu trop, à la partie de Eastman mais reste efficace dans sa globalité. De l’autre côté Santolouco se permet des scènes où le réel côtoie le spirituel à travers les hallucinations de Casey et de Leo. L’édition de HiComics reste de qualité et n’a rien à envier à celles des autres éditeurs du marché.

En conclusion, ce tome 2 des Tortues Ninja n’est que la première partie d’un arc où la fin ne peut être prédite tant Waltz, Eastman, Santouloco et Pattison jouent sur la part de suspense qui transpire de l’ambiance. Un scénario solide, des dessins maîtrisés par les artistes respectifs, avec un cliffhanger qui ne peut que nous donner envie d’aller découvrir la conclusion de cette Chute de New York où les enjeux seront de taille et peut-être irréparables.infos comics

Une réflexion sur “Critique comics #017 – Les Tortues Ninja – TMNT, T2 : La Chute de New York, partie 1

  1. Autant j’adorais les tortues ninja (dessin animé et films – qui étaient vraiment moyen, avouons le-), autant je n’ai jamais replongé dans l’univers avec un comics ou un autre film récent. Les dessins sont beaux en tout cas !!!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s