Critique comics #029 – Aquaman Sub-Diego tome 1 et 2

titre comics.png

Alors que Aquaman fait ses débuts solo sur grand écran cette semaine, il était important pour l’éditeur français de DC Comics de profiter du filon pour publier des runs inédits sur notre roi des océans. Chose qui ravit les fans et qui pourraient bien attirer de nouveaux lecteurs désirant en apprendre plus ce super-héros. Sub-Diego est un arc qui se situe dans cette catégorie et qui dans son ensemble se tient bien. Petit tour d’horizon dans la suite.

 

Disponible aux éditions Urban Comics dans la collection DC Classiques ou sur Amazon

LIRE UN EXTRAIT DU TOME 1 ICI | LIRE MON DOSSIER SUR LE PERSONNAGE DE MERA


Aquaman Sub-Diego est un récit en deux tomes se plaçant chronologiquement dans la sixième série portant le titre de Aquaman, débutée en 2003 et terminée en 2007 après 57 numéros. C’est donc un arc qui peut être lu indépendamment du reste sans grande difficulté. Le tome 1 (contient Aquaman #15-27) est écrit par Will Pfeifer (Catwoman, Teen Titans), John Ostrander (Suicide Squad, Star Wars : Legacy), et John Arcudi (B.P.R.D. Hell On Earth). Le dessin est assurée par Patrick Gleason (Green Lantern Corps, SupermanBatman & Robinmon avis ici) et Chris Batista (Steel, The Legion). L’histoire débute avec la ville de San Diego qui sombre dans l’océan, après un violent raz de marrée. Par un miracle que l’on n’explique pas, les habitants réussissent à vivre sous l’eau en développant des branchies. Aquaman alias Arthur Curry va tenter de découvrir la raison d’une telle mutation, alors qu’il a été destitué de son titre de roi de l’Atlantide. Pourra-t-il trouver le soutien dont il a besoin auprès de ces hommes de la terre ? Cette sortie VF n’est pas là par hasard puisqu’elle intervient dans le contexte voyant le film solo sur le personnage d’Aquaman sortir sur les écrans du monde entier. Après son apparition dans Justice League, le personnage se devait d’être présenté au grand public de manière correcte. Pour appui, le réalisateur James Wan s’est inspiré du run des New 52 (disponible  chez Urban Comics) et sa mythologie de manière générale. Ici, Arthur connaît déjà bien les profondeurs des océans puisqu’il a longtemps gouverné le peuple de l’Atlantide. L’introduction fournie par Urban Comics permet de replacer le contexte de l’arc sans rien avoir besoin de lire auparavant. Le lecteur découvre un Aquaman très seul et isolé de son peuple, et va être témoin de la tragédie qui frappe la côte ouest des États-Unis. En essayant de comprendre ce qui se passe, Arthur va devoir mettre de côté ses désaccords avec le peuple d’en haut pour les aider. Le personnage nous apparaît très glacial, renfermé sur lui-même et peu enclin à faire dans le social. Le plus surprenant pour ceux l’ayant découvert dans les New 52, est le fait qu’ici il n’a pas peur d’user de sa force pour arriver à ses fins. Sa brutalité lui donne aussi bien un aspect antipathique qu’intrigant. La partie civilisation nouvelle est intéressante parce qu’elle repose sur l’entraide de chacun et les nouvelles capacités respiratoires des gens. Bien entendu le mystère entourant cette mutation est peu à peu abordé, mais c’est vraiment toute la sphère civile qui intéresse le plus à la lecture. Arthur va devoir apprendre à se redécouvrir autrement que par son passé difficile et la trahison qu’il a subis. Les différents scénaristes se passent la plume pour en faire quelqu’un de psychologiquement intéressant, même si quelques maladresses interviennent ici et là. On explore aussi le monde des hommes et des dérives d’une société, en passant aussi par l’écologie et de la protection de la faune marine. Sous l’histoire principale, les auteurs ont voulu y insérer de mini récits qui ne se valent pas tous, mais globalement il n’y a rien de dramatique. Certaines parties manquent de rythme ce qui a tendance à faire vagabonder l’esprit du lecteur en dehors de l’histoire.

Ci-dessus, la bande-annonce du film dès maintenant en salles

Dans le tome 2 (Aquaman #28-39), Aquaman poursuit son enquête, et essaye de se placer en leader au sein de la nouvelle communauté. Bien entendu rien ne s’avère simple pour notre héros en devenir (sinon le genre super-héroïque n’aurait pas perduré). Dans cette suite écrite par John Arcudi et Marc Guggenheim (Arrow, X-Men: Gold),  Arthur fait la connaissance de plusieurs personnages plus ou moins importants, comme la journaliste scientifique Esther Morris prête à mettre la lumière sur les responsables de la catastrophe de San Diego. Les anciens ennemis d’Aquaman décident de faire leurs apparitions rendant l’ensemble encore plus compliqué pour Arthur. La construction du personnage se poursuit sans pour autant arriver à garder une cohérence aussi juste que dans le premier tome. La ville d’Atlantis revient un peu au centre du récit, ce qui est une bonne chose, notamment avec Vulko demandant le retour d’Arthur sur le trône. Serait-ce sincère ou bien un piège ? On dit souvent que la rancune est mauvaise conseillère, Aquaman saura-t-il pardonner ? Rien n’est moins sûr, mais je vous laisserai le découvrir par vous-même. Mais c’est surtout la présence très attendue de Mera qui embellit la lecture de ce tome 2. Pour rappel elle est la reine et la compagne d’Arthur, et leur amour n’est plus chose à prouver depuis le temps. Le gros bémol de ce tome 2 est qu’une partie de la conclusion ne verra jamais le jour. Et là, c’est vraiment problématique. On reste sur une impression d’inachevée qui nous fait nous demander pourquoi les auteurs ne se sont pas mieux concertés pour pondre une vraie fin. Frustrant, je vous le dis. Toutefois, la lecture de ces deux tomes n’est pas mauvaise, loin de là. On sent bien que la ribambelles de scénaristes ont voulu donner une dimension plus grande à l’univers de ce super-héros souvent moqués par le passé. Ce détail est même abordé dans le tome 1 de la série Aquaman des New 52 par Geoff Johns, que je ne peux que vous conseiller soit-dit en passant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans les deux tomes, la partie graphique est réalisée par Patrick Gleason avec un trait brut à tendance « cartoon », qui peut ne pas plaire. Personnellement cela ne me dérange pas, même si j’ai trouvé que certains traits et rendus auraient mérité plus de détails. Par contre, niveau dynamisme on est servi. Les scènes d’action ont un très bon rendu et le découpage ne possède pas de défaut. Andy Batista possède un trait correct mais ne possède pas autant de charisme que celui de Gleason. De son côté, Andy Clarke (2000 AD, Detective Comicsoffre un visuel différent de celui de Gleason et co, mais agréable. La colorisation de Nathan Eyring apporte beaucoup de caractère aux planches, tandis que sur la fin le graphisme est repris par Freddie E. Williams (Robin, Teenage Mutants Ninja Turtles Universe) mais qui ne possède pas autant d’impact visuellement que ses prédécesseurs. Petit mot sur le travail édition de Urban Comics qui comme toujours fait du bon travail. Toutefois j’ai cru remarqué que des erreurs de numérotations des chapitres ont été commises. La qualité d’impression ne laisse pas à désirer et on est ravi dans l’ensemble.

En conclusion, ce Aquaman Sub-diego en deux tomes permet de connaître un côté plus sociétal du personnage et l’univers des océans. La relation et les conflits entre notre membre de la Justice League et la population des humaines est bien mise en avant, et on apprécie de voir un Aquaman plus sombre que d’habitude sans pour autant être aussi noir que Batman. Un bon récit dans sa globalité qui malgré une fin en queue de poisson tient sa promesse de divertissement.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une réflexion sur “Critique comics #029 – Aquaman Sub-Diego tome 1 et 2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s