Critique manga #280 – Baltzar, La guerre dans le sang tome 1 et 2

Copie de titre manga

L’histoire qui rencontre la fiction est un fait courant dans l’art peu importe le support. En manga, par exemple, il existe Kingdom, Altaïr, Bestiarus et bien d’autres. Baltzar . La guerre dans le sang rejoint ses compagnons pour nous conter une Europe fictive mais très ancrée dans le réel, nous plongeant dans les méandres de la stratégie de guerre, la politique et autres cavalcades
Disponible aux éditions MEIAN dans la collection Seinen via Anime Store ou sur Amazon

Merci à Valérie pour cette lecture et découverte !


Mitchitsune NAKAJIMA est une mangaka spécialisé dans les Seinen dont le premier manga La Bataille de Seikineki a été édité en français en 2012 chez feu Clair de Lune. Au Japon, Baltzar, La guerre dans le sang (Gunka no Baltzar) est en cours depuis 2011 avec 12 tomes à ce jour, aux éditions Shinchosha (Freaks’ Café, Heroines Game, La Voie du tablier). En parallèle, le mangaka a écrit et dessiné Yamterasu Code et Gishi Bunteiten Kenan Maestro.

Europe, XIXème siècle. Le commandant Bernd Baltzar est l’un des plus doués de l’armée de l’Empire au sein du Royaume de Weißen. Après une énième bataille, ses supérieurs décident de l’envoyer à l’école militaire de Baselland, un pays allié, afin de mener la réforme du système militaire du pays qui accumule un retard important et gênant. Peu enthousiaste il accepte de peur de perdre sa place dans l’armée de l’Empire, et se rend à Baselland où il va vite découvrir que cette école militaire et le pays cachent bien des travers…

Dans cette Europe du XIXème siècle, le mangaka prend quelques libertés ce qui fait que l’histoire telle qu’on la connaît n’est pas respectée à la lettre. Toutefois, ce n’est qu’un détail puisque le premier chapitre pose un point de départ intéressant. En effet, l’univers de Baltzar permet de développer un côté stratégie de terrain avec ses codes militaires qui nous enseignent pas mal de choses sur le sujet. L’affectation du commandant Baltzar arrive très rapidement donnant au mangaka la possibilité de décrire l’univers à travers les yeux du héros. L’arrivée du commandant provoque un certain remue-ménage au sein de l’école militaire. Les élèves sont partagés entre excitation et méfiance, car la réputation des membres de l’armée de l’Empire est très estimée mais également très controversée. Néanmoins, sous son côté charismatique et autoritaire, Baltzar est avant tout un homme qui se dédie corps et âme à son pays. Il est pour la justice, l’éducation bien faite et juste, et surtout fait dans les règles. Même s’il n’est là que le temps que les choses s’améliore, le jeune commandant va tout de même devoir créer des liens avec les recrues pour mieux atteindre ses objectifs. Assez nombreux, le mangaka veille à faire ressortir les plus importants du reste de la masse, ainsi par de confusion.  Il est intéressant de voir deux systèmes d’instructions différents s’affronter entre celui de Baltzar et celui du directeur des manœuvres de l’école, Reiner August Binkelfeld, qui se révèle être le deuxième prince de la famille de Baselland. 

La politique de papier et celle de terrain sont amenées progressivement afin de ne pas brusquer le plus frileux des lecteurs en matière de récit historique. Il faut dire que le titre est assez bavard entre les explications sur les armes et la formation sur le champ de bataille. Toutefois, le récit reste facile d’accès avec des qualités qui en font une lecture plaisante. Mitchtsune NAKAJIM dresse un tableau conflictuel de l’Europe divisé par les guerres, la révolte des peuples, et la pauvreté qui menace le royaume. Le rythme est soutenu mais bien maîtrisé. Dans le tome 2, le récit s’épaissit un peu plus notamment avec les querelles de famille des deux princes, Reigner et Franz, mais aussi avec l’arrivée d’un personnage du passé de Baltzar. En seulement quelques pages, cet ancien ami de formation militaire de notre héros s’impose comme un élément perturbateur et imprévisible. L’action est au rendez-vous sans empiéter sur le reste. Le mangaka développe aussi les cadets de l’école montrant la personnalité de chacun, les rendant un peu moins distant de nous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le dessin du mangaka bénéficie d’un trait précis et fouillé vraiment très charmant. Le charadesign est diversifié et les lignes des visages sont expressifs. Les émotions se lisent facilement dans la gestuelle et dans les faciès. Le sens du détail sur les personnages, les costumes élégants qui siéent à merveille aux militaires. L’action est mise en scène avec sincérité et énergie. Le travail d’édition de Meian est impeccable. Jaquette de super bonne qualité, des pages couleurs, et un bouquin qui se tient en main facilement. 

En conclusion, avec seulement deux tomes, Michitsune NAKAJIMA installe un contexte de guerre à cheval entre la paix et les ambitions de pouvoirs des hommes. Le récit offre déjà quelques bonnes surprises, notamment concernant un personnage que l’on suit en filigrane depuis le début. Une lecture entre action et récit historique qui est bien parti pour plaire sur la durée. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

 

2 réflexions sur “Critique manga #280 – Baltzar, La guerre dans le sang tome 1 et 2

  1. Il me semble être d’un air proche d’Alderamin on the sky en terme de stratégie militaire (n’ayant toujours pas commencé Kingdom je me raccroche à ce que je connais lol). Et comme Alderamin est terminé je me dis que ça peut être intéressant de partir sur une nouvelle série de ce type. Eh bien pourquoi pas au vu de tes dires ? 🙂

    J'aime

    • Oui, c’est similaire à Alderamin on the Sky. Si tu as aimé ce titre, il y a de grandes chances pour que tu aimes aussi Baltzar. En tout cas ces deux premiers tomes sont convaincant.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s