Critique #211 – Black Feelings tome 1 de Mo Gadarr

titre roman.pngBlack Feelings est bien plus qu’une romance. Mo Gadarr y aborde avec une plume vive, crue et forte en émotion le harcèlement scolaire et tout ce que cela engendre. Un thème bien trop actuel malheureusement, et depuis bien trop longtemps. Il est important de comprendre que ce qui peut être vu comme une moquerie ne l’est pas forcément pour celui qui en est la cible. Complexe, rejet, haine, violence, peur, etc… tellement de conséquences et des cicatrices au coeur à tout jamais.

 

Disponible aux éditions Hugo Roman dans la collection New Romance ou sur Amazon au prix de 8.50€ | Également disponible au format numérique

Mo Gadarr est professeur de français, auteure, épouse et mère d’une petite fille. C’est à travers son parcours professionnel et personnel qu’elle trouve l’inspiration pour écrire sur des thèmes forts et d’actualité. Son premier roman Black Feeling en en est un parfait exemple. C’est via la plateforme Fyctia qu’elle propose son récit traitant du fléau qu’est le harcèlement scolaire. Les réactions sur son histoire la font gagner le concours organiser par Fyctia, avant un publication en format numérique début février 2018 chez La Condamine. C’est en 2019, que le premier tome sort en format papier et poche dans la collection New Romance de chez Hugo Roman.

L’histoire est racontée du point de vue de deux des protagonistes principaux, Amandine et Mattéo. On les suit à deux époques bien différentes, au lycée durant le début des années 2000 et à l’époque actuelle à l’âge adulte. Amandine est une jeune fille que l’on surnomme La Transparente. Physiquement, la jeune fille ne rentre pas dans la norme dictée par la société. Boudinée, appareil dentaire, lunettes, etc. Malgré les moqueries qu’elle subit, Amandine peut compter sur sa meilleure amie Chloé. Mais un jour les choses vont progressivement déraper et entraîner Amandine et celle qu’elle considère comme sa sœur de cœur dans la spirale du harcèlement scolaire. Dix ans plus tard, on retrouve Amandine devenue adulte et qui se fait appeler Mandy. Professeure de français passionnée elle débarque dans un nouveau lycée et compte bien sensibiliser les gens au harcèlement scolaire. Cependant, lorsqu’elle découvre qu’un de ses collègues est l’un de ses anciens bourreaux, tout bascule…

Si ce roman porte l’étiquette de New Romance il serait mensonge de ne le réduire qu’à ça. En prenant un sujet comme le harcèlement scolaire, l’auteure se lance dans un thème qui peut être casse gueule si mal abordé, ou une réussite. Dans ce cas précis, Black Feelings se classe dans la deuxième catégorie. La romance, le côté plus moderne et sociétal se mélangent à merveille grâce à une narration forte, sensible et crue. Oui, quand on parle de choses aussi violentes il faut être réaliste aussi bien dans le choix de des mots que dans les situations vécues. Mo Gadarr y arrive sans tomber dans la surenchère. Tout reste crédible du début à la fin. Le personnage de Mandy est une véritable force de la nature. C’est une femme qui n’est ni complètement lumineuse, ni complètement obscure. Elle est pleine de nuances, de maux, de qualités, de défauts, et habitée par une détermination peu importe que cela soit juste ou non. Sa rencontre avec un de ses anciens bourreaux va provoquer de nombreuses réactions aussi bien à tous les niveaux, physique et émotionnel. Mattéo est un homme qui ne se considère pas comme un saint mais qui à su grandir et changer face à ses choix dans la vie. Il est compliqué de décrire ces deux personnages sans révéler les rebondissements de l’intrigue. Toutefois, il est important de préciser que Mattéo n’est jamais mis sur un piédestal par l’auteure, ni même Mandy. Il serait réducteur de considérer que chacun n’a qu’un seul rôle. Non, peu à peu on découvre que chacun possède une part de responsabilité dans le cycle de la violence engendrée par le harcèlement scolaire. La haine et la vengeance sont aussi très présentes, ainsi que l’amour et la compassion. Chaque émotion se confronte à une auteure de manière à créer des personnages ancrés dans la réalité, nous les rendant plus palpables.

Parfois, je me dis que c’est sans doute parce que je n’ai rien d’intéressant à dire et que ma timidité étouffe toutes mes tentatives de sociabilité. Chaque fois que j’ai essayé de discuter un point de vue durant un cours ou même de dire bonjour à un camarade de classe, tout ce que j’ai obtenu, c’est un regard froid ou des sourires moqueurs. La seule avec laquelle je me sens en totale osmose, c’est ma Chloé.

L’alternance entre le passé et le présent fonctionne avec un bon rythme. L’auteure arrive à nous garder captif de son récit. Les autres personnages sont aussi importants et s’intègrent naturellement dans le récit. La plume de l’auteure est agréable, fluide, et on saisit parfaitement ce qu’elle a voulu faire passer grâce aux situations que vivent chacun des héros. Le lecteur sera à la fois spectateur mais aussi juge puisque ce que vivent Amandine et Chloé ne peut que provoquer des réactions. On déteste, on s’interroger, on aime, mais on ne peut pas rester insensible.

En conclusion, ce premier tome de Black Feelings qui peut se suffire en lui-même est une réussite. Mo Gadarr nous raconte une histoire fictive mais tellement vraie que la frontière se brouille parfois dans notre esprit. C’est intense et dans le concret. On passe un moment tellement fort et humain que cette lecture ne peut qu’ouvrir les yeux sur les vives émotions et traumatismes que représente le harcèlement. Ce qui commence comme une simple boutade peut vite basculer en tragédie.

17/20

infos roman

 

7 réflexions sur “Critique #211 – Black Feelings tome 1 de Mo Gadarr

    • Youhou youhou ! J’en suis ravie. Le sujet me tenait vraiment à coeur et j’étais curieuse de voir comment c’était developer, et je dois dire que je n’ai pas été déçue. Je ne peux pas trop en dire mais l’ensemble est vraiment très humain et éloquent. Je t’embrasse! PS. Faudrait qu’on trouve le temps de papoter un jour sur Whatsapp. Take care !

      Aimé par 1 personne

      • C’est aussi un sujet qui me tient à coeur 🙂 Oui il faut que l’on trouve un moment, cela fait un bye que l’on n’a pas papoter toutes les deux ! Tu as toujours envie de venir à Paris au mois de Mars pour le Salon du Livre ? Pleins de bisous ma Belle ❤

        J'aime

  1. C’est un sujet qui m’intéresse alors le titre est susceptible d’arriver chez moi.
    Juste deux questions : son love interest c’est l’un de ses anciens harceleurs, c’est ça ? Si oui, c’est pas trop dérangeant, c’est bien amené ?

    Aimé par 1 personne

    • Compliqué de développer comme je le dis dans la chronique, mais je te rassure sur un point j’étais aussi très nuancée avant de me lancer, et finalement l’auteure a su poser toutes les pièces du puzzle pour montrer vraiment toute l’étendue et les conséquences du harcèlement. Il n’y a pas qu’un harceleur, mais celui qui fait office de love interest s’explique et on comprend totalement. Je ne peux réellement pas en dire plus sinon je te dirais l’intrigue ^^’ L’ensemble est vraiment très très cohérent et on ressent vraiment l’impact de tout ce que les deux filles subissent et des retombées passées et présentes.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s