Critique manga #228 – Jardin secret tome 1

Copie de titre manga (4).png

Le printemps est là, les températures grimpes, mais la pluie menace toujours et ce ne sont pas les plantes et fleurs merveilleuses dans les champs qui vont venir s’en plaindre. Ce n’est pas non plus le cas dans le tome 1 de Jardin secret, nouveau shojo des éditions KANA qui prouve encore qu’en matière de shojos ils savent y faire. La mangaka AMMITSU nous invite à découvrir le langage des fleurs avec deux héros aussi doux et bienveillants, qu’on a envie de les lire pendant des jours et des jours. Non, ce n’est que moi ? Je vous laisse vous faire votre propre idée dans la suite.

 

Disponible aux éditions KANA dans la collection shojo ou sur Amazon au prix de 6,85€ | Également disponible au format numérique sur izneo 

LIRE UN EXTRAIT DU TOME 1 

kanadargaudsuisse

Merci à Stéphanie et Anne-Catherine pour cette lecture qui donne envie de chanter « colchique dans les prés » – (oui je suis vieille >_< »)


Au mois d’avril le proverbe qu’il ne faut pas se découvrir d’un fil. Mais quand on découvre un manga comme Jardin secret a envie d’aller gambader dans les champs de tournesols en tenue d’été et de profiter des rayons du soleil. Oui, c’est l’effet que m’a fait le nouveau shojo des éditions KANA, qui encore une fois montre qu’ils ont le net fin. AMMITSU signe ici son deuxième manga seulement, le premier étant Kanna to Decchi en 7 tomes publié en 2014 au Japon. Jardin secret (Takane no Ran-san en vo) est pré-publié dans les pages du magazine Bessatsu Friend des éditions Kodansha depuis 2017, avec 5 tomes en cours.

Ran Takamine est arrivée dans son nouveau lycée depuis 2 mois seulement, mais voilà qu’elle a déjà droit à un surnom, celui de  »fine fleur du lycée ». Belle, sportive, intelligente, patiente et réfléchi, elle a tout pour plaire aux garçons certes, mais elle impressionne tellement qu’aucun n’ose l’approcher. Pensant qu’elle n’a que faire de ce qu’ils pensent et qu’elle aime être dans sa tour d’ivoire non-désirée, en réalité Ran en souffre beaucoup. En dehors de son amie Tomo, personne ne prend le temps de venir lui parler et d’apprendre à la connaître. Heureusement, Ran a réussi à trouver refuge au sein du club d’horticulture où elle se plaît à prendre soin des fleurs et des plantes du lycée. Un jour, par accident elle asperge d’eau Akira Saeki, un camarade de classe aussi beau que gentil envers elle. Troublée, elle va vite découvrir qu’il cache un secret qu’il souhaite ne pas révéler à ses camarades…

Ce premier tome de Jardin secret est une véritable surprise! Si la construction narrative est basique et semblable à celle des autres shojos, la mangaka réussie très rapidement à proposer des choses plus originales. Par exemple, les fleurs et tout ce qui s’y rattache sont mis en avant de manière perspicace et simple. Le personnage de Ran est une jeune fille très attachante et dont la ligne de pensée nous permet de rester à son écoute. On la suit très volontiers dans son quotidien et sans son amitié naissante avec Akira. Lui, c’est le beau garçon du lycée mais sans avoir l’altitude du bad boy prétentieux qui va avec. Au contraire, il est naturellement charmant, drôle, attentif et solaire. Comme le dit si bien Ran à un moment dans le tome  »ton visage souriant on aurait dit un tournesol ». Eh bien c’est ainsi que l’on perçoit Akira, et sincèrement est-ce que je peux avoir le même, s’il vous plaît ? L’alchimie entre eux est écrite de manière tellement naturelle et douce, que l’on voudrait pouvoir les côtoyer chaque jour. Si le monde était peuplé de plus de gens comme eux on ne serait certainement pas où on en est… Toutefois, il ne faut pas croire que AMMITSU fait dans le niais ! Non ! Ce qu’il y a de surprenant est que la narration n’est jamais niaise tellement elle est écrite avec naturel et poésie.

Jardin secret se présente plus comme un manga tranche de vie plein de douceur, et dont le secret d’Akira va venir embellir le tout. En effet, le garçon est fils de fleuriste et même s’il adore aider son père, il ne souhaite pas que le lycée l’apprenne. Il a peur que tout le monde se moquent de lui comme quand il était enfant.  »Il arrive un âge où le mot mignon devient tabou pour les garçons », dit-il dans le texte. À travers cette simple phrase, la mangaka expose les préjugés et les idées que l’on se fait sur les garçons et les filles. Une fille peut aimer les fleurs mais les garçons non. Alors qu’en fait, quel est le mal si un quelqu’un de la gent masculine aime les plantes, le rose ou les comédies romantiques ? Rien n’est mal, seules les idées dictés par la société le sont. Akira et Ran partagent donc un secret et une passion commune qui va forcément les rapprocher, mais jusqu’à quel point ? On apprécie aussi le fait que la mangaka ait réussi à intégrer des éléments propres aux fleurs et leurs significations dans le récit, tout en reflétant les sentiments que peuvent ressentir nos héros.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le trait soigné de la mangaka donne lieu à de très belles planches où l’on ressent bien l’atmosphère propre à la nature. Le design des personnages est doux et représente bien la personnalité de chacun. J’ai trouvé que Ran ressemblait un peu physiquement à la Akira du manga Après la pluie [mon avis ici]. Elle dégage une certaine pureté dans sa posture, que l’on ne retrouve pas forcément dans d’autres mangas se déroulant au lycée. La mangaka a également pris le temps de travailler les mains et les doigts plus particulièrement. Par exemple, Akira a souvent les ongles sales à cause de son travail avec les fleurs. Ces dernières ont aussi une très belle place en avant et arrière-plans. Le soucis du détail sans trop en faire de la mangaka est impressionnant. Les vêtements que portent notre duo en dehors des heures de lycée sont à leurs images. Akira est plutôt bermuda et t-shirt ce qui montre qu’il est plutôt simple, et la robe légère et le grand chapeau de Ran montrent qu’elle est naturellement belle et suave. L’ensemble est très agréable et apaisant. L’édition française de KANA est dans la lignée de ses autres shojos. Bonne qualité d’impression et de papier, jaquette soignée tout comme la traduction d’Aline Kukor dont le sérieux n’est plus à prouver puisqu’on lui doit de nombreuses autres traductions comme Au-delà de l’apparence [mon avis ici], Banale à tout prix [mon avis ici] ou encore Death’s Choice [mon avis ici]. L’illustration de couverture est bien entendu la même que la VO, mais on notera le choix de police qui donne un ton très sobre à l’ensemble.

En conclusion, ce premier tome 1 de Jardin secret a été un coup de cœur inattendu ! L’ambiance florale et poétique du récit nous fait passer un merveilleux moment de lecture sans jamais faire dans la niaiserie. Akira et Ran sont des personnages très attachants où l’on se surprend à sourire devant un parterre de fleurs avec eux. L’attente jusqu’en juillet pour le tome 2 va être longue…

infos manga

5 réflexions sur “Critique manga #228 – Jardin secret tome 1

  1. Un joli coup de coeur que tu nous communiques ici.
    Je l’ai lu aussi cette semaine et si je suis moins emballée que toi, j’ai aussi apprécié de retrouver l’univers des fleurs aussi bien mis en valeur. J’ai juste un peu peur de toute cette mignonnerie sur la longueur ^^!

    Aimé par 1 personne

    • Je comprends pour ta peur concernant la mignonnerie. Pour par part, ça ne me dérange pas du tout pour l’instant, après à voir concernant la suite. Mais je pense que si la mangaka garde ce côté floral avec les significations ça peut mieux faire passer. Après je ne le ressens pas comme niais mais comme simplement bienveillant. J’espère que la mangaka va developper un peu le côté « fils de fleurise beeeeeeeh un garçon qui aime les fleurs », tu vois ce que je veux dire ? J’aimerai qu’Akira finisse par ne plus ressentir cela comme un secret. Après c’est tellement beau visuellement. Simple mais tellement maitrisé. Le soin apporté aux mains etc et les belles planches dans le champs de tournesols à la fin *_* pardon je m’emporte xD

      Aimé par 1 personne

      • Je vois que tu as eu un vrai coup de coeur pour ta part lol et que tu ne peux pas t’empêcher de t’emporter ^^
        Si j’aime bien les personnages et leur simplicité à chacun, je trouve tout de même le personnage de Ran un peu too much pour moi dans le dernier chapitre. Ça doit être mon côté rebelle qui se réveille, mais quand je la vois avec sa longue robe blanche d’un autre temps, j’ai un peu de mal à ne pas craindre le pire, heureusement Akira n’est pas trop dans ce trip. Allez, je croise les doigts et je fais confiance à l’autrice pour une fois 🙂

        Aimé par 1 personne

      • Tu ne trouves pas que Ran ressembles à Akira dans Après la pluie ? Oui après c’est un tome 1 donc on ne va pas mettre la charrette avant les boeufs 😆 mais c’est surtout l’ambiance qui se dégage a la lecture et l’incorporation des fleurs qui m’ont le plus conquise. Encore heureux on a pas de plaquage contre un mur hein. Ici ils sont simplement bienveillants et naturels. Mais j’attends de voir si on a de légères zones d’ombres dans l’écriture des personnages

        Aimé par 1 personne

      • Oui, c’est vrai que physiquement et dans ce qu’elles dégagent, il y a quelque chose, mais je trouve Akira plus mature et plus âpre, Ran est un peu trop lisse en comparaison ^^
        Il faut maintenant que je me raisonne pour ne pas tirer des plans sur la comète et laisser sa chance à la suite lol

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s