Critique #173 – Company of Killers tome 2 et 3 de J.A. Redmerski, Hybrides tome 3 et 4 de Laurann Dohner

TITRE PAGE (1)

J’ai passé un agréable moment me délectant de la noirceur de la saga écrite par J.A.Redmerski avec des tueurs que rien n’arrête. Les tomes 2 et 3 de Company of Killers développent la trame principal avec des personnages nouveaux et saisissant de violence. Puis, les tomes 3 et 4 d’Hybrides enrichissent la mythologie de ces hommes mi-animal de manière exquise rappelant le Dark Angel de James Cameron. 

Je remercie les Ladies de chez Milady pour la confiance et ces lectures


Disponible aux éditions Milady dans la collection New Adult ou sur Amazon au prix de 16,90€ | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS

Après ma lecture intrigante et passionnante du tome 1 À la recherche de Sarai, j’étais curieuse de voir si la suite était du même acabit. Eh bien, oui ! Ce deuxième tome se passe plusieurs mois après les évènements du précédent, avec une Sarai prête à faire mordre la poussière à un monstre sadique afin de sauver Victor, l’assassin qui l’a sauvé de son calvaire aux mains de Javier, trafiquant de drogue d’arme et bourreau de la jeune femme. Mais en se mettant dans une telle situation de danger, Sarai va voir la mort de près la poussant à exiger de Victor qu’il la forme à devenir une tueuse comme lui ou bien la laisser continuer à lutter seule à ses risques et périls. Afin de la protéger, l’homme accepte mais lui impose un dernier test… J.A. Redmerski est une auteure qui sait comment écrire des personnages sombres et torturés, comme elle l’a prouvé dans Loin de tout, récompensée par le Prix des Lectrices en 2014. Cette saga se rapproche beaucoup d’un Monster in the Dark ou Dollars de Pepper Winters. Si la première ne m’avait pas convaincu à chaque tome, je dois dire que rien que le premier tome de Dollars m’avait tenue en haleine. Ici, ce second tome de Company of Killers a rivalisé avec Pennies sans pour autant lui arriver à la cheville. Alors attention, c’est une très bonne lecture de par son concept et son univers, mais aussi grâce aux personnages notamment Victor dont le calme cache un tempérament bouillant…. Sa relation avec Sarai est vraiment bien écrite, et on s’investit énormément dans le duo même si on ne sait pas trop sur quel pied danser avec eux. Dans ce deuxième tome, Sarai est guidée par son impulsivité qui va lui jouer des tours, et sincèrement on ne sait pas non plus si on a envie de l’aider ou de la voir couler… C’est une femme très contradictoire, bornée et agaçante. Néanmoins, elle reste un protagoniste féminin que l’on peut apprécier pour le combat qu’elle mène depuis qu’elle a été vendue par sa mère à l’âge de 14 ans… Non ce n’est pas un spoiler, je vous rassure ! L’intrigue est mené avec efficacité, enfonçant des portes et nous faisant vivre des émotions en dents de scie. La part de psychologie est toujours très présente, c’est d’ailleurs l’une des qualités de la plume de l’auteure. Dans ce tome 2, le sentiment de vengeance habitant Sarai influence beaucoup son impulsivité, ce qui expliquerait pourquoi elle ne se rend pas compte que son comportement affecte les personnes de son entourage. Le lecteur ne sait pas trop comment réagir avec elle, ce qui nous place dans une situation où on oscille entre l’envie de la secouer et de la pousser encore plus loin… Dans tous les cas, nous ne sommes pas inertes face à elle, ce qui démontre que Redmerski sait comment jouer avec son lectorat. Si je ne parle pas beaucoup de Victor c’est simplement parce que son personnage est – pour le moment – le plus abouti, avec une évolution étonnante ! En conclusion, ce tome 2 À la recherche d’Izabel clôt l’intrigue (pour le moment) autour du duo Sarai/Victor de manière surprenante avec de nombreux rebondissements imprévus. L’intrigue est forte, les personnages travaillés et on reste accroché à notre lecture tandis que la violence se déchaîne au fil des pages.

Non, je ne pourrai jamais confier à personne qu’un tueur à gages m’a aidé à m’enfuir, ni que j’ai été témoin de nombre de ses meurtres, dont celui de la femme d’un important homme d’affaires de Los Angeles. Je ne pourrai jamais avouer à quiconque qu’après toutes les épreuves que j’ai traversées, toutes les horreurs que j’ai vues, je ne désire rien d’autre que faire ma valise et m’enfuir à nouveau pour replonger dans cette vie pleine de danger – une vie avec Victor.

 

Disponible aux éditions Milady dans la collection New Adult ou sur Amazon au prix de 16,90€ | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS

Dans ce troisième tome, Sarai/Izabel et Victor laissent place à Frederik Gustavsson présenté en fin de tome précédent. C’est un tueur tout comme le personnage féminin Seraphina, qu’il a follement aimé avant qu’elle ne le quitte. Espérant la retrouver vivante, Frederik la cherche depuis six ans car avec elle il se sentait entier, libre d’être sombre avec elle. Pour l’aider il compte sur l’aide de Cassia Karrington, une femme amnésique depuis sa rencontre tragique avec Seraphina. Conscient qu’un lien existe entre les deux femmes, Frederik ne compte pas la laisser filer au cas où la mémoire reviendrait à Cassia. Mais en la gardant prisonnière, il ne se doute pas une seule seconde de ce que va devenir cette jeune femme au passé trouble. Une lumière dans la nuit ou bien sa chute dans des abysses sans fond ? Très vite l’auteure nous fait comprendre que Frederick est un homme beaucoup plus torturé et violent que Victor, par exemple. Il ne s’excuse pas d’être qui il est et aime torturer physiquement ses victimes. Ici, on entre vraiment dans de la Dark Romance, ce qui n’était pas totalement le cas précédemment. Certains passages sont réellement violents, ce qui encore une fois est à souligner puisque cette lecture pourrait heurter les plus sensibles. Néanmoins, comme pour les autres personnages, Frederik possède de multiples facettes le rendant intéressant à déchiffrer. La relation qu’il noue avec Cassia est particulière, dérangeante mais plaisante ? Difficile de mettre des mots sur ce que les deux apportent l’un à l’autre. En s’attachant à Cassia, Frederik nous apparaît plus sensible, hésitant puisqu’il a l’impression de trahir Seraphina en le faisant. L’ambiance est spéciale mais entraînante. On tourne les pages avec avidités, nous faisant oublier Victor et Sarai, tant ces deux nouveaux protagonistes attirent la lumière sur eux. Mais que les amoureux de Victor et Sarai se rassurent puisque le duo est aussi présent dans ce troisième tome. Les révélations sont nombreuses nous faisant arriver à un tournant inattendu dans l’intrigue, puisque l’on ne voit rien venir ! J’en étais même à mile lieux. C’est à ce moment-là qu’on comprend pourquoi J.A. Redmerski est une conteuse hors-pair. Encore une fois le style est fluide, prenant et addictif. En conclusion, À la recherche de Seraphina propulse cette série noire et violente sur un chemin encore plus imprévisible, où les personnages évoluent tambours battants. Sombre et cruel, on ne peut qu’attendre la suite le cœur sur la main tant on est accro !

17/20

 

VaillantDisponible aux éditions Milady dans la collection New Adult ou sur Amazon au prix de 7,90€ | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS

Hybrides est une saga disponible en poche aux éditions Milady dont la lecture du tome 1 m’avait rappelé la série TV Dark Angel. Réalisée par James Cameron, cette série du début 2000 avait Jessica Alba dans le rôle d’une transgénique échappée d’un complexe militaire dans un futur post-apocalyptique. Ici, Laurann Dohner reprend presque le même leitmotiv mais avec des hommes hybrides uniquement. Chaque tome se concentre sur l’un d’eux avec un personnage principal féminin gravitant autour. Dans ce troisième tome, on suit Vaillant vivant à l’écart des humains et dont la présence effraye les autres Hybrides. La raison est en partie due au fait que son physique se rapproche beaucoup plus d’un animal que d’un homme, le rendant plus distinctif des autres de son espèce. Car si les autres peuvent encore se cacher parmi les humains, son apparence de lion ne l’aide pas. C’est donc au tour de l’hybride lion de nous faire rugir (elle était facile) en nous faisant passer un bon moment en sa compagnie. Car oui, Vaillant est un personnage attachant malgré ses instincts et sa répulsion face aux humains. Déjà il faut dire que physiquement il ressemble plus à un animal qu’à un homme si on le compare aux autres membres. Son comportement est donc proche de celui d’un lion dont le cœur est sauvage, et ce n’est pas la présence par inadvertance de Tammy sur son territoire qui va le calmer. Alors qu’elle est pétrifiée par les yeux de cette bête à la carrure imposante, Vaillant va peu à peu se rendre compte qu’il la désire, et ferra tout pour faire d’elle sa compagne. Mais Tammy n’est pas du genre à se laisser faire. Si les autres Hybrides craignent la violence de Vaillant, le lecteur s’aperçoit très vite quand la présence de Tammy il est bien plus qu’une simple boule de poil brutale. Certes il possède un côté possessif qui en dérangerait plus d’une, mais sa douceur et ses réels sentiments pour la jeune femme nous fait le voir sous un œil nouveau. Tammy est une femme qui a son répondant et son caractère. Elle s’affirme et ne le cache pas. Elle est d’ailleurs la seule à réussir à dompter le lion (encore facile) qui rugit en Vaillant. Si le tome 2 était un tantinet moins prenant que le premier, ce tome 3 rattrape le tout. C’est notamment dû au personnage masculin auquel on s’attache instinctivement. La narration s’avère classique rendant parfois certaines situations prévisibles, mais le tout se laisse lire avec une grande envie. En conclusion, un troisième tome en grande pompe avec de l’action à revendre et des personnages qui nous entraînent dans leur romance complexe mais très belle.

– Ne t’inquiète pas, Vaillant. J’apprends à apprécier toutes tes différences.
Il plongea les yeux dans les siens, comme pour s’assurer de sa sincérité, et sourit.
– J’en suis ravi.

17/20

 

JusticeDisponible aux éditions Milady dans la collection New Adult ou sur Amazon au prix de 7,90€ | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS

Difficile pour Justice North de faire mieux après Vaillant, mais en tout cas il va essayer. Ici, c’est donc au chef des Hybrides que Laurann Dohner donne la parole. Ayant consacré sa vie à la protection de son peuple, Justice se doit de se choisir une compagne hybride… Mais la seule femme qui fait battre son cœur est une humaine, Jessie. Maudits de par leurs conditions, ils ne peuvent cependant pas ignorer les sentiments qu’ils éprouvent l’un pour l’autre… leur histoire pourra-t-elle se faire ? Dès notre rencontre avec Justice dans le tome 1, nous savions que ce personnage promettait de bien belles surprises. En tout cas, on l’espérait puisque son aura titillait notre curiosité. La rencontre entre Jessie et Justice rappelle un peu celle de Rage et Ellie [mon avis sur le tome 1]. Forte, pleine de courage et d’idée, Jessie va tout doucement captiver Justice qui ne va alors plus penser qu’à elle. Toutefois, étant le chef des Hybrides il ne peut se permettre d’être distrait et encore moins de s’unir à une humaine. Mais c’est sans compter sur la jeune femme qui rêve de lui faire découvrir que le monde peut être autrement que de la manière dont il le perçoit, et surtout dont il régit sa vie. Dans ce nouveau pan de la mythologie des Hybrides, Laurann Dohner se permet de donner une dimension politique à l’histoire, ce qui n’est pas un mal. Au contraire, cela enrichie et apporte de la diversification à la narration. La romance reste dans la lignée des précédentes mais est tout de même rafraîchissante, encore une fois grâce à cette politisation de l’intrigue. Encore une fois, et pour notre plus grand plaisir et surprise, l’univers mis en place par l’auteure nous garde sous sa coupe. Les différents personnages complexifient l’histoire, même son on regrette de se retrouver à nouveau en présence d’un couple hybride/humaine. Mais le fait que ce soit l’humaine qui tente de séduire l’hybride nous fait oublier ce petit détail. La personnalité de Jessie donne aussi beaucoup de rythme à ce tome, car elle n’est pas de celle qui abandonne au premier obstacle. Chacun est conscient que vivre au grand jour ensemble créera des tensions, mais leur attirance et respect mutuel ne peuvent être effacés en un claquement de doigts. Outre la romance et les protagonistes, le récit s’étoffe avec des réponses aux questions que l’on se posait depuis le début. L’auteure y distille aussi un peu d’humour et je dois dire que je l’ai plus apprécié ici que dans les tomes précédents. Peut-être est-ce dû au tempérament de la Jessie ? En conclusion, un tome 4 à la hauteur du tome sur Vaillant et Tammy, même s’il est différent en bien des points. La saga ne semble pas prête de s’essouffler en grande partie grâce au naturel de Laurann Dohner pour donner vie à des personnages riches dans un univers surprenant et sexy.

C’est quoi, ce délire ? Hurla-t-elle.

J’ai invité ces gars à dîner parce qu’ils s’étaient cassé le dos à coltiner mes affaires, en pensant que ce serait sympa de m’en faire des amis. Et toi, tu oses entrer chez moi et les terroriser ? Sans y être invité, en plus. Les sonnettes, c’est comme les chaussettes ? Tu es allergique ? Tu n’avais qu’à frapper, alors… Tu t’es cassé les poignets, c’est ça ?

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s