Critique manga #041 – Love, Be Loved Leave, Be Left tome 3 et 4

titre manga (35)
Love, Be Loved Leave, Be Left est sans aucun doute l’une des séries qui m’a le plus surprise tant je ne m’attendais pas à en tomber amoureuse. Oui, amoureuse au même titre que GIVEN chez Taifu Comics. La palette émotionnelle et graphique qu’offre Io Sakisaka est touchante, belle et universelle. Amour, amitié, et famille, chaque lien humain est sublimé par le son récit.
Achetez le tome 3 et 4 de Love, Be Loved Leave, Be Left sur le site de Kana ou sur Amazon
Lire mon avis sur le tome 1 et 2 en cliquant ici.

kanadargaudsuisse

Merci à Stéphanie et Anne-Catherine pour cette suite coup de cœur


Lors de ma lecture des tomes 1 et 2 de Love, Be Loved Leave, Be Left, son auteure Io Sakisaka n’avait pas hésité à me décocher une flèche en plein cœur le faisant battre de telle manière que je ne pouvais que terminer ma lecture le sourire aux lèvres. Mais il faut dire que ce n’était pas gagnépuisque je partais avec un a priori de ne pas avoir été séduite pas Blue Spring Ride, autre série phare de l’auteure et du catalogue de Kana, parue il y a quelques années. Là où à mes yeux cette dernière péchait dans son côté assez banal et peu mature à mon goût, Love, Be Loved Leave, Be Left réussie à combler mes attentes.

Ce tome trois s’ouvre sur nos deux héroïnes, Akari et Yuna en plein questionnement sentimentale surtout après le rapprochement entre Akari et Kazuomi en fin de tome précédent. Pourtant, ce dernier continue d’avancer dans son quotidien sans se soucier de ces choses. Il est même plutôt discret et mystérieux concernant ce qu’il peut éprouver. Pour expliquer cela je pense que cela est dû au fait que la mangaka ne s’est pas épanchée sur son point de vue dans ces deux tomes, ce qui est tout de même un peu regrettable. Déconcerté par les probables sentiments qu’elle éprouve à son sujet, Akari va accepter un « group dating » avec d’autres lycéens pour tenter de moins penser à Kazuomi qui n’est à la base pas son genre de garçon. Rio, toujours empêtré dans son amour semble de plus en plus perdu face aux changements de comportement de sa sœur. Yuna de son côté ne peut que constater son impuissance face à la détresse de Rio, et à la naissance d’un amour à sens unique entre Akari et Kazuomi… à sens unique, vraiment ?

 

Comme pour les deux premiers tomes, la série se concentre essentiellement sur les relations amoureuses, amicales et familiales en jonglant parfaitement avec ce quatuor de jeunes adolescents qui ne peuvent que subir leurs sentiments. De ces deux tomes j’ai trouvé que celle qui en ressortait grandie était Yuna. Peu à peu elle tente de se sortir de sa timidité et se mêler aux autres, alors qu’elle n’est pas à l’aise. Yuna est sans aucun doute le personnage qui me touche le plus tant son écriture est belle et riche. Si Yuna est celle que l’on suit le plus souvent en terme de répartitions des points de vue, les trois autres amis ne sont pas en reste. Par exemple, nous avons Rio qui continue de se morfondre tout en gardant son apparence habituelle – sociable et désintéressée à la fois – pour ne pas éveiller les soupçons. Du fait que Yuna connaisse son secret, le rapprochement entre les deux est inévitable même si  la romance n’est pas présente. C’est avant tout une histoire de complicité et de confiance qui s’installe entre eux, en tout cas du côté de Rio.

À mes yeux, malgré ces complications amoureuses, Love Be Loved Leave, Be Left est avant tout un shojo qui se focalise plus sur l’amitié et les échanges entre ce groupe d’amis. En effet, malgré les conflits sentimentaux en interne subi en silence, chacun se souciera des autres et du mal qu’il peut leur faire. Ainsi, Akari se souciera du mal qu’elle peut faire à Yuna, celle-ci se souciera du mal qu’elle peut faire à Akari et à Rio, lui, se souciera du mal qu’il peut faire à Akari et Kazuomi. C’est une sorte de spirale amoureuse compliquée mais en rien fatigante à suivre, au contraire. Les différentes pensées et situations de chacun alimentent avec panache et sensibilité le récit de Sakisaka. La jalousie et l’égoïsme sont aussi bien traités dans le récit, et nous fait nous demander ce que nous ferions à si nous étions dans la même situation. 

Au fil de ces deux tomes, de nouveaux personnages viennent s’ajouter à notre petit groupe, souvent simplement de passage mais qui pourrait bien revenir plus tard et chambouler cette histoire dont on ne peut vraiment pas en deviner la fin. Dans le tome 4, certains retours en arrière viendront encore plus complexifier le scénario tout en restant crédible et surprenant. Et en toute fin de tome 4, on sent que le récit va doucement partir sur un nouvel arc narratif qui me met particulièrement en joie.

Au niveau du dessin, le trait de Io Sakisaka est toujours aussi fin et agréable. Si les décors restent toujours aussi peu présents, l’auteure se concentre précisément sur ce que peut communiquer chacun des regards des personnages, des sourires et autres gestes. Au final, le tout s’englobe très bien et nous donne une sensation de légèreté comme si on se trouvait sur un nuage bien épais et moelleux.

En conclusion, ces deux nouveaux tomes de Love, Be Loved Leave, Be Left sont à nouveau une excellente lecture. Le script de Io Sakisaka possède assez de rebondissements pour nous faire tourner les pages, tout en mettant en avant ces personnages à qui on s’attache énormément. À chaque tome, la mangaka prouve qu’elle possède encore toutes les cartes en mains pour nous prendre au dépourvu et nous emmener là où on ne s’y attend pas. Un shojo bien plus que recommandable et mature qui saura faire battre votre petit cœur à toutes les saisons.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 réflexions sur “Critique manga #041 – Love, Be Loved Leave, Be Left tome 3 et 4

  1. C’est aussi l’un de mes coups de coeur shojo du moment dont j’attends la sortie avec impatience à chaque fois malgré sa lente parution. Je trouve aussi qu’Io Sakisaka fait preuve d’une grande sensibilité pour croquer les sentiments si compliqués des adolescents ^^

    Aimé par 1 personne

    • Oui effectivement. Je suis contente de redécouvrir Sakisaka avec ce récit parce que je n’avais pas été convaincu par Blue Spring Ride et j’avais lâché au bout de deux tomes (bon faudrait que je réessayer pour voir…) C’est vraiment super beau à lire, et franchement à chaque fois je me fais avoir avec les « plot twist ». J’ai le tome 5 à côté de moi mais j’ai pas envie de le lire, enfin si, mais comme la parution est lente… après je vais devoir patienter trop longtemps ^^’

      Je pense essayer son tome de Short Love Stories chez Kana.

      Aimé par 1 personne

      • Si vraiment tu veux la redécouvrir, je te conseille plutôt Strobe Edge que Blue Spring Ride, je trouve le récit mieux construit et les personnages moins casse pieds lol
        Le Short Love Stories est sympa mais sans plus. Elle réussit mieux les longs récits que les oneshots.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s