Critique #139 – Paris est à nous de Jojo Moyes

TITRE PAGE.png

En cette veille de weekend pourquoi ne pas nous envoler vers Paris pour découvrir le recueil de nouvelles de Jojo Moyes. La plume d’Avant toi revient avec une trame classique dans son style, dont les différents récits pourraient vous parler. L’amour et ses aléas sont au programme, alors détendez-vous et venez lire Moyes.

 

Acheter Paris est à nous sur le site des éditions Milady ou sur Amazon
Également disponible en numérique


Jojo Moyes est une journaliste britannique et romancière, née à Londres en 1969, de son vrai nom Pauline Sara Jo Moyes. Elle étudia à l’université Royal Holloway de Londres, et commença à suivre des cours de journalisme, en 1992, financé via une bourse offerte par le journal The Independent. Et c’est chez ce dernier qu’elle occupa le poste de journaliste pendant dix ans, avant de passer une année à Hong Kong pour le Sunday Morning Post. Il faudra attendre 2002 pour la voir se lancer dans l’écriture de romans avec la publication de premier livre Sous la pluie (Sheltering Rain en VO). Entre l’année suivante et 2018, elle a publié treize autres romans dont Les Fiancées du PacifiqueLa Baie des baleinesLa Dernière lettre de son amantJamais deux sans toiSous le même toit, ou plus récemment Les Yeux de Sophie. En dehors de ces romans, elle est surtout connue pour sa trilogie Me before You [mon avis sur les 3 tomes], dont le premier roman a été adapté au cinéma en 2016. 

Paris est à nous est un recueil d’une dizaine de nouvelles de l’auteure, de longueurs variables. Le thème principal est bien évidemment l’amour, et est mené par la nouvelle « Paris Actually » où nous faisons la connaissance de Nell qui vient passer le weekend dans la capitale française avec son amoureux. Enfin, en théorie. Parce que pour une raison que je ne vous dirais pas, la jeune femme se retrouve seule. Mais pas de craintes, elle va rencontrer un beau parisien qui changera sa vie. La trame est classique du genre de la romance, mais qui nous fait passer un bon moment de lecture.

Je suis à toi depuis que tu m’as dessinée et que je me suis rendu compte que personne, jamais, ne me regarderait comme tu le fais, toi. Comme si tu ne voyais que le meilleur de moi. Comme si j’étais plus belle que je ne le suis.

Le reste des nouvelles ne sont pas forcément aussi intéressantes que la première, mais globalement elles se tiennent. “Entre deux tweets” aborde le thème de l’adultère à travers un présentateur télé célèbres sur les réseaux sociaux. Assez fun. Vient ensuite, « Un oiseau dans la main » qui ne restera pas dans ma mémoire malheureusement. « Des escarpins de croco » voit deux femmes s’échanger leurs affaires par accident, dans une salle de sport. Celle-ci est plutôt sympathique et aurait presque mérité quelques pages en plus, notamment pour nous parler des personnages. Le reste des nouvelles (« L’amour l’après-midi« , « Un oiseau dans la maison« , « Le Manteau de ses rêves« , etc) sont de qualité variable. Certaines sont plus plaisantes que d’autres, comme “Margot” ou la dernière « La Liste de Noël » avec Chrissie qui recherche un cadeau de Noël pour sa belle-mère avec qui elle ne s’entend pas. « Lune de Miel » est la plus longue avec après « Paris Actually« . On y suit deux couples à deux époques différentes, soit en 1912 et 2002. Le couple moderne est à Paris pour leur lune de miel, mais le jeune marié ne semble pas vouloir laisser de côté son travail pour profiter des joies de l’après noce. L’histoire parallèle de 1912, parle d’Édouard un jeune peintre sans argent dont sa jeune épouse se laisser emporter par la jalousie.

Le style de Jojo Moyes est reconnaissable, et on se laisse porter par sa plume. L’humour fait mouche et esquisse un sourire. Par contre, le format court empêche l’auteure de réellement creuser la personnalité des personnages. Surtout que l’on s’attache à un ou deux dans le lot, mais que pour quelques pages uniquement. C’est assez frustrant en un sens. Néanmoins, la lecture reste plus ou moins agréable selon nos affinités avec le synopsis de chaque histoire. L’édition de Milady est soignée et rentre bien dans le cadre “feel good” et “classique” qui habille chaque livre de Jojo Moyes dans le catalogue. L’effet relief sur les lettres de la couverture donne du cachet.

En conclusion, Paris est à nous est un ensemble de courtes histoires, dont certaines pourront trouver échos en vous. L’idée de l’auteure est bonne mais ne met pas assez en valeur les capacités qu’elle possède pour nous offrir des personnages aussi fort et mémorable que ceux de ses romans. Mais pourquoi ne pas essayer cette lecture sous votre plaid durant les soirées froides de cet automne et hiver, hein ?

Sans titre 1

infos roman

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s