Critique #181 – Tout en nuances T1: Hyacinthe & Tout en nuances T2: Alexa par Erika Boyer

TITRE PAGE (2)

Si vous cherchez une lecture avec des personnages ancrés dans la réalité, un contexte moderne et actuel, la saga Tout en nuances devrait vous plaire. Avec le tome 1 Hyacinthe, Erika Boyer explore des thèmes complexes tels que notre vision de nous-même et le regard des autres, mais aussi le traumatisme. Son tome 2, Alexa, voit une romance entre deux femmes germer au soleil mais dont les obscurs nuages représentant la vie et la société (même la famille) viennent l’assombrir. L’écriture nous fait vivre des émotions faites de nuances sans artifices. 

 

SITE OFFICIEL D’ERIKA BOYER | COMMANDER UN DE SES LIVRES DÉDICACÉ PAR ERIKA | MON INTERVIEW DE L’AUTEURE | LIRE MA CHRONIQUE DE PARDON

SUIVRE ERIKA SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX : FACEBOOK | TWITTER | INSTAGRAM
JE REMERCIE CHALEUREUSEMENT ERIKA POUR SA CONFIANCE ET CETTE LECTURE

Disponible sur la boutique d’Erika Boyer ou sur Amazon au prix de 14,90€ | Également disponible au format numérique

Erika Boyer est une auteure que j’ai découvert avant tout en tant que blogueuse littéraire et qui de fil en aiguille m’a proposé de lire Pardon, son premier roman [mon avis]. Ça c’était en 2016, et on peut dire que depuis sa plume n’a pas cessé d’évoluer comme j’avais pu le remarquer avec Le Chant de l’océan [mon avis ici]. Tout en nuances est une saga qui compte actuellement deux tomes. Le premier baptisé Hyacinthe est sorti en 2018. L’histoire est celle d’un homme répondant au nom de Hyacinthe qui ne supportant plus son reflet dans le miroir, vis reclus loin de tout et de tous, dans une forêt. Son temps il le passe à forger des bijoux, car c’est un créateur qui commence doucement à être demandé. Alexa, sa meilleure amie, s’occupe de lui fournir le matériel nécessaire et de livrer ses beautés. Il finit par être débordé et doit trouver une assistante, Elea, une amie d’Alexa. Dès qu’ils se rencontrent, la jeune femme est frappée par le bleu de ses yeux. Pourra-t-elle faire en sorte qu’il ne se perçoive plus comme le monstre qu’il pense être ? Autant vous dire tout de suite, la plume d’Erika Boyer est toujours aussi poétique dans la simplicité qu’elle y met. Je ne dis pas ça parce que c’est quelqu’un avec qui je parle de temps en temps, je pense réellement qu’Erika a une manière d’écrire des personnages inspirés et inspirants. La complicité entre les Hyacinthe et Elea arrive rapidement, mais n’est pas précipitée. Le personnage de Hyacinthe est bien travaillé. On ressens ses angoisses qui ne cessent de le hanter jour et nuit face à son image et aux regards des autres. C’est un homme blessé aussi bien physiquement que psychologiquement. La cause de son traumatisme est dans le roman mais je ne vous le dirais pas. Il est de ces personnages complexes que j’aime découvrir couche après couche. Son caractère est très différent de celui d’Elea, pourtant ils se comprennent en silence sans réellement le réaliser. La jeune femme est timide mais pas niaise ni sotte. Elle est plutôt solaire en comparaison à la froideur que peut dégager Hyacinthe. On s’attache aussi bien à l’un qu’à l’autre. Les autres personnages (Alexa, Abel, Aaron, Tessa, Emelyne) font que l’on ne reste pas uniquement focaliser sur le duo principal, ce qui ne fait pas tomber la romance dans le répétitif. On pourrait facilement comparer ce premier tome à un Brittainy C. Cherry avec sa saga The Elements [mon avis sur le tome 1 – The Air He Breathes] ou encore à Si nos chemins se croisent de Melanie Harlow [mon avis ici]. Le récit inclut de nombreux thèmes actuels (la sexualité, l’identité, l’apparence et son impact, etc). L’ensemble possède une belle prose avec toujours cette sensibilité et modernité émanant de la plume de l’auteure. En conclusion, c’est armée de personnages aussi intéressants qu’émouvants dans leurs manières d’être, leur lien et leurs passé respectifs que ce premier tome de Tout en nuances touche le lecteur. Une une romance contemporaine qui nous fait vivre de belles émotions.  

Ce qui le gênait tant, c’était que son esprit ait la folie de penser qu’il pouvait flirter comme n’importe quel homme alors qu’il était un monstre. Comme s’il avait oublié que son visage n’avait plus rien d’humain, comme s’il espérait encore pouvoir vivre normalement.

17/20

 

Disponible sur la boutique d’Erika Boyer ou sur Amazon au prix de 14,90€ | Également disponible au format numérique

Avec ce tome 2 de Tout en nuances, nous suivons le personnage d’Alexa, la meilleure amie de Hyacinthe aperçue dans le tome 1. Il est important de préciser que nous avons ici un roman avec un couple F/F, ce que j’apprécie énormément puisque c’est extrêmement rare d’avoir un roman en VF (traduit ou on) avec ce couple LGBT. Pourtant en VO, il y en a des tas, mais c’est comme pour les mangas, le marché français semble très frileux (à part Sarah Waters chez 10/18). Alexa est une ancienne militaire qui a rencontré Eden, une infirmière, lors d’une mission en Syrie. De retour à Paris elles se retrouvent et finissent par former un couple dont l’amour qui les unit ne va pas en diminuant au fil des années. Mais les secrets qu’entourent la vie de famille d’Alexa ne cessent de faire de l’ombre sur leur union. Alexa va-t-elle enfin avoir le courage de dévoiler ce qu’elle cache et affronter son passé ? Dans ce deuxième tome, Erika Boyer utilise la romance pour explorer des thèmes forts, importants et en accord avec les questions que se posent certains individus de notre société. La religion, la diversité, et l’ouverture au monde qui nous entourent sont des sujets qu’elle écrits avec sensibilité et bienveillance. C’est un trait qui a toujours été cher au cœur d’Erika et qu’elle arrive à exposer brillamment sans vouloir imposer ses idées. C’est important de le souligner, car ce n’est pas un exercice facile et que tous les auteurs réussissent à faire. L’amour est très présent dans cette histoire, mais n’est pas le plus important. On peut dit que c’est plus comme le mur porteur d’une maison, ça fait tenir le reste pour former ‘’une maison’’ qui se tient. La narration est cohérente, rythmée par les révélations et les non-dits. Alexa est une jeune femme complexe se posant énormément de questions sur les choix qu’elle doit faire par rapport à sa famille, notamment concernant sa mère. Je ne vous révélerai pas la raison car je pense que c’est un élément qui nourrit aussi bien la trame que la psychologie des personnages, et du couple. En tout cas, le malaise persiste et ne fait du bien à personne. Eden, elle, est une jeune femme douce qui arrive à rendre Alexa plus tendre et moins brute. Attention, ici l’auteure ne fait pas dans les stéréotypes qui collent à la peau des personnes homosexuelles. Quand je dis qu’Alexa est plus brute c’est dû à sa formation dans l’armée, où elle a sut se construire une force de caractère. Eden est extrêmement touchante, pleine de vie et joyeuse. Elle est un peu un rayon de soleil qui viendrait accompagner le rayon de lune qu’est Alexa. Les deux jeunes femmes se complètent dans leurs différences pour former un couple qui fait rêver. Comme dans Hyacinthe, Erika Boyer s’est inspirée de certains dieux de la mythologie pour donner des traits particuliers à la personnalité d’Alexa, par exemple. Dans ce tome 2, on retrouve Hyacinthe et Elea, ainsi que des nouveaux comme le frère d’Eden, Ezra, que j’ai trouvé très bien travaillé. En conclusion, ce tome 2 n’est pas qu’une simple suite à Hyacinthe mais bien un roman contemporain. Ce coup de cœur est sublimé par la plume d’Erika Boyer qui parle de religion (sans jamais manquer de respect), de tolérance, de l’homosexualité féminine, l’amitié et bien entendu l’amour. Tous ces sujets donnent vie à une histoire émouvante ouverte sur le monde et dont les messages portent à voir la vie autrement. 

L’amour qu’elle ressentait pour cette femme était bien trop fort. Elle ne le montrait sûrement pas assez bien, mais elle l’aimait plus que tout ; plus que le café du matin qu’elle prenait avant et qui lui manquait tant, plus que le vent dans son dos en pleine course, plus que tout ce qui la rendait heureuse au quotidien. Rien ne valait Eden, rien n’était à sa hauteur.

Publicités

Une réflexion sur “Critique #181 – Tout en nuances T1: Hyacinthe & Tout en nuances T2: Alexa par Erika Boyer

  1. C’est une superbe double chronique que tu proposes là, merci beaucoup ! C’était un vrai plaisir de la lire et de découvrir ton avis sur ‘Hyacinthe’ et ‘Alexa’. Merci pour toutes les belles choses que tu dis au sujet de mes romans et de ma plume ♡ ♡

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s