Critique #145 – L’Assassin de ma soeur par Flynn Berry

TITRE PAGE (1)

Le thriller est un genre qui se décline en plusieurs sous-genres. Nous avons le psychologique, le très noire, le sanglant, le sombre, et j’en oublie. L’Assassin de ma soeur picore un peu dans chaque catégorie, et nous racontant comment une soeur va mener l’enquête pour découvrir l’assassins de sa soeur sans se douter que parfois la vérité peut être bien différente de ce que l’on imagine.
Acheter L’Assassin de ma sœur sur le site des éditions Presse de la Cité ou sur Amazon
Également disponible en format numérique

Je remercie les éditions Presse de la Cité et le site Babelio pour cette lecture dans le cadre de la masse critique


Flynn Berry est une auteure américaine spécialisée dans le genre thriller. En 2016, elle publie son premier roman Under the Arrow traduit en plus de seize langues, avec une option de future adaptation télévisée par Paramount. Son deuxième romance, inédit en français,  A Double Life est paru cette année. L’Assassin de ma sœur (Under the Arrow) est édité chez Presse de la Cité.

Chaque weekend, Nora prend le train direction la campagne anglaise ou vit sa sœur Rachel, qui en principe l’attend toujours sur le quai. Malheureusement, à son arrivée personne ne l’attend. En arrivant chez sa sœur, elle va découvrir le corps de sa sœur morte, ainsi que celui de son chien. Rachel aurait été assassinée. Fait étrange, quelques années auparavant, Rachel s’était faite agressée par un homme dont l’identité reste à ce jour inconnu. Persuadé qu’il vit dans ce même village, elle décide de rester pour mener son enquête et découvrir la vérité. Cet homme avait-il un quelconque lien avec Rachel ? Cette dernière menait telle la simple vie qu’elle montrait aux yeux de tous ?

Disons-le clairement, L’Assassin de ma sœur est un petit thriller bien ficelé, avec une intrigue qui possède assez de mystère pour que l’on passe un moment de lecture plaisant. Néanmoins, on ne peut pas dire que ce soit un thriller sortant des sentiers battus. L’auteure prend les ingrédients qui façonnent le genre, c’est-à-dire des rebondissements, des fausses pistes, une ambiance psychologique sur le fil sans en faire des tonnes, et un dénouement plutôt bon, voir surprenant si on se laisse aller à la découverte. Toutefois, je n’ai pas réussi à m’investir dans l’enquête de Nora, puisque je n’ai pas été touchée par ce qui lui arrivait. Peut-être que Flynn Berry a voulu l’écrire en ce sens, mais cela a contribué à une lecture vraiment mitigée. Le reste des personnages se tiennent mais ne sont pas non plus des plus appréciables. 

Si je vais dans sa chambre, je verrai les ombres de l’orme côté sud, jouant sur le parquet. Le chien assoupi, vautré au bas du lit, assez près pour qu’elle puisse le caresser rien qu’en laissant traîner sa main. Et Rachel, endormie.
J’ouvre les yeux.

La plume de l’auteure est fluide, mais le rythme du début pêche un peu, rendant la lecture un peu trop vide. La narration explore les souvenirs des deux sœurs, sans réellement contribuer à faire avancer l’histoire. La temporalité est parfois un peu confuse, et on se demande si nous sommes dans un moment lié au passé où dans le présent. Ce n’est que dans les derniers chapitres que le roman prend du poil de la bête et accélère. Les suspects deviennent multiples et on se demande réellement au final qui est le véritable auteur des faits… Du coup, j’aurais souhaité que cette accélération soit arrivée plus tôt, mon avis aurait certainement été différent par la suite.

En conclusion, avec ce premier roman Flynn Berry propose un thriller sympa mais qui ne se démarque pas de la masse, malheureusement. Le style est bon, l’ambiance est pesante par moments, et on finit par se demander si les sentiments et les secrets de Rachel ne sont pas les seuls responsables de cette mort. Mais je m’attendais à mieux.

infos roman

tous les livres sur Babelio.com

 

7 réflexions sur “Critique #145 – L’Assassin de ma soeur par Flynn Berry

  1. C’est vrai que ce thriller ne transcende pas le genre, mais je l’avais bien aimé sans que ce soit la lecture du siècle 🙂 Je te rejoins sur la temporalité qui peut se révéler parfois déstabilisante même si on finit par s’y faire…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s