Critique comics #015 – Locke & Key tome 1 : Bienvenue à Lovecraft

titre comics.png

Après être sortie chez Milady en 2010, le titre de Joe Hill et Gabriel Rodriguez revient dans la nouvelle branche comics de l’éditeur : HiComics. Fort de son I Kill Giants et ses Tortues Ninjas, pour ne donner que ces titres, l’éditeur prouve avec Locke & Key tout son amour des titres indé qui se doivent d’être découvert par le public, lecteurs de comics ou non. Jonglant parfaitement avec l’univers horrifique et angoissant d’un thriller, Locke & Key nous plonge de manière saisissante dans le fantastique et dans l’humain en traitant par exemple du deuil. 

 

Acheter le tome 1 de Locke & Key sur sur Amazon
Également disponible en version numérique

 

Merci à Déborah et toute l’équipe de HiComics, j’ai enfin découvert ce monstre de l’indé


Locke & Key est un comic book américain écrit par Joe Hill et illustré par Gabriel Rodriguez publié aux États-Unis chez IDW Publishing entre 2008 et 2012. Sous le nom de plume de Joe Hill se cache Joseph Hillstrom King, fils du célèbre écrivain Stephen King. Hill est aussi à l’aise à l’écriture de romans que de comics. Parmi sa bibliographie on peut citer le roman Horns (adapté au cinéma avec Daniel Radcliffe dans le rôle-titre), Nosfera2 et L’Homme-feu ayant reçu le prix Locus pour le meilleur roman d’horreur 2017. Du côté des bandes dessinées US on retiendra The Cape (édité chez Milady Graphics), Thumbprint et bien entendu Locke & Key. Ce dernier va être prochainement adapté en série par Netflix, après avoir été longtemps en préparation pour une trilogie au cinéma avant de finalement être annulée en 2015. Mais avant d’être récupéré par Netflix, le projet est passé entre le mains de la Fox puis de la plateforme de streaming Hulu. Cette nouvelle version sera repensée de A à Z avec un nouveau casting.

Pour compléter cette partie information il faut préciser que Locke & Key a déjà fait l’objet d’une publication française chez Milady Graphics, au format souple et avec 5 tomes au compteur. Dans cette nouvelle édition, HiComics a misé sur le format cartonné, et ressortira les 5 tomes à raison de 1 par mois. Le septieme et dernier tome inédit est prévu pour fin 2018/début 2019. On peut aussi citer les nombreux prix qu’a remporté le titre dont trois British Fantasy Award, et un Eisner Award pour le meilleur scénariste.

L’histoire tourne autour d’un ancien manoir à Lovecraft en Nouvelle-Angleterre, où la famille Locke uniquement composée de la mère et de ses trois enfants va emménager après le meurtre brutal et inexpliqué de père. Croyant pouvoir  trouver un nouveau départ auprès du frère du défunt, et surtout un semblant de vie normale, les trois enfants vont vite découvrir que rien n’est ce qu’il paraît entre les murs (et au-delà) de la demeure. Un jeu angoissant va alors se créer tout autour des lieux, de mystérieuses clés, et d’une créature semblant vouloir se venger… 

Image associée

Depuis des années Locke & Key fait partie de ses titres indé que l’on ne cesse de recommander à tous les lecteurs souhaitant se prendre une petite claque et lire du bon comics. Si à l’annonce de la sortie de la première version VF parue aux éditions Milady je n’ai pas franchi le cap c’est simplement parce que le côté souple me dérangeait quelque peu. Je peux aussi citer le fait que j’avais peur que tout le “buzz” autour ne soit pas à la hauteur de mes espérances. Oui, plus un roman, comics, manga, films, série fait parler de lui moins j’aurais envie de me lancer dedans. Ça a toujours été ainsi ne me demandez pas pourquoi je ne saurais pas l’expliquer. Alors, comment parler de Locke & Key sans vous spoiler le récit ? Il va falloir vous contenter de mon petit résumé dans le paragraphe du dessus, parce que je m’en voudrais de vous gâcher votre future découverte. Commençons par décortiquer les personnages, avec en première ligne les trois enfants, d’âge différents. Nous avons Tyler, l’ainé avec une vision très particulière sur sa vie puisqu’il la voit comme étant de la merde. Rien de bien nouveau quand on est un ado, non ? Mais très vite son petit moment de « vacance de merde » coincé avec ses parents, va se transformer en cauchemar. Difficile par la suite de reprendre sa petite « vie de merde » paisiblement quand on vous perçoit comme un animal blessé au bahut. Emménager à Lovecraft était la solution, enfin vraiment ? Là-bas nous nous apprenons à faire connaissance avec les deux autres enfants: Kinsey et Bode. La première est une jeune fille tentant de se fondre dans la masse et être la plus discrète possible à l’école, tandis que Bode, le plus petit, vit dans son petit monde tout en étant rationnel. C’est via ce personnage que l’élément fantastique arrive. Mais lequel ? Des clés, mais aussi un puits, des portes et un brin de possession… j’en dis déjà trop !

En débutant ce tome 1, je me suis dit qu’il y avait de forte chance que je sois déçue, vu ce que je vous expliquais plus haut. Le récit débute de manière classique tout en prenant le parti de raconter l’intrigue en dévoilant plusieurs points de vue. Que ce soit Tyler, Kinsey, Bode ou autres, Joe Hill met chaque personnage sur le même piédestal et explore leurs pensées les plus intimes. Cet aspect permet de créer un lien entre le lecteur et le protagoniste fictionnel, nous donnant une sensation d’être intimes. Depuis le meurtre, Kinsey est une jeune fille dont le mental a été bousculé. Fini les dreadlocks et bonjour coiffure classique. Pourtant au fond d’elle, elle garde cette hargne qui lui permettra de se sortir de situations bien difficiles. Bode me rappelle quelque peu Dewey de la série télévisée Malcolm. En parlant de ce qu’il peut voir, le reste de la famille le verra comme un petit enfant traumatisé à l’intérieur et qui du coup s’exprime de manière à faire croire que son imagination prend peu à peu le dessus sur le réel. Tyler pourrait passer pour le personnage principal, mais il ne l’est pas. Sa rage intérieure envers la tragédie que vit sa famille est un moteur dans son envie d’avancer et de s’occuper de ses proches. Il est un peu le patriarche en charge alors même qu’il n’est encore qu’un enfant. 

L’ambiance de départ est sombre sans l’être, puisque ce n’est qu’au fil de notre lecture que l’on ressent réellement que tout peu vite dégénérer et nous surprendre. Le mystère entourant la maison est aussi important que la psyché des personnages. La demeure est là, en attente de pouvoir s’éveiller complètement et nous emmener pour un voyage sans retour. Les indices sont semés ici et là par Hill, et arrivé à mi-chemin on commence à en voir la ramification titiller chaque élément du récit. Et c’est là que l’on ne peut plus lâcher le récit jusqu’à la fin qui clairement est frustrante puisque le tome 2 n’est pas forcément à proximité !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le dessin de Gabriel Rodriguez est au premier abord particulier, mais accompagne avec symbiose l’univers de Hill. L’atmosphère fantastique dépeinte joue sur l’intriguant appuyé par le trait de l’artiste chilien qui finit par nous happer. Le design des personnages est aussi bien travaillé que les décors, et sont tous intégrer à l’histoire de manière fluide. Les émotions ressenties par les protagonistes, allant de la solitude au danger, sont illustréws avec naturelle, rendant tour à tour la violence et le mystère encore plus intenses. Depuis, Locke & Key, l’artiste s’est illustré dans d’autres publications comme Adventures of Superman chez DC Comics et Little Nemo : Return to Slumberland lui ayant valu un Eisner Award. Petit mot rapide sur l’édition de HiComics qui ne souffre d’aucun faux pas. Comme à chaque fois le travail est de qualité, fait avec amour et cela se ressent clairement.

En conclusion, si comme moi vous n’avez encore jamais découvert Locke & Key, sachez que c’est le moment idéal pour vous lancer ! Un premier tome qui ouvre les portes d’un univers à la fois dérangeant et humain, où on sent que le manoir en lui-même est un acteur lattant attendant son heure de gloire. Le rythme s’accélère et nous prend à la gorge, avec la fluidité d’écriture de Joe Hill, nourri en partie par le travail de son père et ses influences aussi vastes que géniales. Amateur d’horreur ou non, ce récit indé est un indispensable, et mon petit doigt me dit que le tome 2 sera certainement un coup de cœur pour moi. En tout cas le tome 1 est passé à un chouïa de l’être !17blancinfos comics.png

 

7 réflexions sur “Critique comics #015 – Locke & Key tome 1 : Bienvenue à Lovecraft

  1. Je n’ai lu que ce tome 1 en souple chez Milady, mais va savoir pourquoi, je n’avais pas continué. Pourtant j’avais adoré !
    J’avais peur d’être déçue aussi, mais au-delà du buzz, c’est le titre, Bienvenue à Lovecraft, qui m’inquiétait. Quand on annonce aussi clairement une référence à un grand maître, si ce n’est «le» grand maître de l’horreur, ça me questionne…
    Finalement, ce premier tome ne s’est pas révélé aussi horrifique et angoissant qu’une lecture de Lovecraft, mais le niveau de stress est quand même très respectable 😉

    J'aime

  2. Tu me rappelles que j’étais tombée sur une édition souple qui m’avais interpellée, mais j’avais complètement zappé de mettre ce comics dans ma wish list. C’est chose faite à présent, thanks 😉

    J'aime

  3. J’adore ce comics, j’ai la précédente édition, celle qui ressemble à un vieux livre relié, c’est un vrai régal 😍

    J'aime

    • Ah oui, la superbe édition, m’en souviens. Me semble que la traduction est restée à la même d’après les infos en début. J’ai eu du mal au début, mais comme je le dis, ça monte petit à petit et arrivé à la fin j’étais NOOOOOOON vite le deux ! ahah Le dessin aussi me dérangeait un peu, au niveau des visages, puis finalement ça colle parfaitement à l’ambiance du scénario de Hill.
      Et c’est cool qu’un septième tome lié à la franchise sorte en fin d’année – début 2019 !

      Aimé par 1 personne

      • Oui, je pense que je relirais tout ça avant qu’il sorte pour me remettre dans l’ambiance ^^

        J'aime

  4. « Oui, plus un roman, comics, manga, films, série fait parler de lui moins j’aurais envie de me lancer dedans. » -> Je suis exactement comme toi, i feel you !
    En tout cas, ta chronique est intrigante et donne envie 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s