Critique #048 – Les stagiaires de Samantha Bailly

TITRE PAGE (4).png
Qui n’a jamais effectué un stage en entreprise afin de trouver sa voie ou de se voir offrir un poste fixe ? Hum, je vous vois déjà frémir pour certains au simple souvenir de cette expérience difficile, alors que d’autres ont le sourire aux lèvres car il n’ont vécu que de bons moments. Malgré les expériences et résultats divers, le stage reste une étape importante dans la vie professionnelle. Entre les centaines de tasses de café apportées à votre supérieur, et les milliers de photocopies effectuées, Les stagiaires propose de mettre en avant les conditions de certains, qui devrait ravir plus d’un lecteur. 

 

Achetez Les stagiaires sur le site de Le Livre de Poche ou sur Amazon.
Pour en savoir plus sur l’auteure et ses ouvrages, rendez-vous sur son site internet.

MERIC AU LIVRE DE POCHE POUR (5)

Merci à Anne pour cette découverte aussi amusante qu’entraînante 


Samantha Bailly est une auteure et scénariste française née en 1988, vit actuellement à Paris, où se consacre entièrement à l’écriture. C’est à l’âge de 19 ans que l’auteure publie son premier roman La Langue du silence, réédité aux éditions Bargeloone depuis sous le titre d’Oraisons. Ce dernier reçut le prix Imaginales des Lycéens 2001 et le prix Jeunesse Marais Page 2001. Avant de devenir romancière, Bailly décroche un master de littérature comparée et un master en édition. Quand on regarde sa bibliographie il est surprenant de voir à quel point elle navigue avec facilité entre les différents genres, jusqu’à même avoir travaillé au sein de la société de vidéo Ubisoft.

Parmi ses nombreux ouvrages ont peut citer la série Souvenirs perdus chez Syros, des contes et des mangas respectivement chez nobi nobi et Pika Édition, mais aussi les romans Lignes de vie chez Volpilière, Ce qui nous lie chez Milady, Métamorphoses chez Bargelonne ou encore Nos âmes jumelles et chez Rageot. Les stagiaires a été publié une première fois chez Milady en 2014, avant de connaitre une réédition en poche chez Le Livre de Poche il y a quelques jours.

L’histoire de Les Stagiaires est de celles qui peut être celle du voisin, du collègue de bureau, de vous et même de moi. Ici, on se trouve en compagnie d’Ophélie, Arthur, Hugues et Alix qui sont tous différents des uns et des autres. Malgré leurs personnalités et parcours propres à eux, ils possèdent tous un point commun : ils rêvent de travailler au sein de l’entreprise Phyxis spécialisée dans l’édition de mangas et de jeux vidéo. Pour arriver à se hisser jusqu’au haut de la liste des heureux élus qui y travailleront, ils doivent passer par l’étape du stage, chose que l’on a tous au moins dû faire dans sa vie. Mais au final, une seule question demeure : qui restera, et qui partira ?

Si plus haut je mentionne le fait que l’on a tous connu cette étape de stage obligatoire en entreprise, que ce soit au lycée ou avant d’intégrer une boîte, c’est parce que c’est vrai. Bon, sauf si vous vus appeler Kim Kardashian et que tout vous est tombé dans les mains, ou que vous avec une chance de cocu ! Mon premier stage je l’ai effectué quand j’étais encore au lycée, dans une garderie pendant une semaine. Certes j’en garde un bon souvenir, mais les suivants dans des secteurs divers n’ont pas tous été aussi simples. Dans ce livre, on peut tous s’identifier à l’un des héros à un moment ou à un autre. Que ce soit au personnage très attachant d’Ophélie qui débarque Rennes et qui découvre la métropole de Paris et ses obstacles, ou encore l’amoureuse folle des mangas Alix, ou bien Arthur qui ne sait s’il doit suivre le chemin qu’on lui a tracé dans le commerce, ou bien de trouver sa propre voie.

À notre âge, tu sais, un rien peut nous faire changer de trajectoire. C’est maintenant qu’on choisit notre cap, le cap qui déterminera à quel point on deviendra qui l’on souhaite être, ou qui les autres souhaitent que nous soyons.

Pendant des mois, ce beau petit monde va devoir cohabiter ensemble, se débattre lors de situations surprenantes et banales, afin de se démarquer des autres. J’ai apprécié de suivre le récit  à travers deux des personnages, Arthur et Ophélie, même si j’aurais aussi aimé découvrir le point de vue des autres, ne serait-ce le temps d’un chapitre ou deux. Malgré cette petite déception, j’ai aimé lire ce livre de par le fait que l’on puisse facilement d’identifier à au moins l’un d’entre eux, ou même parfois à plusieurs d’entre eux. Il est intéressant de voir que chacun vit le stage de façon différente de son voisin, et que les défis ne provoquent pas les mêmes réactions chez tout le monde. Il y aussi les liens qui se forment parmi les stagiaires sont dynamiques et amusants. On assiste à des échanges piquants, drôles et parfois touchants à travers une multitude de moyens comme les e-mails, les sms ou encore sur les réseaux sociaux.

À travers cette ribambelle de protagonistes, Samantha Bailly parle de façon claire, amusante et véridique de cette étape importante. Elle arrive à mettre en avant aussi bien les bons que les mauvais côtés. On découvre les promesses non tenues de la part des patrons, le travail en masse qu’ils doivent faire alors que le salaire n’en vaut clairement pas la chandelle. Qu’on l’est vécu ou non, les points négatifs dans un stage sont nombreux, surtout quand on est plusieurs en compétition. Certains vont user de leurs charmes, de tactiques qui se révèlent parfois vicieuses. J’ai souvent ris en lisant les piques verbales de certains, les pensées mais aussi les allusions aux « vrais geeks » et aux « faux geeks ».  

Il faut arrêter d’employer le terme de « geek » à tort et à travers, soupire Alix. On a tous grandi avec des consoles, des ordis et Pokémon, non ? C’est pas parce que tu joues à Angry Birds dans le métro que tu es un vrai geek.

Le style de Samantha Bailly fonctionne aussi bien dans les situations légères que sérieuses. C’est agréable à lire, bourré d’humour sans jamais en faire trop. J’ai passé un très bon moment en compagnie d’Arthur et les autres, et qui me permets de découvrir un peu plus l’auteure. À présent, je suis très curieuse de savoir ce qu’elle a à offrir dans un récit de style fantaisy… il faudrait que je m’essaye à l’un d’eux très bientôt.

En conclusion, Les stagiaires ouvre une fenêtre sur cette étape cruciale entre l’adolescence et l’âge adulte qui nous confronte directement avec le monde impitoyable du travail. C’est frais, mordant, entraînant et drôle. Une lecture agréable et parfaite pour passer un bon moment, où l’on ne voit pas le temps filer. Je pense que chacun réagira différemment à la lecture de ce titre en raison de sa propre expérience, mais ce qui est important de retenir est que : les stagiaires sont aussi humains que vous et moi. À méditer.17blancInfos roman (3)

Publicités

3 réflexions sur “Critique #048 – Les stagiaires de Samantha Bailly

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s