Critique manga #360 – Nosferatu tome 1

Le mythe du vampire connaît de multiples histoires depuis la nuit des temps. De Dracula à Twilight, en passant par Entretien avec un vampire, cette créature de la nuit et immortelle n’a de cesse de captiver l’univers de l’art et notre inconscient. Dans Nosferatu, SHINJIRO reprend le mythe à sa façon tout en respectant un ton sombre, séduisant et dangereux qui voit la mystérieuse Laura arriver dans nos étagères.

Disponible aux éditions SOLEIL MANGA dans la collection Shonen ou sur Amazon au prix de 7.99 € || Également disponible au format numérique || LIRE UN EXTRAIT ICI

Merci à Solène et Mélanie pour la confiance et la lecture


SHINJIRÔ est un mangaka que l’on connaît pour Taboo Taboo aux éditions Doki-Doki, et en tant que dessinateur sur le titre Fate/Zero de chez Ototo. Nosferatu est sa dernière série en date à ce jour dont la prépublication a démarré en 2018 au Japon dans les pages du magazine Young Ace de l’éditeur Kadokawa Shoten. Il compte 4 tomes au total, et se retrouve dans la collection Shonen des éditions Soleil Manga pour la version francophone.

L’histoire voit une jeune femme se réveiller sous des décombres et sans souvenirs de comment elle est arrivée là, mais surtout de qui elle est. Après avoir réussi non sans mal à s’extirper de sa situation elle pense trouver de l’aide dans une église mais est surprise de se faire attaquer par un curé qui veut boire son sang ! Est-ce un vampire ? Aucune idée, mais elle ne doit la vie sauve qu’à un prêtre exorciste de démons, Arnolt, qui est investi d’une quête. Elle décide de se joindre à lui pour tenter de comprendre ce qui se passe puisque les villageois semblent tous devenir des démons s’attaquant à ceux qui ne le sont pas encore. Seul indice sur l’identité de notre amnésique: un nom inscrit sur l’épée dont elle se sert : Laura… et qu’elle est une Nosferatu, un pouvoir qui semble être à l’origine de cette crise de démonique aiguë qui frappe les gens autour d’elle.

Comme l’indique le titre, nous sommes sur une réinterprétation du mythe des vampires avec une héroïne qui surprend par son comportement dès qu’elle découvre sa véritable nature. Arnolt qui semblait, au départ, être son sauveur et guide prend vite l’identité de vilain à combattre puisque son but est d’éradiquer les humains. On découvre rapidement qu’une guerre entre humains et les êtres vampiriques nommés Nosferatus existent depuis des milliers d’années, et que peut-être Laura pourrait être la réponse à ce déchirement. C’est classique mais l’exécution se veut assez intéressante et fine pour nous captiver. Le charme principal passe par son héroïne qui possède toutes les qualités pour que l’on voit en elle quelqu’un de fort et de fragile à la fois. Elle est pleine de compassion envers les autres, et ne souhaite pas le malheur d’autrui. Au fil des chapitres d’autres personnages vont venir se greffer au récit, dont un jeune garçon qui deviendra le compagnon de route de Laura. Je n’en dirais pas plus là-dessus, pour vous laisser l’occasion de découvrir cela par vous-même. Le seul petit bémol que l’on peut retenir dans ce premier tome c’est que parfois l’ensemble manque de structure. Les idées sont bonnes, exécutées de manière simple, mais viennent à se chevaucher créant un peu de confusion sur certains passages.

Visuellement le titre est servi par un trait dynamique avec des scènes d’action fluides. Il y a un travail sur l’encrage qui vient renforcer l’aspect sombre du récit. SHINJIRO n’hésite pas non plus à mettre en dessin des moments sanglants contribuant à la menace qui pèse. Le design des personnages est bon, avec une héroïne principale dégageant juste assez d’émotions pour que le lecteur s’investisse dans son parcours. Le travail d’édition est de qualité, avec une traduction tout aussi bonne par Julie Guerriet (Gambling School, I love you so I kill you, Teacher Killer, Sorcière en formation). Je suis particulièrement amoureuse de la couverture qui pour moi est une merveille pour les yeux.

En conclusion, avec ce premier tome Nosferatu nous ouvre les portes vers une nouvelle aventure du mythe du vampire avec un personnage féminin fort charismatique et intéressant. Et graphiquement c’est séduisant. L’intrigue se met en place gentiment, l’action est au rendez-vous et on a bien hâte de voir si notre Laura pourra triompher au dernier tome.

2 réflexions sur “Critique manga #360 – Nosferatu tome 1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s