Critique #117 – Minuit, tome 1 : Le Baiser de minuit de Lara Adrian

TITRE PAGE

Chut, je vous vois venir. Vampires ? Romance ? Oh non… eh bien détrompez-vous amis lecteurs. La saga Minuit a beau être une Bit-Lit (c’est très bien la Bit-Lit), elle possède sa propre identité et ses personnages aussi attachants qu’énigmatiques. La mythologie vampirique est la force de cette saga qui a su me surprendre à bien des moments. Une belle découverte que je conseille fortement.  
Acheter le tome 1 de Minuit sur le site des éditions Milady ou sur Amazon

 

Ce premier tome est disponible en « Offre Petit Prix Imaginaires 2018 » à 3.99€ version papier – stock limitée !


Lara Adrian est une écrivaine américaine née en 1966, dont les origines familiales remontent aux passagers du Mayflower et descendante de la cour du Roi Henri VIII. Elle est connue pour ses histoires de romances vampiriques, s’étant écoulées à plus de 4 millions d’exemplaires dans le monde, et traduites dans plus de 20 pays. Son premier roman Le Baiser de Minuit de la saga Minuit a été élue meilleure vente romance en 2007 par Borders Books. Outre cette série toujours en cours avec plus de 14 tomes, elle est également l’auteure de romances historiques inédites en français. Elle vit actuellement dans la région côtière de la Nouvelle-Angleterre avec son mari.

Le Baiser de Minuit débute avec Gabrielle Maxwell, photographe se faisant enfin un nom, qui un soir en sortant de boîte de nuit va assister à un meurtre sanguinaire et bestial. Désorientée, elle tentera de convaincre la police de ce qu’elle a vu, sans succès, puisque plus une seule trace de l’acte n’existe. Ce que la jeune femme ne sait pas c’est qu’en ayant découvert l’existence des vampires, elle va se mettre à dos ceux que l’on appel Renégats, que la soif de sang a rendu incontrôlable. Ne se doutant nullement que son destin est sur le point de changer, Gabrielle va faire la connaissance de Lucan Thrones, vampire de première génération appartenant à la Lignée qui va se charger de la protéger des Renégats. Mais pour  y arriver il va devoir l’attirer dans son univers sombre, et surtout lui apprendre qui elle est…

Minuit fait partie des nombreuses sagas de référence dans le genre bit-lit de chez Milady, ou en générale. Souvent curieuse de découvrir ce récit, le fait qu’il est plus de 10 tomes parus m’a toujours quelque peu freiné. Sans oublier que moi et les romances vampiriques, depuis Twilight et Vampire Diaries, j’ai du mal. Je suis même devenue très difficile avec ce genre. Et ce n’est pas Le Pacte d’Emma par Nine Gorman qui est venu me réconcilier avec le genre. Toutefois, comme j’aime me faire une idée par moi-même, je me suis laissée tenter par ce titre lors de l’Opération Petit Prix que l’éditeur organise durant l’année et qui voit une sélection de titre à 3.99€.

Déjà on peut dire que le ce premier tome ne perd pas de temps, puisque nous sommes très vite plongés dans le vif du sujet sans que cela ne donne une sensation de précipitation. Une qualité non négligeable qui permet de bien rentrer dans le récit tout en faisant la connaissance des personnages. Gabrielle est une jeune femme dont la vie est plutôt agréable mais à qui il sembler manquer quelque chose. Ne comprenant pas d’où peut venir cette sensation, la jeune femme se laisser vivre… pourtant elle possède en elle un don qu’elle exploite sans s’en rendre compte. Le lecteur va assez vite s’attacher à elle, puisqu’elle ne ressemble en rien à ces demoiselles en détresses qui attendent qu’un beau prince charmant vienne la sauver. Non, Gabrielle est du genre à se débrouiller toute seule, à s’exprimer clairement et ne se laissant pas dominer par le premier homme venu. Le personnage de Lucan est un guerrier inspirant le respect et la crainte dans son clan. Intelligent et loyal, il ne manque pas de prouver son courage et sa force. Quand les deux se rencontrer, l’attirance est mutuelle sans qu’aucun d’eux ne fasse le premier pas. À son contact, Lucan saura montrer de la douceur et de la bienveillance, le rendant vite sympathique. 

Un mélange volatil d’adrénaline, de rage et de terreur absolue fit bondir Lucan jusque sur le toit de l’asile désaffecté. Les patins d’atterrissage de l’hélicoptère avaient à peine touché le ciment que le vampire fonçait vers lui avec fracas depuis le bord de l’édifice. Lucan vibrait de fureur, plus explosif et plus instable qu’une semi-remorque chargée de C4. Il était fermement résolu à arracher un à un les membres de celui qui retenait Gabrielle.

Si le récit est parfois un peu convenu, Lara Adrian a su y instaurer une mythologie vampires fort intéressante. Sans trop vous donner de détails pour ne pas gâcher vote lecture, on apprend que les Renégats possèdent une ligne de conduite différente de ceux de La Lignée en laissant leur nature de prédateur sans âme s’exprimer librement et de tuer les humains. Les autres informations concernant les vampires et leur création sont assez originales pour le souligner. Si le côté romance avec une humaine est banal, celle de Minuit apporte de bonnes surprises. La relation entre Lucan et Gabriele se fait sans paraître soudaine et rapide, laissant ainsi le temps à l’auteure d’installer son récit et le reste des personnages. Au milieu de tout ça, l’histoire ne manque pas d’action. La guerre entre les deux factions de vampires aux mœurs très différentes permet d’instaurer du dynamisme.

L’écriture de Lara Adrian est assez addictive pour le coup. En partant de cette romance vampirique, l’auteure arrive à y injecter de la tension et du suspens. Ces différents éléments réuni forme au final un récit au style addictif et aux personnages fort attachants. L’évolution de ces dernier est également bien prise en compte et construite dans la logique. Étant de la Bit-Lit, Minuit n’échappe pas aux scènes intimes sans qu’elles ne s’étalent sur 10 pages comme certains récits dont je tairais le nom. Ici, elles s’imbriquent bien dans le récit et on en est ravi.

En conclusion, ne sachant pas à quoi m’attendre j’ai trouvé en ce premier tome de Minuit un début de saga prenant et donnant clairement envie de poursuivre l’expérience avec la lecture des tomes suivants. La mythologie vampirique fonctionne et détonne parmi toutes celles que l’on a put découvrir dans d’autres récits. Les personnages et la romance sont crédibles et jouent bien leurs rôles. Un tome d’introduction qui se lit avec un plaisir non dissimulé, et qui donne envie de découvrir le destin des autres vampires.

15 sur 20

infos roman

 

4 réflexions sur “Critique #117 – Minuit, tome 1 : Le Baiser de minuit de Lara Adrian

  1. Ce livre est dans ma PAL. Et ton avis, me donne très envie de lire 🙂 J’espère le sortir prochainement, et me plonger dans cet univers 😀

    J’aime

  2. Je l’avais aussi acheter lors d’une OP mais numérique! Il était à 0,99 cent je crois! Puis, comme toi, quand j’ai vu qu’il y avait pleiiin de tome, je me suis un peu dégonflée…Mais ce que tu en dit me redonne envie de le commencer! 😉

    J’aime

  3. J’avais déjà vu cette saga passer, jusqu’à présent elle ne m’avait pas trop attiré mais ton avis donne vraiment envie de la découvrir !! Encore un livre qui va arriver dans ma wishlist ! 😉

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s